Tous en salle!

Monaco-Matin - - Détente -

La salle de shoot qu’on a inau­gu­ré hier à Pa­ris s’ajoute, pour le plus grand plai­sir des ad­dicts, aux quelque  salles de jeux que compte l’Hexa­gone. Un dis­po­si­tif co­quet et fonc­tion­nel où il faut ap­por­ter sa drogue mais où l’on a droit gra­tui­te­ment à du per­son­nel soi­gnant, à des pa­ra­vents et à des se­ringues n’ayant ser­vi qu’à la pro­mo­tion du pou­voir en place. Il ne reste plus qu’à ou­vrir des salles de sexe à l’usage de tous ceux qui ne pensent qu’à ça et qui en­tourent des voi­sins qui pensent à autre chose. Cette fois, il ne s’agi­ra pas de ve­nir avec son par­te­naire car l’État se fe­ra d’au­tant plus un de­voir de four­nir une maind’oeuvre qua­li­fiée que les chô­meuses se sont mul­ti­pliées de­puis la pé­na­li­sa­tion des clients. Si­gna­lées dans la nuit par des pin-up lu­mi­neuses de taille iden­tique à celle des ca­rottes des bu­reaux de ta­bac, les salles de sexe consti­tue­ront une au­baine en même temps qu’une thé­ra­pie. Il se­ra ce­pen­dant in­ter­dit aux « de­man­deurs » et aux « trai­tantes » de nouer une idylle afin de conser­ver aux ren­contres le ca­rac­tère pé­da­go­gique qui a fait le suc­cès des ra­dars. Comme il n’est pas ques­tion de de­man­der un effort sup­plé­men­taire aux mu­ni­ci­pa­li­tés, l’État as­su­me­ra tous les frais. En contre­par­tie de quoi, les vi­si­teurs ac­cep­te­ront d’être fil­més du­rant leurs ébats avec l’as­su­rance que les pe­tits chefs-d’oeuvre ain­si réa­li­sés ne se­ront dif­fu­sés qu’à l’étran­ger. Avec la

seule men­tion « Made in France ».

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.