Après Wa­ter­loo, Aus­ter­litz

Monaco-Matin - - Détente -

Un choc ! Ain­si le père de la Na­tion étai­til son propre pa­pa­raz­zi. De­puis quatre ans et de­mi, il s’ob­ser­vait et sans doute, à l’ins­tar de la Trier­wei­ler, pre­nait-il des notes sur sa table de nuit. Ré­sul­tat : un bou­quin au fil du­quel les people trou­ve­ront da­van­tage leur compte que le peuple. Un bou­quin de vieux gar­çon qui souf­frant dé­jà as­sez de por­ter le même nom qu’un fro­mage n’en­tend pas le par­ta­ger avec une com­pagne for­cé­ment de pas­sage. Si le titre an­ti­cipe les ré­ac­tions du lec­teur – « Un pré­sident ne de­vrait pas

dire ça… » – on peut se de­man­der pour­quoi un can­di­dat na­tu­rel tient ce genre de pro­pos, peu ras­su­rant pour l’élec­teur. Se dé­pei­gnant lui-même as­sis tout seul de­vant un pla­teau-re­pas comme « le

spectre de l’Ely­sée », des­cen­du tout au fond du gouffre de l’im­po­pu­la­ri­té, en­fin conscient qu’il lais­se­ra sur­tout dans la mé­moire col­lec­tive le sou­ve­nir d’im­pôts ayant abou­ti au ni­vel­le­ment des Fran­çais par le bas, il n’am­bi­tionne plus que d’en­tendre dire de lui qu’il a été cou­ra­geux. Un voeu fa­cile à exau­cer s’il consent à pas­ser la main au­tre­ment que dans la che­ve­lure de Ju­lie. Je lui si­gnale à tout ha­sard que le pro­chain in­ter­ci­tés part au­jourd’hui à  h  de la gare d’Aus­ter­litz, qu’il dis­po­se­ra de  mi­nutes pour chan­ger de train à Brive-la-Gaillarde et qu’il ar­ri­ve­ra à h dans cette bonne ville de Tulle qu’il se fut mon­tré sage de

ne pas quit­ter.

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.