La «Jungle» deCa­lais éva­cuée­dès de­main

Le plus grand camp de mi­grants de France, sym­bole des ra­tés des po­li­tiques en ma­tière d’im­mi­gra­tion, va être dé­man­te­lé

Monaco-Matin - - France -

La fin d’un sym­bole. L’éva­cua­tion­to­tale de la « Jungle » de Ca­lais, le plus grand bi­don­ville de France – une di­zaine d’hec­tares, entre 6400 et 8140 mi­grants se­lon les es­ti­ma­tions – dé­bu­te­ra de­main à 8 heures. La pré­fète du Pas-de-Ca­lais, Fa­bien­neBuc­cio, « a pris ven­dre­di un ar­rê­té d’ex­pul­sion » don­nant « 72 heures » aux « oc­cu­pants sans droit ni titre » du camp de la Lande (nom of­fi­ciel de la « Jungle »), pour quit­ter les lieux. Il a com­men­cé à être af­fi­ché ven­dre­di en fin d’après-mi­di, en plu­sieurs langues (au­moins neuf sont pra­ti­quées dans le camp) en plu­sieurs points.

« Pas de contrainte »

Le pro­ces­sus de dé­man­tè­le­ment se­ra en­ta­mé dès cet après-mi­di, avec des tour­néesdes ser­vices de l’im­mi­gra­tion qui « vont s’in­ten­si­fier » pour in­for­mer les mi­grants et les convaincre de par­tir. Fa­bienne Buc­cio ren­con­tre­ra par ailleurs au­jourd’hui « les chefs des com­mu­nau­tés » (Af­ghans, Sou­da­nais, Ery­thréens, les Sy­riens étant très peu nom­breux). En trois jours, 145 au­to­cars pou­vant em­me­ner cha­cun jus­qu’à 50 mi­grants et avec deux ac­com­pa­gna­teurs à bord, quit­te­ront Ca­lais pour des centres de sé­jour tem­po­raire (287 au to­tal, par­tout en France), dé­nom­més « centres d’ac­cueil et d’orien­ta­tion », où ils pour­ront « ré­flé­chir à leur pro­jet per­son­nel » se­lon les au­to­ri­tés. Avec « 7500 places trou­vées » , les pou­voirs pu­blics se sont don­né « une bonne marge de sé­cu­ri­té » , es­time-t-on au­mi­nis­tère de l’In­té­rieur. Se­lon les au­to­ri­tés, il n’y au­ra « pas de contrainte sur les mi­grants » pour les obli­ger à mon­ter dans les cars, mais ceux qui re­fu­se­raient de quit­ter le site s’ex­po­se­ront « en der­nier re­cours » à un pla­ce­ment en­cen­trede ré­ten­tion, sou­vent l’an­ti­chambre d’une ex­pul­sion. Tous ceux qui se pré­sen­te­ront aux gui­chets de dé­part au­ront « le choix entre deux des­ti­na­tions, dans des ré­gions dif­fé­rentes » . Su­jet ex­trê­me­ment sen­sible, les mi­neurs sans fa­mille vi­vant dans la « Jungle » (1291 se sont dé­cla­rés­com­me­tels) ne quit­te­ront pas Ca­lais: ils se­ront hé­ber­gés pro­vi­soi­re­ment– pen­dant une ou deux se­maines, en at­ten­dant que leur dos­sier soit ins­truit – dans deux struc­tures en dur, le Centre d’ac­cueil pro­vi­soire (CAP) et le Centre Jules Fer­ry.

Sept jours à risque

Le mi­nis­tère table sur 60 dé­parts de cars de­main, 45 mar­di et 40 mer­cre­di, et es­père bou­cler l’opé­ra­tion en une se­maine. Mal­gré les vives ré­serves d’une di­zaine d’entre elles, il table sur la co­opé­ra­tion des as­so­cia­tions, cru­ciale pour es­sayer d’évi­ter d’éven­tuels dé­bor­de­ments. « C’est une opé­ra­tionà­risque qui peut dé­gé­né­rer, avec la né­ces­si­té de faire in­ter­ve­nir la force pu­blique », ad­met-on place Beau­vau. Quelque 1250 po­li­ciers et gen­darmes sont mo­bi­li­sés, dans un contexte de ten­sion crois­sante ces der­niers jours: dans la nuit de mer­cre­di à jeu­di, des cock­tail Mo­lo­tov ont été lan­cés pour la pre­mière fois­sur les forces de l’ordre pré­sentes sur place.

(Pho­to MaxPPP/EPA)

Le camp s’étend sur une di­zaine d’hec­tares, et ras­semble entre   et   per­sonnes se­lon les es­ti­ma­tions.

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.