Dix cham­pions « os­ca­ri­sés »

Monaco-Matin - - Monaco - PIERRE DU TERRAIL

C’est peu dire que les or­ga­ni­sa­teurs de ce nou­vel évé­ne­ment mo­né­gasque avaient mis les pe­tits plats dans les grands pour pro­mou­voir cette pre­mière édi­tion des Mo­na­co World Sports Le­gends Award. Séance d’in­ter­views à l’hô­tel Fair­mont, confé­rence de presse, cock­tail et dî­ner à l’Au­to­mo­bile Club mar­di et soi­rée de ga­la mer­cre­di à l’Hô­tel de Pa­ris. Ta­pis rouge, pho­to­call, po­dium, smo­kings et robes longues, on pou­vait presque s’ima­gi­ner à Los An­geles pour une autre cé­ré­mo­nie des Os­cars. C’était d’ailleurs le sou­hait de la so­cié­té Pro­mo Art Mo­na­co qui avait ima­gi­né la manifestation en ré­fé­rence à son illustre mo­dèle amé­ri­cain, dé­plo­rant le fait que rien n’exis­tait pour les stars du sport. L’ou­bli était donc ré­pa­ré et, sous les ors de la salle Em­pire, plus de 150 in­vi­tés se pres­saient pour as­sis­teràun show par­fai­te­ment ré­glé, mê­lant art, mode, gla­mour et di­ver­tis­se­ments avant de pas­ser en­fin à la re­mise des ré­com­penses aux­dix heu­reux ré­ci­pien­daires choi­sis cette an­née pour re­ce­voir un im­pres­sion­nant tro­phée créé par Mar­cos Ma­rin. Dans la salle, quelques VIP cô­toyaient des convives aus­si hé­té­ro­clites qu’élé­gants pour le plus grand bon­heur de la­presse people qui se ré­jouis­sait d’écou­ter Lo­re­na Ba­ri­cal­la, ex-dan­seuse des Bal­lets de Monte-Car­lo et ini­tia­trice de ces os­cars, re­con­ver­tie en maî­tresse de cé­ré­mo­nie pour pré­sen­ter la soi­rée en cinq langues.

Un choix éclec­tique

Et le sport dans tout ça ? Oui, il y avait bien quelques spor­tifs, et non des moindres, qui ont pa­tien­té sa­ge­ment en s’échan­geant des ama­bi­li­tés avant de mon­ter re­ce­voir leur prix des mains de quelques per­son­na­li­tés, par­mi les­quelles Ch­ris­tine Bar­ca pour Fight Aids Mo­na­co ou en­core Louis Du­cruet qui se lance dans le re­cru­te­ment pour l’ASM foot- ball. Un pe­tit mo­ment de gloire mé­ri­té était ré­ser­vé aux deux pi­lotes mo­né­gasques, Charles Le­cler­cet Sté­phane Ri­chel­mi, avant de dé­cou­vrir le pal­ma­rès de l’an­née. Dix spor­tifs étaient cou­ron­nés par­mi les­quels quelques in­con­tour­nables lé­gen­desde leur dis­ci­pline, qui mé­ri­taient sans au­cun doute l’hon­neur qui leur était fait. C’était le cas de Mi­ka Hak­ki­nen, deux fois cham­pion du monde de F1, Gia­co­mo Agos­ti­ni, quinze fois cham­pion du monde de mo­to GP, Tia Hel­le­baut, cham­pionne olym­pique de saut en hau­teur, Per­nilla Wi­berg, deux mé­dailles d’or olym­piques et quatre titres mon­diaux, JeanMa­rie Pfaff, pre­mier vain­queur du titre de meilleur gar­dien au monde, Carl Fo­gar­ty, quatre fois vain­queur des mon­diaux de su­per­bike, ou en­core An­tho­ny Mc Coy, un jo­ckey ir­lan­dais dé­ten­teur du plus grand nombre de vic­toires. On était plus ré­ser­vé pour un très exu­bé­rant Co­réen, grand maître de kung-fu, et pour le Mexi­cainVic­tor Tel­lo qui oeuvre en fa­veur des en­fants­dé­fa­vo­ri­sés par les ac­ti­vi­tés spor­tives. On était en re­vanche très heu­reux pourYann-An­tho­ny et Lionel No- C’est un grand hon­neur fai­tà­mon grand­père. Ce prix m’a per­mis de me re­plon­ger dans les archives fa­mi­liales et de dé­cou­vrir plein d’as­pects de la car­rière de­mon grand-père que j’igno­rais en­core. Jeme ré­gale avec toutes les anec­dotes sur l’his­toire insolite de la créa­tion du Grand Prix à Mo­na­co, ce qui était à l’époque une pure fo­lie! Cette ma­ni­fes­ta­tionm’a per­mis de re­nouer avec l’his­toire fa­mi­liale et c’est un grand plai­sir. L’ini­tia­tive de ces Os­cars du sport me pa­raît sym­pa­thique et, quand j’ai vu la liste des pri­més, j’ai été im­pres­sion­né par la pré­sence de cer­tains grands cham­pions. ghès qui re­ce­vaient l’os­car au nom de leur grand-père, fon­da­teur du Grand Prix de Mo­na­co en 1929 et du ral­lye en 1911.

