Les ar­tistes au che­vet des vic­times du -Juillet à Nice

Une vente d’oeuvres d’art or­ches­trée par la Ville, en par­te­na­riat avec 4-Auc­tion, au­ra lieu di­manche pro­chain (14h) au Pa­lais de la Mé­di­ter­ra­née. L’in­té­gra­li­té se­ra re­ver­sée aux vic­times de l’at­ten­tat

Monaco-Matin - - Art Et Enchères - THO­MAS MI­CHEL tmi­chel@ni­ce­ma­tin.fr Ca­ta­logue de la vente dis­po­nible, dès de­main, sur www.4-auc­tion.com

Tout est parti de l’an­nu­la­tion du Fes­ti­val de jazz. Cette an­née, nous avions 10 street-ar­tist qui avaient cus­to­mi­sé les af­fiches du Fes­ti­val, avant qu’il ne soit an­nu­lé suite aux évé­ne­ments. Spon­ta­né­ment, ces ar­tistes m’ont pro­po­sé de les vendre aux en­chères pour les vic­times», rem­bo­bine Ro­bert Roux, conseiller mu­ni­ci­pal à Nice, dé­lé­gué à l’Art dans l’es­pace pu­blic. Une ini­tia­tive évi­dem­ment en­cou­ra­gée par le ca­bi­net du maire, Phi­lippe Pra­dal, qui sou­met alors l’idée d’élar­gir le pro­jet. Ro­bert Roux sort son carnet d’adresses et al­lume la mèche. «Très vite ça a été une es­pèce de chaîne na­tu­relle et au­to­ma­tique qui s’est mise en place. Er­nest Pi­gnon-Er­nest ap­pelant Noël Dol­la, ap­pelant Louis Cane, for­mant une es­pèce d’élan fan­tas­tique de so­li­da­ri­té et uni­que­ment réa­li­sé par des ar­tistes.»

« Par­ti­ci­per à l’aide à la re­cons­truc­tion »

De là, des ga­le­ristes se greffent à l’évé­ne­ment ca­ri­ta­tif, à l’ins­tar de Geof­froy Jos­saume (GCA Gal­le­ry, Nice). «Les ar­tistes, do­na­teurs et moi­même, avons été très tou­chés par l’at­ten­tat du 14-Juillet. Nous es­pé­rons que ces pe­tits gestes pour­ront par­ti­ci­per, à leur ma­nière, à l’aide à la re­cons­truc­tion de toutes ces per­sonnes vic­times de la bar­ba­rie de cet évè­ne­ment», confie ce spé­cia­liste du street-art qui re­mer­cie en­core des ré­fé­rences telles que ARDPG, ENDER et STEW, d’avoir ac­cep­té d’abon­der un ca­ta­logue nour­ri, au fi­nal, de près de 130 oeuvres – pour au­tant d’ar­tistes! De Sos­no à Ar­man, en pas­sant par An­tho­ny Mi­rial et Jean-Mi­chel Wil­motte. Éclec­tique qui plus est. Cer­tains al­lant jus­qu’à créer une pièce spé­cia­le­ment pour la vente, comme Ben et ce mes­sage si­byl­lin dont il a le se­cret: «Pour­quoi?» .Eva Vau­tier, d’ajou­ter d’ailleurs sa contri­bu­tion au nom de la ga­le­rie. Sous le mar­teau de Na­tha­lie Ver­mot, com­mis­saire-pri­seur ha­bi­li­té, les af­fiches du Fes­ti­val de Jazz re­pren­dront éga­le­ment vie. «Une sym­bo­lique forte» pour le Ni­çois Fa­ben, chantre du po­si­ti­visme et au­teur d’une fresque, avec Brian Cad­dy – éga­le­ment au ca­ta­logue, de­vant le casino Ruhl au len­de­main de la tra­gé­die. Une sym­bo­lique d’au­tant plus forte que cha­cune por­tait un mes­sage d’ou­ver­ture, de joie, comme la « dé­cli­nai­son de saxo­phones» de la Ni­çoise Jen­ni­fer Miller. «Chaque joueur en fait sor­tir de nou­velles cou­leurs, de nou­veaux styles mu­si­caux. C’est ce qui est beau avec la mu­sique, avec un seul et même ins­tru­ment, tout est pos­sible. Il faut lais­ser place à la per­son­na­li­té de cha­cun.» Li­ber­té, éga­li­té, to­lé­rance… Des va­leurs qui ré­son­ne­ront dans le Pa­lais de la Mé­di­ter­ra­née… Là même où la bar­ba­rie a sé­vi voi­là trois mois et deux jours après l’hom­mage national aux vic­times.

« Qui a du sens »

Jus­qu’au-bou­tistes dans leur gé­né­ro­si­té, les ar­tistes ont éga­le­ment ac­cep­té de fixer des mises à prix en de­çà de leur cote ha­bi­tuelle. «Ça va per­mettre à un maxi­mum de gens d’ac­cueillir des oeuvres ori­gi­nales, des belles oeuvres à des prix qui vont com­men­cer à 150 eu­ros», com­mente Ro­bert Roux. Cane, Fran­ta ou en­core Pi­gnon-Er­nest – qui a fait don d’une des somp­tueuses «Ex­tases» ex­po­sées jus­qu’au 2 oc­tobre der­nier à l’ab­baye de Saint-Pons – se­ront évi­dem­ment en haut de pa­nier, de même qu’une Ja­guar de collection XJ6 Au­to of­ferte par «deux An­glais qui ont l’ha­bi­tude de faire chaque an­née un ral­lye his­to­rique entre Londres et Nice… cette an­née, quand ils ont at­ter­ri à Nice, ils sont ar­ri­vés à la plage du Cas­tel et, voyant la Pro­me­nade et ayant en­ten­du ce qu’il s’y était pas­sé, ils ont dé­ci­dé de lais­ser les clés de leur voi­ture.» Sur place, par té­lé­phone ou In­ter­net, cha­cun pour­ra en­ché­rir sans le moindre frais pré­cise Ro­bert Roux. «Je connais des gens qui sont aux Etats-Unis et sont Ni­çois, ils m’ont de­man­dé comment ache­ter à dis­tance.» Un in­ves­tis­se­ment «qui a du sens»!

(Pho­to T.M.)

Ex­po­sée à l’ab­baye de Saint-Pons, der­niè­re­ment à Nice, l’une des «Ex­tases» d’Er­nest Pi­gnon-Er­nest est en vente.

(Pho­to DR)

La Ja­guar don­née par des An­glais ha­bi­tués de Nice.

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.