« Ils ne sont pas là que pour mettre des PV ! »

Monaco-Matin - - Côte D’azur -

Ils ont la cin­quan­taine, sont ni­çois, eux aus­si fonc­tion­naires et sur­tout, so­li­daires. Claude et Syl­vie font par­tie de ces ci­toyens ano­nymes qui ma­ni­festent aux cô­tés des po­li­ciers. « Jeme sens très proche d’eux » , as­su­reC­laude, ve­nu di­manche soir pour le cin­quième soir consé­cu­tif, mal­gré les trombes d’eau. « J’ai échan­gé avec eux ; ils ex­priment une réelle souf­france. Un po­li­cier m’a dit com­bien il avait été cho­qué par la mi­sère hu­maine cô­toyée en mis­sion : ce sont des êtres hu­mains comme les autres ! » Des hu­mains qui, ce soir-là, jouent du deux-tons pour se faire en­tendre. « On­di­rait un cor­tège de ma­riage. Sauf que là, c’est pour la dé­fense des Fran­çais et des Ni­çois, ob­serve Syl­vie. Sou­vent, quand j’ap­pelle la po­lice, ils me disent qu’ils n’ont pas de voi­ture dis­po­nible. Ils vont où alors, nos im­pôts ? S’ils n’ont plus de moyens, qu’on n’a plus de po­lice, c’est ter­rible ! Ça si­gni­fie qu’on n’est plus en li­ber­té. Juste dans la peur. » Syl­vie ap­pelle à se­mo­bi­li­ser der­rière ses po­li­ciers, qui « ne sont pas là que pour­mettre des PV ! » Claude, lui, re­fuse de voir dans cette fronde une di­men­sion po­li­tique. « C’est faux. Ils ne montrent pas leur ap­par­te­nance. D’ailleurs, l’im­por­tant, c’est qu’ils soient là pour faire leur mé­tier et nous dé­fendre, nous. La force de leur mou­ve­ment, c’est qu’il est libre. Ils ont dé­ci­dé d’al­ler au­bout. Et j’es­père qu’ils vont le faire. »

(Pho­to Cy­ril Do­der­gny)

Ras­sem­ble­ment mal­gré la pluie de­vant le TGI de Nice, di­manche soir.

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.