L’AS Cannes veut sé­duire

Monaco-Matin - - Sports - PHI­LIPPE HERBET pher­bet@ni­ce­ma­tin.fr

Il croyait bien avoir tout an­ti­ci­pé. Tout gé­ré en amont. Il y a pour­tant une chose qu’il n’avait pas pré­vue : qu’il soit obli­gé de pas­ser sur le billard (her­nie in­gui­nale), quelques jours seule­ment avant que la sai­son ne dé­bute of­fi­ciel­le­ment. Drôle de bap­tême du feu pour Ar­naud Jos­se­rand­qui, mal­gré ce­la, se­ra bien pré­sent, ce soir au Pa­lais des Vic­toires, pour vivre une grande pre­mière au charme for­cé­ment par­ti­cu­lier. Avec, pour nous éclai­rer sur son état d’es­prit du mo­ment, les mots du coeur pour pan­ser les maux du corps. Dis­tillés comme au­tant de jo­lies cer­ti­tudes, for­gées lors d’une pré­pa­ra­tion por­teuse de pro­messes. « Je suis vrai­ment très content du tra­vail qu’on a pu ef­fec­tuer, glisse, en­thou­siaste, le suc­ces­seur d’Igor Ko­la­ko­vic sur le banc can­nois. Mais aus­si très sa­tis­fait de mes joueurs. J’ai exac­te­ment l’équipe que je sou­hai­tais avoir. Avec des gar­çons ex­pé- ri­men­tés, comme Pierre Pu­jol, Ma­nu Ra­gon­det ou en­core De­jan Ra­dic. Des nou­veaux comme Ji­ri Kral et Ho­ra­cio d’Al­mei­da, que j’ai vou­lu faire ve­nir pour dis­po­ser d’une belle tri­plette de cen­traux, puisque sur ces postes-là, ce sont des joueurs d’ex­pé­rience. Et puis, après, on a aus­si fait des pa­ris, puisque j’ai un li­bé­ro qui n’a que 18 ans (Ben­ja­min Diez, NDLR), et des jeunes comme Tim Carle et Nic Del Bian­co qui n’ont pas une grande ex­pé­rience à ce ni­veau. Mal­gré tout, je pense que nous sommes prêts. Prêts à nous battre. C’est d’ailleurs vrai­ment quelque-chose qu’avec Pierre, on a sou­hai­té leur in­suf­fler. Chaque an­née, le cham­pion­nat est de plus en plus dur. Et si on n’est pas prêts à ba­tailler dur comme fer sur chaque match, on n’au­ra du mal à ob­te­nir ce que l’on veut… »

Pres­sion

Mal­gré tout, dé­bu­ter face à Poi­tiers, une for­ma­tion qui s’est bi­gre­ment ren­for­cée du­rant l’in­ter- sai­son, n’a rien d’évident. « C’est clair, confirme l’ad­joint de Laurent Tillie chez les Bleus. On n’est pas fa­vo­ris, ça, c’est sûr, mais si on est ca­pable de re­pro­duire en match, ce que l’on montre à l’en­traî­ne­ment, en ne lâ­chant rien, on leur po­se­ra, a mi­ni­ma, de gros pro­blèmes. » Autre ‘‘ han­di­cap’’, entre guille­mets, ce­lui de jouer ce match d’ou­ver­ture à do­mi­cile. Source, né­ces­sai­re­ment, d’un sur­plus de pres­sion. « Oui, mais j’ai quand­même des gar­çons sur qui m’ap­puyer pour gé­rer ça, dé­dra­ma­tise Jos­se­rand. Des joueurs qui sau­ront faire pas­ser le mes­sage aux plus jeunes que ça ne reste de toute fa­çon qu’un match. Qu’il faut d’abord pen­ser à le jouer à fond. Mais une fois en­core, si mon équipe ré­édite ce qu’elle fait ré­gu­liè­re­ment à l’en­traî­ne­ment, et quelque soit le ré­sul­tat fi­nal d’ailleurs, on va pro­duire du jeu. Don­ner de plai­sir aux gens. Et ça aus­si c’est im­por­tant… » Une­pre­miè­re­vic­toire ré­son­ne­rait mal­gré tout de fa­çon plus sym­pho­nique aux oreilles des sup­por­ters.

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.