Vente du club: « Pas de dé­ci­sion avant le  dé­cembre »

Monaco-Matin - - Sports - F. R.

Con­cer­nant la vente éven­tuelle de son RCT, Mou­rad Boud­jel­lal a confir­mé qu’il fi­ni­rait quoi qu’il en soit la sai­son, et in­di­qué qu’il ne pren­drait de « dé­ci­sion dé­fi­ni­tive qu’après le  dé­cembre » . Soit après les élections à la pré­si­dence de la fé­dé­ra­tion fran­çaise de rugby, à la­quelle pos­tule son ex- en­traî­neur et ami Ber­nard La­porte. Pas in­no­cent. Car de l’is­sue du vote dé­pen­dra en par­tie son choix de cé­der le club ou non: « Car je ne crois plus dans le rugby des loo­sers. » Sous en­ten­du les ins­tances en place ac­tuel­le­ment, que ce soit à la ligue ou à la fé­dé. Il avoue être très sen­sible aux marques d’af­fec­tion ma­ni­fes­tées par les sup­por­ters, comme ces ban­de­roles de sou­tien dé­ployées du­rant un match. « Il y a aus­si tout un tas de­mes­sages de people, dont Guy Car­lier, que j’aime beau­coup, qui m’ont vrai­ment tou­ché. » Mais, ajoute-t-il, « les rai­sons pour les­quelles je veux quit­ter le club, vous les connais­sez. C’est le har­cè­le­ment que je su­bis. Chez nous, tout est dif­fi­cile. Il y a les cour­riers, les mails que je re­çois. Mais aus­si le ca­len­drier, les ho­raires, le rè­gle­ment... Tous ces stra­ta­gèmes, ces pe­tits ar­ran­ge­ments mis en place pour nous af­fai­blir, me fa­tiguent. » Quant aux (longues) confi­dences faites par l’ache­teur po­ten­tiel Gé­rard Bar­ba (lire notre édi­tion du  oc­tobre), Mou­rad Boud­jel­lal ne fait pas de com­men­taire. Et in­dique sim­ple­ment, mys­té­rieu­se­ment: « Il y en a, aus­si, qui ne s’ex­priment pas. » Bref. Le dé­noue­ment a en­core de beaux jours de­vant lui.

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.