Pa­ris touche du bois

Monaco-Matin - - Sports -

Comme ima­gi­né, le gain de la pre­mière place, si im­por­tant dans l’op­tique d’un ti­rage plus clé­ment en 8es de fi­nale, se joue­ra vrai­sem­bla­ble­ment entre les Pa­ri­siens et Ar­se­nal (sept points cha­cun). Le match à l’Emi­rates Sta­dium du 23 no­vembre entre les deux for­ma­tions consti­tue­ra la fi­nale du groupe. En at­ten­dant, il fau­dra au PSG s’im­po­ser à nou­veau à Bâle pour la se­conde manche dans deux se­maines et sur­tout com­men­cer à vrai­ment éle­ver son ni­veau. Car à trop jouer à un train de sé­na­teur et sans idée vrai­ment di­rec­trice, il s’ex­pose in­évi­ta­ble­ment à des dé­con­ve­nues comme celles dé­jà su­bies en Ligue 1, la der­nière fois à Tou­louse (2-0). Et en Coupe d’Eu­rope la ré­so­nance est tout autre. Pour cette fois, Pa­ris peut en ef­fet s’es­ti­mer heu­reux du scé­na­rio fa­vo­rable de sa ren­contre face à des Suisses qui n’ont pas fer­mé le jeu. Comme à Lu­do­go­rets (3-1) il y a trois se­maines, il a été

GROUPE A

Di Ma­ria a sco­ré son pre­mier but de la sai­son, hier contre Bâle. De quoi li­bé­rer le PSG dans un match com­pli­qué où les Suisses ont tou­ché trois fois les mon­tants.

très long à en­trer dans le match, et a frô­lé la cor­rec­tion­nelle en étant sau­vé deux fois par ses mon­tants (5e, 36e), avant de prendre la me­sure d’un ad­ver­saire tra­hi par son manque d’ef­fi­ca­ci­té of­fen­sive.

Di Ma­ria, bu­teur bles­sé

C’est An­gel Di Ma­ria qui a dé­li­vré le qua­druple cham­pion de France peu avant la pause, en re­pre­nant très fort, du droit, un centre de Ma­tui­di mal ren­voyé par la dé­fense. Adrien Ra­biot, peu­têtre le meilleur Pa­ri­sien sur la pe­louse pour sa ca­pa­ci­té à éclai­rer le jeu, était à l’ori­gine de l’ac­tion (40e). L’Ar­gen­tin, dont c’est le pre­mier but de la sai­son et même en six mois, a-t-il de la sorte dé­bu­té son « opé­ra­tion ré­demp­tion », après un dé­but

GROUPE B

d’exer­cice in­digne de son ni­veau ? L’ave­nir le di­ra, mais à voir son im­mense joie après coup, un sen­ti­ment de li­bé­ra­tion était pal­pable. Pour­tant, hor­mis une vo­lée acro­ba­tique pas­sée de peu à cô­té (31e), « el fi­deo » a été peu en vue jus­qu’à sa sor­tie, vrai­sem­bla­ble­ment tou­ché aux lom­baires. En se­conde pé­riode, lors de la­quelle Bâle a en­core tou­ché le po­teau (66e), mais a aus­si moins per­tur­bé des Pa­ri­siens plus concen­trés dé­fen­si­ve­ment, Lucas a fait le break. Un bon en­chaî­ne­ment contrôle-plat du pied, qui a pu­ni un autre mau­vais ren­voi de la dé­fense suisse. Mal­gré quelques op­por­tu­ni­tés, dont un ul­time face à face per­du par Je­sé en­tré en jeu, Pa­ris s’est en­suite conten­té de gé­rer son avan­tage, pen­dant qu’Ar­se­nal soi­gnait

GROUPE C

son at­taque. Signe ex­té­rieur des états de forme res­pec­tifs des deux ri­vaux ? Pro­ba­ble­ment tant l’équipe d’Unai Eme­ry, dans sa ver­sion type si on ex­cepte l’ab­sence de Thia­go Mot­ta tou­ché à un muscle fes­sier, a en­core eu du mal à s’ex­pri­mer. Dans ce contexte, Edin­son Ca­va­ni n’a lui pas vrai­ment exis­té, si­non par une tête qui a tou­ché l’ex­té­rieur du po­teau au re­tour des ves­tiaires. Mais l’Uru­guayen a fi­na­le­ment droit à son but, en trans­for­mant dans le temps ad­di­tion­nel un pe­nal­ty qu’il a lui même pro­vo­qué. Son 4e but eu­ro­péen, son 13e toutes com­pé­ti­tions confon­dues. De quoi en­gran­ger de la confiance, se­lon les voeux ré­gu­liè­re­ment for­mu­lés par Eme­ry. Sur­tout à quatre jours du cla­si­co contre Mar­seille.

GROUPE D

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.