Des ob­jec­tifs am­bi­tieux

L’ob­jec­tif af­fi­ché de cette nou­velle manifestation est d’at­tri­buer un prix pres­ti­gieux à des spor­tifs d’ex­cep­tion en ac­ti­vi­té (pas cette an­née ap­pa­rem­ment…) ou ayant ter­mi­né leur car­rière, ayant lais­sé leur marque non seule­ment pour leurs ex­ploits mais aus­si pour leur exemple, source d’ins­pi­ra­tion pour les nou­velles générations. Pas simple et pour le­moins am­bi­tieux, d’au­tant que les or­ga­ni­sa­teur­sont pour but de­pro­mou­voir les va­leurs éthiques et mo­rales du sport en tant qu’idéal pour in­ci­ter les jeunes à ex­cel­ler. Un ob­jec­tif louable, en ces temps dif­fi­cile, que beau­coup ai­me­raient at­teindre. Pour Pro­mo Art, ce­la passe par les em­preintes des mains des spor­tifs pri­més pour en­trer au Pan­théon des lé­gen­des­mon­diales du sport. Rien de moins… L’idéed’in­té­grer les heu­reuxé­lus de cette an­née dans le ju­ry qui choi­si­ra les pro­chains no­mi­nés est à sou­li­gner. Cette pre­mière édi­tion n’a pas connu de ra­tés et a eu le mé­rite de mettre le sport à l’hon­neur, de fa­çon peut-être un­peu trop confi­den­tielle, mais reste sans au­cun dou­teu­né­vé­ne­ment qui doit per­du­rer en Prin­ci­pau­té, peut-être pas en même temps que le Spor­tel ou la coupe d’Eu­rope de basket. Il y a une place à prendre et à trou­ver pour cette manifestation. Il ne fal­lait pas se ra­ter pour la pre­mière: cet ob­jec­tif est dé­jà at­teint. Re­ce­voir un prix pas seule­ment pour nos ré­sul­tats spor­tif­smais pour ce que nous re­pré­sen­tons et pour l’exem­pleque nous don­nons, ce­la n’exis­tait pas en­core. J’ai été vrai­ment tou­chée d’avoir été choi­sie. C’est im­por­tant d’avoir des mo­dèles, sur­tout is­sus du monde spor­tif. Ce ne de­vait pas être fa­cile de choi­sir qui re­ce­vrait le prix mais j’aime bien l’idée que nous pour­rons tous par­ti­ci­per au ju­ry pour la pro­chaine édi­tion. On choi­si­raen­semble les fu­tures lé­gendes! Je suis très ho­no­rée d’êtreé­lue, long­temps après la fin de ma car­rière, et que l’on pense en­co­reà­nous. C’est agréable de sa­voir que l’ona­mar­qué un peu l’his­toi­re­du sport. Ir­lande du Nord, jo­ckey,   fois vain­queur du cham­pion­nat bri­tan­nique, record de    vic­toires en     -     , plus grand vain­queur de tous les temps avec     vic­toires

Gia­co­mo Agos­ti­ni Italie, mo­to,   fois cham­pion du monde de mo­to GP

Per­nilla Wi­berg Suède, ski al­pin,  mé­dailles d’or olym­piques,  fois cham­pionne du monde,  coupe du monde

Jean- Marie Pfaff Bel­gique, foot­ball, pre­mier vain­queur du titre de meilleur gar­dien au monde

Mi­ka Hak­ki­nen Fin­lande, For­mule  , deux fois cham­pion du monde

Tia Hel­le­baut Bel­gique, athlétisme, cham­pionne olym­pique de saut en hau­teur

Carl Fo­gar­ty Angleterre, mo­to su­per­bike,  fois cham­pion du monde de su­per­bike

Jhong Uhk Kim Co­rée – Etats- Unis, grand maître de kung fu

Vic­tor Tel­lo Mexique – Mo­na­co, WSLA Best Va­lues Award for com­mu­ni­ty sup­port, prix à titre post­hume Mo­na­co, pour avoir créé le Grand Prix de Mo­na­co en     , le Ral­lye de Mo­na­co en     , in­ven­teur du dra­peau à da­mier sous sa forme mo­derne en     . Le prix était re­çu par Yann- An­to­ny et Lionel Nog­hès.

(Pho­tos Alexan­der Sand­voss)

Les dix spor­tifs ho­no­rés au cours de la soi­rée sur le po­dium à l’is­sue de la cé­ré­mo­nie. Sir To­ny McCoy

Mi­ka Hak­ki­nen a re­çu son prix des mains de Louis Du­cruet. An­to­ny Nog­hès

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.