L’hom­mage de la Na­tion au­jourd’hui

Re­por­tée à cause de l’orage, la com­mé­mo­ra­tion se dé­roule au­jourd’hui à 11 heures sur la col­line du Châ­teau à Nice, en pré­sence de François Hol­lande et de 2500 in­vi­tés proches des vic­times

Monaco-Matin - - La Une - GUI. BERTOLINO gber­to­li­no@ni­ce­ma­tin.fr

Après l’orage, l’hom­mage. Les pré­vi­sion­nistes de Mé­téo France avaient vu juste. Les au­to­ri­tés avaient bien fait de re­por­ter à ce ma­tin l’hom­mage na­tio­nal aux vic­times du 14-Juillet. Place donc au­jourd’hui à ce que le psy­chiatre Pa­trick Cler­voy, dé­fi­nit comme le «temps de mé­moire col­lec­tif». Ce­lui de ces di­zaines de proches des vic­times de l’at­ten­tat de Nice. Qu’ils soient d’ici ou de plus loin, en France et dans le monde. Toutes celles et ceux qui ont, ce fu­neste soir d’été à Nice, per­du un ami, un pa­rent, vont pou­voir se ren­con­trer. Par­ta­ger, échan­ger par­fois. Des mots, un re­gard, un geste. Et conti­nuer à vivre avec le poids, in­com­men­su­rable, de la peine..

« Utile » de Julien Clerc

La cé­ré­mo­nie dé­bute à 11 heures sur la col­line du Châ­teau avec l’ar­ri­vée du pré­sident de la Ré­pu­blique en pré­sence de quelque 2500 in­vi­tés. Après la Mar­seillaise et la re­vue des troupes, un texte se­ra lu par un re­pré­sen­tant de l’as­so­cia­tion «Pro­me­nade des Anges». Dans la fou­lée Julien Clerc in­ter­pré­te­ra au pia­no Utile, une de ses chansons. Deux ar­tistes de l’opé­ra de Nice li­ront les noms des 86 vic­times. A l’ap­pel de chaque nom, une rose blanche se­ra dé­po­sée par des élèves du ly­cée Mas­sé­na sur un mo­nu­ment choi­si par les fa­milles, et qui re­po­se­ra sur des ga­lets de la pro­me­nade des An­glais. Après une mi­nute de silence, un qua­tuor à cordes de l’or­chestre phil­har­mo­nique de Nice in­ter­pré­te­ra l’aria de la Suite en ré de Bach. Place en­suite à l’in­ter­ven­tion du pré­sident de la Ré­pu­blique. La cé­ré­mo­nie se ter­mi­ne­ra à mi­di avec la Mar­seillaise chan­tée par le choeur des en­fants de l’opé­ra de Nice.

Hô­te­liers et taxis en pre­mière ligne

« Je tiens à sa­luer les hô­te­liers, les taxis et les so­cié­tés de trans­port col­lec­tif pour leur im­pli­ca­tion dans le dis­po­si­tif d’hé­ber­ge­ment et d’ache­mi­ne­ment des fa­milles de vic­times. Ain­si que toutes les so­cié­tés azu­réennes qui ont par­ti­ci­pé à l’éla­bo­ra­tion du site sur la col­line du Châ­teau» rap­pe­lait, hier, le di­rec­teur de ca­bi­net du pré­fet, François-Xavier Lauch. Des hô­te­liers qui, par la voix de leur pré­sident De­nis Cip­po­li­ni, ont fait sa­voir qu’ils avaient bien en­ten­du «main­te­nu une nuit de plus les chambres ré­ser­vées aux fa­milles. Et qu’ils fe­raient face aux dé­penses sup­plé­men­taires». Hô­te­liers qui, jouant à fond la carte de la so­li­da­ri­té, re­met­tront cou­rant no­vembre un chèque à l’as­so­cia­tion des vic­times. Si cer­taines fa­milles étaient ar­ri­vées dès jeu­di à Nice, «d’autres ont pré­fé­ré re­por­ter à au­jourd’hui (lire: hier, Ndlr) leur ar­ri­vée. Il a donc fal­lu modifier les billets d’avion. Tout ce­la s’est très bien gé­ré et tout le monde se­ra là», le pré­sident de la Ré­pu­blique en tête. Ain­si que toutes les per­son­na­li­tés po­li­tiques an­non­cées ini­tia­le­ment.

(Pho­to Frantz Bou­ton)

Bru­no, Mal­gache de  ans éta­bli à Nice, a per­du sa femme Mi­no le -Juillet. Trois mois plus tard, il va lui rendre hom­mage avec ses beaux-pa­rents.

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.