Une jour­née en cam­pagne

Monaco-Matin - - France -

TELE-MÉ­LEN­CHON

«Le pre­mier mé­dia sur le­quel je peux

m’ap­puyer, c’est moi-même.» Fort de ce constat, Jean-Luc Mé­len­chon a lan­cé ce week-end sur You­Tube sa re­vue de la se­maine. Une nou­velle émis­sion heb­do­ma­daire d’une ving­taine de mi­nutes dans la­quelle il évo­que­ra jus­qu’à la pré­si­den­tielle les su­jets qui le marquent. Au me­nu de son pre­mier épi­sode, le sui­cide à Ville­juif d’un couple qui ne pou­vait plus payer son loyer «tan­dis que l’at­ten­tion mé­dia­tique se concen­trait sur les bi­joux vo­lés de Kim Kar­da­shian», le maire FN d’Hayange qui veut que le Se­cours po­pu­laire quitte le lo­cal qu’il oc­cupe de­puis dix ans ou «le trai­te­ment aber­rant du cas Al­stom et la res­pon­sa­bi­li­té des ac­tion­naires dans le dé­man­tè­le­ment de l’en­tre­prise». Bref, du Mé­len­chon pur jus.

LA PHRASE

«Re­con­naître une cer­taine di­gni­té à un dji­ha­diste à l’ori­gine de la mort de  per­sonnes et de cen­taines de bles­sés, c’est in­sup­por­table. Éric Zemmour a dé­pas­sé les bornes.» Hier ma­tin sur BFM-TV et RMC, Ch­ris­tian Es­tro­si s’est dit «cho­qué» par les ré­cents propos du chro­ni­queur ayant dé­cla­ré «res­pec­ter » les dji­ha­distes, «des gens prêts à mou­rir pour ce en quoi ils croient».

LE TWEET

Lors de son mee­ting au Zé­nith, Ni­co­las Sar­ko­zy a te­nu un dis­cours cen­tré sur le «dé­clas­se­ment », op­po­sant le peuple à l’élite et di­sant vou­loir être candidat «pour parler du quotidien des Français, pas pour être le représentant d’une élite pour qui tout va bien». Ses dé­trac­teurs n’ont pas man­qué hier de l’at­ta­quer sur le su­jet, ajou­tant à leurs tweets des pho­tos du candidat en va­cances sur un yacht : «Cha­cun sait que #Sar­ko­zy prend le mé­tro, pousse son cad­die en hard-dis­count, va en va­cances en mo­bile-home, ain­si il com­prend le peuple» (@gri­chou).

LA CIBLE PECRESSE

Valérie Pé­cresse, pré­si­dente de la ré­gion Ile-de-France, n’a pas en­core choi­si son camp pour la pri­maire. Elle est du coup très cour­ti­sée, par Sar­ko­zy, Jup­pé et sur­tout Le Maire. À en croire le di­rec­teur de cam­pagne du dé­pu­té de l’Eure, Jérôme Grand d’Es­non, Bru­no Le Maire lui au­rait même pro­mis la lune. « Valérie Pé­cresse sait que si elle nous re­joint, elle est in­con­tour­nable pour Ma­ti­gnon», a-t-il in­di­qué dans le jour­nal L’Opi­nion.

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.