Le prix Fe­mi­na a été dé­cer­né au Va­rois Mar­cus Malte

Monaco-Matin - - France - J. -M. V. AVEC J. D. jm­vin­cen­ti@ni­ce­ma­tin.fr

Le prix Fe­mi­na 2016 a été at­tri­bué au Va­roisMar­cus Malte pour son ro­man Le Gar­çon (édi­tions Zul­ma), aan­non­cé, hier, àPa­ris le ju­ry­de­ce­prix ex­clu­si­ve­ment com­po­sé de femmes. « Je suis bien sûr très heu­reux, ce prix vient ré­com­pen­ser la re­con­nais­sance d’un tra­vail de longue ha­leine. J’es­père qu’il va contri­buer à mieux faire connaître mes autres livres. Ce­la fait vingt ans que j’écris des ro­mans » , s’est ému l’au­teur âgé de 48 ans quiaen­par­tie écrit Le Gar­çon à La Seyne-sur-Mer où il ré­side.

Une écri­ture riche en ré­fé­rences

Mar­cus Malte, qui avec son édi­teur, a ap­pris l’heu­reuse nou­velle « quelques mi­nutes avant qu’elle ne soit of­fi­cia­li­sée », et dont le ro­man a ob­te­nu7­voix contre3àNa­tha­chaAp­pa­nah( Tro­pi­quede la vio­lence) confie : « Je ne m’y at­ten­dais pas, mais fai­sant par­tie de la sé­lec­tion et mal­gré une concur­rence pres­ti­gieuse, j’avais quand même de l’es­poir ». En lice avec qua­treautres pré­ten­dants, il suc­cède à Ch­ris­to­pheBol­tans­ki, lau­réat 2015, avec La Cache, (édi­tions Stock). Dans Le Gar­çon, im­men­se­ro­man de plus de 500 pages, l’au­teur fait en­trer­son lec­teur dans le­mon­de­dif­fi­cile d’unXXe siècle par­ta­géentre les guerres, les dé­cou­vertes et l’ar­ri­vée d’un monde nou­veau, qui bous­culent l’Homme, ses idéaux et sa conscience. D’une écri­ture riche en ré­fé­rences mu­si­ca- les, phi­lo­so­phiques, his­to­riques et pa­tri­mo­niales, Mar­cus Mal­teem­mène le lec­teur dans une quête hu­ma­niste met­tant enexergue les sen­ti­ments, les émois, l’amour, mais aus­si la bru­ta­li­té si­non la cruau­té du monde. Le gar­çon mys­té­rieu­se­ment ar­ri­vé dans le clan de Gus­tave, yap­porte son in­gé­nui­té d’en­fant sau­vage mais sur­tout son re­gard­pur et ses in­ter­ro­ga­tions muettes que seuleEm­ma, l’éman­ci­pa­trice, sau­ra sans doute ef­fa­cer. « Je vou­drais as­so­cier mon édi­teur àcette ré­com­pense, com­plète l’au­teur qui pour l’ins­tant ne conduit pas d’autre pro­jet. L’écri­ture de ce livre m’a de­man­dé beau­coup de temps et d’éner­gie, j’ai be­soin de souf­fler ». Écri­vain éclec­tique, Mar­cus Malte est l’au­teur d’une di­zaine de ro­mans, de nom­breuses nou­velles, d’ou­vrages de lit­té­ra­ture d’en­fance et de jeu­nesse et s’est­même es­sayé à la bande des­si­née. Avant de re­ce­voir le Fe­mi­na, il avait été dis­tin­gué­duG­rand prix des lec­trices de Elle en 2008 et du prixMys­tè­rede la cri­tique en 2012. Le prix Fe­mi­na du ro­man étran­ger a été at­tri­bué à Ra­bih Ala­med­dine pour Les Vies de pa­pier et le Fe­mi­na de l’es­saiàG­his­laine Du­nant pour Char­lotte Del­bo, La vie re­trou­vée. Mar­cus Malte se­ra pré­sent à la Fête du livre du Var, or­ga­ni­sée par le Dé­par­te­ment ,du 18 au 20 no­vembre, à Tou­lon. Le mi­nis­trede laJus­tice Jean-Jacques Ur­voa­saan­non­cé, hier, la fin des cinq uni­tés dé­diées aux dé­te­nus ra­di­ca­li­sés en France, au pro­fit d’une prise en charge da­van­tage axée sur la sé­cu­ri­té. Les quelque 300pro­fils iden­ti­fiés­com­meles « plus durs » se­ront sou­mis à un ré­gime de dé­ten­tion par­ti­cu­liè­re­ment sé­vère, proche de l’iso­le­ment, a-t-il fait sa­voir lors d’une con­fé­rence de presse. Ils se­ront fouillés et dé­pla­cés plus ré­gu­liè­re­ment, et fe­ront leur pro­me­nade en très pe­tits groupes, à l’écart de­sautres dé­te­nus. Le­mi­nistre de la Jus­tice, qui ne veut pas par­ler de « dé­ra­di­ca­li­sa­tion » , mais se concen­tre­sur un ob­jec­tif de « rup­ture à la vio­lence » , met ain­si fin à l’ex­pé­ri­men­ta­tion me­née dans cinq uni­tés dé­diées des­pri­sons.

(Pho­to AFP)

Avec son ro­man “LeGar­çon”, le Sey­nois confie que « ce prix vient ré­com­pen­ser un tra­vail de longue ha­leine » .

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.