Un couple amé­ri­cain fait un don ex­cep­tion­nel à laF­rance

Monaco-Matin - - France/Monde -

Des Bon­nard, des Vuillard, desRe­don…: un couple de col­lec­tion­neurs amé­ri­cains, Spen­cer et Mar­lene Hays, va don­ner à laF­ran­ce­sa­très im­por­tante col­lec­tion, qui re­join­dra le mu­sée d’Or­say au dé­cès de ces deux pas­sion­nés d’art. « Cette do­na­tion ex­cep­tion­nelle par sa taille et sa co­hé­rence est la plus im­por­tante que les mu­sées fran­çais aient re­çue d’un do­na­teur étran­ger de­puis 1945 » , a in­di­qué le mi­nis­tère de la Culture. La col­lec­tion du cou­pleHays com­prend quelque 600 oeuvres de la se­conde moi­tié du XIXe siècle et de la pre­mière moi­tié du XXe siècle. Elle est éva­luéeà350mil­lions d’eu­ros ac­tuel­le­ment, et conti­nue à s’en­ri­chir.

Dé­co­rés de la Lé­gion d’hon­neur

Une pre­mière do­na­tion de 187 oeuvres (dont no­tam­ment 69 oeuvres du cou­rant na­bi: Bon­nard, Vuillard, Mau­rice De­nis) es­ti­mées à 173mil­lions d’eu­ros, aé­té for­ma­li­sée hier soir à l’Ély­sée en pré­sence de Fran­çoisHol- lande. Âgés de 80 ans et ma­riés de­puis 60 ans, le couple a re­çu à cette oc­ca­sion des mains du Pré­sident les in­signes de com­man­deur de la Lé­gion d’hon­neur « pour leur vie pas­sée au ser­vice de l’art et du beau » . Cet­te­do­na­tion cou­ronne les pa­tients ef­forts de Guy Co­ge­val, le­pré­sident du mu­sée d’Or­say, qui connaît de­puis 2001 le couple avec le­quel il par­tage le goût des peintres na­bis. Spen­cer et Mar­lene Hays ont­po­sé­com­me­con­di­tion à leur do­na­tion que leur col­lec­tion, qui a sa co­hé­rence, soit pré­sen­tée dans un es­pace dé­dié. Elle se­ra­dis­po­sée dans en­vi­ron 900m2.

D’ori­gine mo­deste

D’ori­gine texane, le riche homme d’af­faires et son épouse sont des au­to­di­dactes en his­toi­rede l’art, amou­reux de Pa­ris et de la pein­ture fran­çaise de cette époque. Ce­la fait­plus de 30 ans qu’ils construisent cette col­lec­tion, dont une par­tie (les 187pein­tures, pa­piers et sculp­tures don­nés hier) a été dé­voi­lée en 2013 au mu­sée d’Or­say. Rien ne pré­des­ti­nait pour­tant Spen­cer Hays à de­ve­nir col­lec­tion­neur. « En­fant, j’ha­bi­tais au Texas, dans une ville où il n’y avait ni art, ni mu­sée. J’ai ren­con­tré­ma­fem­meMar­lene avant d’en­trer à l’uni­ver­si­té. Nous étions tous les deux d’ori­gine très mo­deste » , avait confié l’homme d’af­faires en 2013. Il avait­com­men­cé sa car­rière par la vente de livres en fai­sant du porte-à-por­teàNa­sh­ville (Ten­nes­see). Un jour, son épouse lui pro­pose d’ache­ter un ta­bleau d’un peintre hol­lan­dais du XVIIe pour dé­co­rer leur mai­son. Un peu éton­né, il ac­cepte. C’est le dé­but d’une vé­ri­table pas­sion. Le couple vit dé­sor­mais au mi­lieu des oeuvres d’art­dans un grand ap­par­te­men­tàNew York. Il s’est éga­le­ment fait construi­reàNa­sh­ville la ré­plique d’un­hô­tel par­ti­cu­lier de la rue de Gre­nelle à Pa­ris. 1. En dé­tail: 23 Vuillard, 12 Bon­nard, 4 Mau­rice De­nis. Outre les na­bis, il y a aussi des oeuvres d’Odi­lon Re­don, Ed­gar De­gas, Gus­tave Caille­botte, Ca­mille Co­rot, Aris­tide Maillol, Ame­deo Mo­di­glia­ni…

(Pho­to AFP)

Spen­cer Hays et sa femme cèdent leur col­lec­tion de  oeuvres (ci-des­sus LesP­re­miersPas, d’EdouardVuillard, ex­po­sé au­mu­sée d’Or­say en ).

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.