Les pe­tits Etats d’Eu­rope unis pour le bien com­mun

Les huit Etats d’Eu­rope de l’OMS de moins d’un mil­lion d’ha­bi­tants viennent de se réunir à Mo­na­co. Et ont si­gné une Dé­cla­ra­tion sur les consé­quences du ré­chauf­fe­ment cli­ma­tique sur la san­té

Monaco-Matin - - La Une - Textes : Ni­co­las HASSON-FAURÉ nhas­son@ni­ce­ma­tin.fr Pho­to : Mi­chael ALESI

Ils sont huit, font tous par­tie de la ré­gion eu­ro­péenne de l’Or­ga­ni­sa­tion mon­diale de la san­té (OMS), et par­tagent un autre point com­mun : leur po­pu­la­tion est in­fé­rieure au mil­lion d’ha­bi­tants. An­dorre, Chypre, l’Is­lande, le Luxem­bourg, Malte, Mo­na­co, le Mon­té­né­gro et Saint-Ma­rin. Les mi­nistres de la San­té de tous ces pays se sont réunis, mar­di et hier, à Mo­na­co. Thème de cette troi­sième réunion de haut ni­veau de l’ini­tia­tive des pe­tits pays de l’OMS Eu­rope: « San­té et dé­ve­lop­pe­ment du­rable : les atouts in­hé­rents des Pe­tits États ». Et à l’is­sue de ces ren­contres, la Dé­cla­ra­tion de Mo­na­co a été adop­tée, in­ti­tu­lée « La san­té dans toutes les po­li­tiques - La san­té dans tous les ODD(1) : Ap­pel à l’ac­tion sur le chan­ge­ment cli­ma­tique ». « Nous, les pe­tits pays, ap­pe­lons à une ac­tion, en par­ti­cu­lier concer­nant une im­mense prio­ri­té de notre époque, afin de com­battre le chan­ge­ment cli­ma­tique et ses consé­quences sur la san­té», dit cette dé­cla­ra­tion.

« Faire en­tendre notre voix »

Le do­cu­ment et la réunion sou­lignent d’autres élé­ments. No­tam­ment la vo­lon­té des pe­tits pays de tra­vailler en­semble. « Ce genre de réunion per­met dé­jà de faire en­tendre notre voix, tous en­semble », pour­suit Sté­phane Va­le­ri, le conseiller de gou­ver­ne­ment mi­nistre des Af­faires So­ciales et de la San­té. Et de faire des re­tours d’ex­pé­rience. D’au­tant que tous ces Etats «par­tagent beau­coup de pro­blé­ma­tiques com­munes », dit-il en­core. Les de­mandes de sta­tis­tiques, par exemple, que les huit ne peuvent pas for­cé­ment rem­plir, ef­fec­tifs obligent. Sta­tis­tiques d’ailleurs lé­gè­re­ment faus­sées par les po­pu­la­tions: un nou­veau cas d’une pa­tho­lo­gie alors qu’il n’y en avait pas eu l’an­née pré­cé­dente, c’est une aug­men­ta­tion de 100 %, pour­suit Sté­phane Va­le­ri. Le chiffre n’est pas for­cé­ment re­pré­sen­ta­tif. Les Etats ont donc de­man­dé à re­ce­voir moins de ques­tion­naires, et plai­dé pour un trai­te­ment dif­fé­rent des sta­tis­tiques. Et puis il y a aus­si les avan­tages. Il a beau­coup été ques­tion de ce­la, pen­dant ces deux jours. « Les gou­ver­ne­ments sont pe­tits, par na­ture, ex­plique Zsuz­san­na Ja­kab, la di­rec­trice ré­gio­nale de l’OMS pour l’Eu­rope. Ils peuvent tra­vailler vite et vrai­ment se concen­trer sur les prio­ri­tés». Sté­phane Va­le­ri, lui, pointe no­tam­ment la cam­pagne de dé­pis­tage du can­cer co­lo­rec­tal, me­née en écri­vant di­rec­te­ment aux po­pu­la­tions concer­nées. Il évoque aus­si la pos­si­bi­li­té de «ser­vir de la­bo­ra­toire avec des po­li­tiques in­no­vantes » ,la proxi­mi­té avec la po­pu­la­tion ou la ra­pi­di­té de ré­ac­tion. Et après Saint-Ma­rin, An­dorre et Mo­na­co donc, les pe­tits pays se re­trou­ve­ront, à nou­veau, l’an pro­chain. À Malte, cette fois.

Ob­jec­tifs de dé­ve­lop­pe­ment du­rable.

Hier, au der­nier jour de cette troi­sième réunion de haut ni­veau de l’ini­tia­tive des pe­tits pays de l’OMS Eu­rope.

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.