En­ter­prise Ire­land en vi­site L’in­ter­view

Dé­cou­vrir l’éco­sys­tème éco­no­mique lo­cal, dé­ve­lop­per des par­te­na­riats... Tels étaient les ob­jec­tifs du dé­pla­ce­ment de l’agence de pro­mo­tion des en­tre­prises ir­lan­daises

Monaco-Matin - - L’économie - KA­RINE WEN­GER kwen­ger@ni­ce­ma­tin.fr

En­ter­prise Ire­land, l’agence gou­ver­ne­men­tale de pro­mo­tion et dé­ve­lop­pe­ment des en­tre­prises ir­lan­daises à l’in­ter­na­tio­nal, était en vi­site dans la ré­gion la­se­maine der­nière. Ob­jec­tif : « Eta­blir des liens entre les so­cié­tés ir­lan­daises et la Côte d’Azur ». Avec, pour l’ap­puyer dans cette dé­marche, Frances Fitz­ge­rald, vi­ceP­re­mier mi­nistre ir­lan­dais, éga­le­ment mi­nistre de la Jus­tice et de l’Ega­li­té. Entre un pas­sage au Mipcom de Cannes, une ren­con­tre­sur le thème du ma­na­ge­ment des ta­lents et une vi­site de la Mou­ra­tou­glou Ten­nis Aca­de­my dont l’agen­ce­ment des es­paces pu­blics a été réa­li­sé par la so­cié­té ir­lan­daise Cast­le­brook, la vi­ceP­re­mier mi­nis­treet Ju­lieSin­na­mon, CEO d’En­ter­prise Ire­land, ont ex­pli­qué les rai­sons de leur pré­sence dans la ré­gion.

Quel est le but de ce dé­pla­ce­ment ? Frances Fitz­ge­rald. Ila­pour but de sou­te­nir l’in­dus­trie et les en­tre­prises ir­lan­daises. Avec En­ter­prise Ire­land, nous sommes al­lés au Mip­comà Cannes car la pro­duc­tion de conte­nus au­dio­vi­suels est un sec­teur très por­teur en Ir­lande. La rai­son prin­ci­pale de notre pré­sence ici est de créer des liens, dé­ve­lop­per des par­te­na­riats avec des en­tre­prises fran­çaises, no­tam­ment. Il ne faut pas nous consi­dé­rer comme des concur­rents­mais comme des par­te­naires pour qu’en­semble, Fran­çais et Ir­lan­dais, col­la­bo­rions, par­ta­gions nos sa­voir-faire dans un but com­mun de se Ac­com­pa­gnée de Ju­lie Sin­na­mon, CEO d’En­ter­prise Ire­land (à droite), la vi­ceP­re­mier mi­nistre ir­lan­dais, an­cienne cham­pionne de ten­nis, a tout par­ti­cu­liè­re­ment ap­pré­cié la vi­site de la Mou­ra­to­glou Ten­nis Aca­de­my.

dé­ve­lop­per, no­tam­ment dans l’ani­ma­tion, les do­cu­men­tai­res­mais aus­si d’autres do­maines comme la san­té. Ju­lie Sin­na­mon. Les Fran­çais ap­pré­cient la créa­ti­vi­té et la tech­no­lo­gie ir­lan­daises. Un­do­maine que­nous vou­lons dé­ve­lop­per, que ce soit dans la com­mu­ni­ca­tion, l’au­dio­vi­suel, les films d’ani­ma­tion... Anous de­pro­duire le meilleur de notre sto­ry­tel­lin­get de le trans­for­mer en­op­por­tu­ni­té de bu­si­ness. C’est la pre­mière fois que je viens à So­phia An­ti­po­lis, c’est une ré­gion très dy­na­mique et nous sommes là­pour com­prendre le tis­su éco­no­mique lo­cal et pour par­ta­ger notre ac­tion et ex­pé­rience en Ir­lande.

Quel est le rôle d’En­ter­prise Ire­land ? Ju­lie Sin­na­mon. En­ter­prise Ire­land est une agence gou­ver­ne­men­tale fon­dée en  qui aide les en­tre­prises ir­lan­daises à al­ler sur des mar­chés étran­gers. Via ses  bu­reaux ins­tal­lés sur tous les con­ti­nents, elle ac­com­pagne le lan­ce­ment de  star­tups tous les ans et suit la crois­sance à l’ex­port de   en­tre­prises. De­puis , nous avons sou­te­nu   so­cié­tés. Nous dé­nom­brons  so­cié­tés ir­lan­daises clientes d’En­ter­prise Ire­land ins­tal­lées en France ; soit   sa­la­riés. Nous avons une an­tenne à Pa­ris. De­puis deux ans, nous avons dé­ve­lop­pé un pro­gramme en di­rec­tion

des femmes en­tre­pre­neurs afin de les ai­der dans la créa­tion de leur en­tre­prise. Et ça marche car de  %, le pour­cen­tage de femmes chefs d’en­tre­prise est pas­sé à  %. Frances Fitz­ge­rald. Nous pré­fé­rons le voir comme une op­por­tu­ni­té car l’Ir­lande est dé­sor­mais le seul pays an­glo­phone de l’Union eu­ro­péenne. Mais c’est aus­si un­dé­fi car nous im­por­tons et ex­por­tons beau­coup vers leRoyau­meU­ni. Si nous re­gret­tons leur dé­ci­sion, nous de­vons l’ac­cep­ter et agir en consé­quence. L’Ir­lande est et res­te­ra­pro­fon­dé­ment eu­ro­péenne. C’est l’oc­ca­sion de res­ser­rer notre re­la­tion avec l’UE et ses­membres. La France et les autres Etats doivent com­prendre l’im­por­tance de main­te­nir le pro­ces­sus de­paix. Il faut que le Royaume-Uni sorte de l’UE sans que ce­la re­crée de fron­tière entre l’Ir­lande duNor­det du Sud. Nous dé­si­rons aus­si la libre cir­cu­la­tiondes biens, des gens et des ser­vices. Ce se­ra dif­fi­cile pour leRoyaume-Un et l’Ir­lande fe­ra of­fi­cede fron­tière entre lui et l’UE. Il y ade­nom­breux pro­blèmes qui doivent être ré­so­lus dans les né­go­cia­tions avec l’Eu­ro­pe­mais aus­si EstOuest pour nous (contrô­ler les mou­ve­ments entre l’île et le Royaume-Uni, ndlr). Sans par­ler des fluc­tua­tions de la livre ster­ling. Ju­lie Sin­na­mon. De­puis quelques an­nées, nous avons aug­men­té le rythme de nos ex­por­ta­tions en de­hors du Royaume-Uni. Il y adix ans,  % de­nos ex­por­ta­tions – des en­tre­prises clientes d’En­ter­prise Ire­land– étaient en­di­rec­tion­du Royaume-Uni. Un chif­fre­qui est des­cen­duau­jourd’hui à  %. Tou­te­fois pour cer­tains sec­teurs, plus tra­di­tion­nels, il va­rie entre  et  %, voire  %. A En­tre­prise Ire­land, nous al­lons ren­for­cer notre ac­tion pour amé­lio­rer la com­pé­ti­ti­vi­téde ces do­maines et les ai­der à se di­ver­si­fier vers d’autres mar­chés.

Comment Brexit va-t-il im­pac­ter l’Ir­lande ?

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.