Hom­mage du  oc­tobre : hô­te­liers et taxis solidaires

La cé­ré­mo­nie pour les vic­times de l’at­ten­tat de Nice se pré­pare ac­ti­ve­ment avec l’aide de l’Ély­sée. Dans la conti­nui­té de la so­li­da­ri­té qui s’est ex­pri­mée après le drame, les pro­fes­sion­nels ré­pondent pré­sent

Monaco-Matin - - Côte D’azur - GRÉ­GO­RY LE­CLERC gle­clerc@ni­ce­ma­tin.fr

On tra­vaille sans re­lâche sur le dos­sier ! » Réunion sur réunion, point quo­ti­dien avec l’Ély­sée : la pré­fec­ture des Al­pesMa­ri­times s’est em­pa­rée, de­puis que la date est connue, de la cé­ré­mo­nie du 14 oc­tobre en mé­moire des vic­times de l’at­ten­tat de la pro­me­nade des An­glais. Ce se­ra donc une grande pre­mière. Ja­mais hom­mage na­tio­nal – ha­bi­tuel­le­ment or­ga­ni­sé au Pan­théon ou aux In­va­lides – n’avait été mis sur pied ailleurs. « C’est aus­si la pre­mière fois que la France est frap­pée en ré­gion par un at­ten­tat d’une telle am­pleur », avait com­men­té Ju­liette Méa­del, se­cré­taire d’État en charge de l’aide aux vic­times, dans une in­ter­view ac­cor­dée à Nice-Ma­tin (nos édi­tions du 29 sep­tembre). La mi­nistre avait in­di­qué que la col­line du Châ­teau se­rait « très vrai­sem­bla­ble­ment » le lieu re­te­nu. Toutes les réu­nions de tra­vail se fo­ca­lisent dé­sor­mais des­sus. Autre in­for­ma­tion, la cé­ré­mo­nie se tien­dra à 11 heures, c’est l’ho­raire qui ap­pa­raît sur les car­tons d’in­vi­ta­tion. L’hom­mage, trois mois tout juste après l’at­taque ter­ro­riste, se­ra mi­li­taire comme il se doit. Le pré­sident de la Ré­pu­blique s’ex­pri­me­ra dans un dis­cours. Un temps se­ra lais­sé aux pa­roles des fa­milles, pour des textes, des chan­sons. L’hom­mage ne se­ra pas ou­vert au pu­blic. Se­lon nos in­for­ma­tions, jus­qu’à 2000 in­vi­ta­tions, maxi­mum, pour­raient être dé­li­vrées. Mais la pré­fec­ture se re­fuse à confir­mer ou in­fir­mer ce nombre. « C’est en dis­cus­sion », nous in­forme-t-on. Ce chiffre de 2000 places cor­res­pond en fait au nombre de sièges to­tal pou­vant être dis­po­sés sur l’es­pla­nade du Châ­teau. Ils se­raient ré­ser­vés en prio­ri­té aux fa­milles de vic­times, aux bles­sés, mais aus­si aux se­cours ayant oeu­vré ce soir-là. Se­ront éga­le­ment ac­cueillis les of­fi­ciels, no­tam­ment les dé­lé­ga­tions étran­gères re­pré­sen­tant les 19 na­tio­na­li­tés tou­chées le 14-Juillet. Les vic­times et fa­milles in­vi­tées à cet hom­mage se­ront di­rec­te­ment contac­tées par la cel­lule in­ter­mi­nis­té­rielle d’aide aux vic­times (sous la res­pon­sa­bi­li­té de Ju­liette Méa­del) et la Fé­dé­ra­tion na­tio­nale des vic­times d’at­ten­tats (Fen­vac). Le geste qui marque, c’est bien ce­lui des hô­te­liers et taxis ni­çois.

La so­li­da­ri­té s’ex­prime

Ils ont confir­mé hier à Ni­ce­Ma­tin qu’ils of­fri­ront la gra­tui­té des nui­tées aux fa­milles de vic­times pré­sentes le temps de l’hom­mage, ain­si que tous les dé­pla­ce­ments. À l’hor­reur ce soir de juillet, et dans les jours qui ont sui­vi, hô­te­liers et taxis avaient ré­pon­du par une so­li­da­ri­té aus­si belle que spon­ta­née. Des hô­te­liers avaient of­fert des nui­tées à des tou­ristes en dé­route, à des fa­milles de bles­sés ou de dis­pa­rus, mais aus­si par­fois tout sim­ple­ment du wi-fi. Les taxis se sont mis à tra­vailler gra­tui­te­ment, et sans con­cer­ta­tion, pour ex­fil­trer au plus vite les di­zaines de mil­liers de per­sonnes en pa­nique qui cher­chaient à fuir la zone. Alors, lorsque la pré­fec­ture leur a de­man­dé un geste ces jours der­niers, ils ont na­tu­rel­le­ment dit oui. Mal­gré le contexte éco­no­mique très dif­fi­cile. « Ce­la vient du coeur. Nous aus­si avons été tou­chés dans notre âme et notre chair de Ni­çois, com­mente avec émo­tion le pré­sident du syn­di­cat des hô­te­liers, De­nis Cip­po­li­ni. Nous vou­lons mon­trer que nous sommes plus que solidaires de ce qui s’est pas­sé. » Même vi­bra­tion, même sen­ti­ment chez Ch­ris­tophe Char­pen­tier, pré­sident de la Fé­dé­ra­tion des taxis ni­çois. « La dé­ci­sion a été prise à l’una­ni­mi­té, nous avons été tou­chés au coeur. Nombre de nos col­lègues qui ont été au contact des fa­milles ce soir-là res­tent très mar­qués. Ce­la va être lourd en or­ga­ni­sa­tion, mais nous ré­pon­dons pré­sent. »

(Pho­to Franck Fer­nandes)

Or­ga­ni­ser la com­mé­mo­ra­tion sur la col­line du Châ­teau, sur­plom­bant la pro­me­nade des An­glais, était une vo­lon­té de l’as­so­cia­tion «Pro­me­nade des Anges :  juillet ».

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.