Cannes : le ma­ri vo­lage avait in­ven­té un en­lè­ve­ment

Monaco-Matin - - Côte D’azur -

C’est ce qui s’ap­pelle se mettre dans de beaux draps. Sébastien, 34 ans, un ha­bi­tant de Man­de­lieu-la-Napoule, com­mer­cial au chô­mage, ne sa­vait vrai­ment pas quoi in­ven­ter pour ba­ti­fo­ler avec sa maî­tresse. À son épouse, in­quiète de ne pas le voir ren­trer, il avait en­voyé le 6 mai, en dé­but de soi­rée, un SMS pour le moins in­quié­tant : « Pas prêt de re­voir ton mec, on le garde. » L’épouse s’af­fole, si­gnale alors sa dis­pa­ri­tion aux gen­darmes qui prennent l’af­faire au sé­rieux. Le ma­ri vo­lage ré­ap­pa­raît fi­na­le­ment le len­de­main ma­tin : « Je viens d’être re­lâ­ché par mes ra­vis­seurs », ex­plique-t-il dans un gros men­songe. Men­songe ré­ité­ré de­vant les en­quê­teurs qui avaient dé­ployé d’im­por­tants moyens. Le tri­bu­nal cor­rec­tion­nel de Grasse, pré­si­dé par Marc Joan­do, vient de condam­ner Sébastien pour dé­non­cia­tion men­son­gère en­traî­nant des re­cherches in­utiles. Un dé­lit qui lui vaut trois mois de pri­son avec sur­sis et 5 000 eu­ros d’amende.

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.