Kon­dog­bia, por­té dis­pa­ru à l’In­ter

Monaco-Matin - - Sports -

Grand es­poir fran­çais, Geof­frey Kon­dog­bia pen­sait fran­chir un nou­veau pa­lier et s’ins­tal­ler enB­leu en re­joi­gnant l’In­ter Mi­lan à l’été 2015 après des pas­sages réus­sis à Sé­ville puis Mo­na­co. Il y a en fait per­du son football et a qua­si­ment dis­pa­ru des ra­dars de Didier Des­champs. Cham­pion­du­mon­deU20 aux cô­tés de Paul Pog­ba, ca­pi­taine des Es­poirs, Kon­dog­bia (23 ans) grim­pait tran­quille­ment tous les éche­lons en sé­lec­tions quand son ar­ri­vée à Mi­lan a bri­sé cette belle dy­na­mique. L’an­cien Mo­né­gasque a man­qué l’Eu­ro - de beau­coup - et même s’il a été rap­pe­lé fin août par Des­champs après le for­fait de Ca­baye pour les matches contre l’Ita­lie et le Bé­la­rus, sa pré­sence dans la liste qu’an­non­ce­ra le sé­lec­tion­neur le 3 no­vembre est plus qu’im­pro­bable. Pog­ba est un cadre, Kan­té s’est ré­vé­lé, Ra­biot est en train d’ex­plo­ser, mais Kon­dog­bia, lui, a plon­gé. Le sym­bole le plus cruel de cette ré- gres­sion est ve­nu le 25 sep­tembre face à Bo­logne quand le nou­vel en­traî­neur de l’In­ter Frank De Boer l’a rem­pla­cé après seule­ment 28 mi­nutes sous les ap­plau­dis­se­ments du pu­blic de San Si­ro, exas­pé­ré par sa pres­ta­tion. « Quand un joueur ne veut pas com­prendre, il ne peut pas res­ter sur le ter­rain », avait dé­cla­ré De Boer après le match. «Nous avons dis­cu­té ce ma­tin et je lui ai dit qu’il de­vait jouer simple. Mais il ne veut pas écou­ter (...) Il ré­pète sou­vent les mêmes er­reurs » , ajou­tait le Néer­lan­dais.

Mon­sieur  mil­lions

Kon­dog­bia, qui avait dé­jà vu l’ar­ri­vée du Por­tu­gais Joao Ma­rio obs­cur­cir en­core son ho­ri­zon en dé­but de sai­son, a en­suite été “pu­ni”, dé­pas­sé dans la hié­rar­chie des mi­lieux par le jeune Ivoi­rien Gnou­kou­ri (20 ans) et pri­vé de ter­rain pen­dant presque un mois. Il a en­fin re­trou­vé la com­pé­ti­tion sa­me­di en jouant la der­nière de­mi- heure du match per­du par l’In­ter face à l’Ata­lan­ta Ber­game (2-1). Ver­dict du Cor­rierre del­lo Sport, l’un des deux grand­squo­ti­diens spor­tifs ita­liens: « Trente mi­nutes dé­cou­ra­geantes. Mou et im­pro­duc­tif ». La sen­tence est sé­vère, mais pas com­plè­te­ment in­juste non plus, et ré­sume bien l’im­pres­sion lais­sée par Kon­dog­bia en Ita­lie, où il reste pour l’ins­tant un mys­tère. Les ob­ser­va­teurs peinent à dé­ter­mi­ner son meilleur poste, s’étonnent de son manque d’im­pact phy­sique et le trouvent tour à tour trop neutre ou trop am­bi­tieux en re­gard de ses qua­li­tés tech­niques. Cir­cons­tance ag­gra­vante, le mys­tère a coû­té très cher et avait été pré­sen­té par l’In­ter comme une belle prise de guerre, ar­ra­chée in ex­tre­mis à l’AC Mi­lan et à d’autres grands clubs eu­ro­péens. Le prix de son trans­fert, Kon­dog­bia le porte dé­sor­mais en sur­nom : « Mon­sieur 35 mil­lions ». Et pour ne rien ar­ran­ger, les sanc­tions liées au fair-play fi­nan­cier in- ter­disent aus­si au Fran­çais de jouer en Eu­ro­paLeague, où il au­rait pu re­trou­ver de la confiance. Au mau­vais en­droit au mau­vais mo­ment : l’aven­tu­re­mi­la­naise de Kon­dog­bia tourne pour l’heure au fias­co.

(Pho­to AFP)

Kon­dog­bia avec le maillot de l’In­ter : une image rare cette sai­son.

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.