Tou­bon: «Mo­na­coest aus­si confron­té àdes pro­blèmes d’ac­cè­saux droits »

Monaco-Matin - - L’info Du Jour - PRO­POS RE­CUEILLIS PAR JOËLLE DEVIRAS

Les droits fon­da­men­taux, c’est la pré­oc­cu­pa­tion de Jacques Tou­bon, du camp de mi­grants à Vin­ti­mille jus­qu’àMo­na­co pour­per­mettre aux sa­la­riés, par exemple, de tra­vailler sans en­trave. À l’in­vi­ta­tion­duHaut Com­mis­sa­riat à la Pro­tec­tion des Droits, des Li­ber­tés età­laMé­dia­tion, le dé­fen­seur des Droits a par­ti­ci­pé au sé­mi­naire de l’as­so­cia­tion des om­buds­mans et mé­dia­teurs de la fran­co­pho­nie.

Lorsque vous dé­non­cez, par exemple, les condi­tions du dé­man­tè­le­ment de Ca­lais, avez­vous le sen­ti­ment d’êtreen­ten­du et consi­dé­ré par les au­to­ri­tés? En tant queDé­fen­seur des droits, j’ai pour­mis­sion­de­dé­fendre et faire res­pec­ter les droitsde toute per­sonne sur le ter­ri­toire, quelle que soit sa si­tua­tion ad­mi­nis­tra­tive. Mon rôle est d’aler­ter le gou­ver­ne­ment, les­pou­voirs pu­blics, sur des si­tua­tionsque j’es­time in­ac­cep­tables au re­gardde nos règles de droit. Je­peux pré­sen­ter des ob­ser­va­tions­de­vant les ju­ri­dic­tions sai­sies, comme ven­dre­di der­nier dans le cadre du ré­fé­ré contre le­dé­man­tè­le­ment de­vant leT­ri­bu­nal ad­mi­nis­tra­tif de Lille. Je­fais ré­gu­liè­re­ment des re­com­man­da­tions au gou­ver­ne­ment et auPar­le­ment qui sont sou­vent sui­vies. L’an­pas­sé mon rap­port d’oc­to­breaé­té sui­vi de me­sures pri­ses­par le gou­ver­ne­ment pour amé­lio­rer l’ac­cès aux soins et l’ac­cès à l’eau et l’hy­giè­ne­pour les mi­grants du campde la Lande.

Avez-vous l’im­pres­sion que les droits fon­da­men­taux avancent ou re­culent? J’es­ti­meque le res­pect des droits fon­da­men­taux des étran­gers est un mar­queur es­sen­tiel du­de­gré de pro­tec­tion des­droits et des li­ber­tés dan­sun­pays. Dans mon rap­port du  mai  sur « Les­droits fon­da­men­taux des étran­gers en France », j’ex­plique en quoi les in­éga­li­tés de trai­te­ment à l’égard des étran­gers sont si nom­breuses et an­crées dans les ha­bi­tu­des­qu’on en ar­ri­veàes­ti­mer qu’elles sont im­muables et lé­gi­times. Or, le fait que le­droit et les pra­tiques per­çoivent les in­di­vi­dus comme « étran­gers » avant de les consi­dé­rer com­medes per­sonnes, des en­fants, des mères, des ma­lades, conduit à af­fai­blir leur ac­cès aux droits fon­da­men­taux.

Com­ment per­ce­vez-vousMo­na­co, si pe­tit et si sin­gu­lier, au re­gard des­droitsque vous dé­fen­dez? Ce n’est pas la tailled’unÉ­tat qui est un obs­tacle au res­pect des­droits et des li­ber­tésdes per­sonnes qui y ré­sident. Les droits sont uni­ver­sels.

Anne East­wood est votre ho­mo­lo­gue­mo­né­gasque. Vous­mê­meou vos col­la­bo­ra­teurs échan­gez-vous ré­gu­liè­re­ment avec Mo­na­co? Sur quels su­jets? Je constate queMo­na­coest aus­si confron­téà­des­pro­blè­mesd’ac­cès aux­droits. Je pense no­tam­ment à la si­tua­tiondes ré­si­dents mo­né­gas­ques­de­na­tio­na­li­té ex­tracom­mu­nau­tai­reayant un em­ploiàMo­na­co. En rai­son­du coût du lo­ge­ment enP­rin­ci­pau­té, ilsn’ont plus les­moyens de se main­te­niràMo­na­coet cherchent à se re­lo­gerà­moindre coût dans les com­munes fran­çaises li­mi­trophes. Ils n’ob­tiennent alorsdes au­to­ri­tés fran­çai­ses­qu’un titre de sé­jour « vi­si­teur » ne leur per­met­tant pas de tra­vailler. Par ri­co­chet, les au­to­ri­tés­mo­né­gasques, fai­sant ap­pli­ca­tion du prin­ci­pede ré­ci­pro­ci­té pré­vu aux ac­cords fran­co-mo­né­gasques, re­fusent alors de leur dé­li­vrer un per­mis de tra­vail leur per­met­tant de conti­nuer à tra­vailleràMo­na­co. C’est un exemple que les om­buds­mans et­mé­dia­teursde la fran­co­pho­nie ont à ré­soudre. C’est un exemple des pro­blèmes trans­fron­ta­liers qui peuvent se po­ser et qui jus­ti­fient que le Dé­fen­seur des­droits et le Haut Com­mis­sa­riat à laP­ro­tec­tiondes Droits­mo­né­gasque tra­vaillent en­sem­ble­pour contri­buer à les ré­soudre. C’est tout l’in­té­rêt d’une coo­pé­ra­tion entre om­buds­mans et mé­dia­teurs que l’on re­trouve plus lar­ge­ment au seinde la fran­co­pho­nie.

Vous ve­nez de lan­cer une cam­pagne d’in­for­ma­tion­sur l’ac­cès aux­droits. Pour­quoi? Notre cam­pagne #EgauxFa­ceAuD­roit a pour ob­jec­tif d’in­for­mer le pu­blic sur les mis­sions de notre ins­ti­tu­tion: la­dé­fen­sedes droits­pour tous. Nous sou­hai­tons in­for­mer l’en­semble de la po­pu­la­tion­du re­cours ju­ri­dique que­nous re­pré­sen­tons. Ci­toyens com­meé­tran­gers, en­fants comme adul­tes­peuvent s’adres­serà­nous gra­tui­te­ment.

(Pho­to Cy­ril Dodergny)

Le dé­fen­seur des Droits en France, Jacques Tou­bon, et son ho­mo­logue mo­né­gasque, Anne East­wood.

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.