J.-F. Gour­don: « Ils ont cha­cun leurs pe­tits ex­ploits »

Monaco-Matin - - Monaco -

« Killy di­sait: “Pour ga­gner il faut ris­quer de perdre”. C’est tel­le­ment vrai, on ap­pré­cie d’au­tant plus la vic­toire quand on a connu l’échec. »

Comme tous les membres de la So­cié­té nau­tique, Jean-Fran­çois Gour­don avait le­coeur gros, hier, aprè­sa­voir es­suyé les larmes de son quatre. Le pré­sident a tou­te­fois re­trou­vé la ba­nane en cons­ta­tant que l’image dé­ga­gée­par ses pou­lains et la réus­site de l’or­ga­ni­sa­tion de ces Mon­diaux al­laient cer­tai­ne­ment créer un ap­pel d’air. Sé­duire tou­jours plus de jeunes.

Vo­tre­quatre échoue au pied du po­dium mais, comme le sou­ligne Jean-Ch­ris­tophe Rol­land, était peut-être­meilleur que l’an­née der­nière…

C’est sur. Tech­ni­que­ment ils sont mieux et ils sont mieux en­traî­nés. In­con­tes­ta­ble­ment, ce n’est pas eux qui ont ré­gres­sé c’est le ni­veau qui est mon­té. Et, ça, que le ni­veau soit mon­té, j’en suis fier. Je suis fier éga­le­ment du­double fé­mi­nin tu­ni­sien qui fi­nit  e pour la pre­mière par­ti­ci­pa­tion de la Tu­ni­sie à des cham­pion­nats du monde.

Cet­te­der­nière course était avant tout un beau spec­tacle...

Oui! Tout le monde vi­vait la course avec eux. C’est ça aussi le sport, c’est de par­ta­ger des émo­tions. Mais quand je les ai vus s’ef­fon­drer à l’ar­ri­vée, il ne fal­lait pas me pous­ser non plus parce qu’il m’au­rait en­traî­né.

L’évé­ne­ment a-t-il été à la hau­teur de vos es­pé­rances?

Je suis heu­reux parce qu’hier soir (ven­dre­di) on a fait une soi­rée pour les bé­né­voles [ sur site, ndlr] au Mu­sée océa­no­gra­phique et je leur ai dit qu’il y a  jours, quand on a réuni tout le monde en pré­pa­ra­tion, j’ai pu me­su­rer la fer­veur. Et de les re­voir hier soir alors qu’ils ont cha­cun leurs pe­tits ex­ploits, c’était très émou­vant, très tou­chant. Il y avait une com­mu­nion, c’était presque de la spi­ri­tua­li­té avec une prière com­mune.

Une ex­pé­rien­ce­qui ser­vi­ra le pro­chain Chal­lenge Prince Al­bert? Qui va ve­nir très vite…

Oui très vi­te­mais alors ça [rires], ne le dites sur­tout pasàme femme! [rires] Mais j’ai tou­jours dit que ce cham­pion­nat du­monde était un trem­plin pour notre Chal­lenge. De prendre tout ce qu’il y a de meilleures dans cette or­ga­ni­sa­tion de la FISA. Il y a eu­beau­coup de contraintes mais il y a eu­quand même beau­coup de choses très po­si­tives. Je les re­tiens et on re­pro­dui­ra cer­taines choses. Le deuxième point, c’est que le monde en­tier avait les yeux ri­vés sur Mo­na­co et ils savent que pour la pro­chaine fois on est ca­pable.

(Pho­tos T.M.)

Le sou­ve­rain a lon­gue­ment dis­cu­té avec les équi­pages mo­né­gasques pour les fé­li­ci­ter.

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.