Les­mots très­durs de Valls sur les confi­dences de Hol­lande

Monaco-Matin - - France -

Le Pre­mier mi­nistre Ma­nuel Vall­saé­vo­qué jeu­di sa « co­lère » per­son­nelle et une « honte » res­sen­tie se­lon lui par les mi­li­tants so­cia­listes à la lec­tu­re­du li­vre­con­fes­sions de Fran­çois Hol­lande, Un Pré­sident ne de­vrait pas dire ça…, se­lon Le Monde pa­ru hier après-mi­di. « C’est ce que je res­sens, il ne faut pas se taire et tou­jours nom­mer les choses » , acon­fié le chef du gou­ver­ne­ment, ci­té par le quo­ti­dien, dans l’avion qui le condui­sai­tà Bor­deaux où il te­nait jeu­di soir une réunion­pu­blique.

« Qui se­ra can­di­dat ? »

Se­lon lui, le li­vredes jour­na­listes du Monde Gé­rard Da­vet et Fa­brice Lhomme « a pro­vo­qué un choc, un abat­te­ment chez les par­le­men­taires » so­cia­listes, « il a agi com­meun ré­vé­la­teur » . Et les cinq pro­chaines se­mai- nes, dans l’at­tente de la dé­ci­sion de Fran­çois Hol­lande de se pré­sen­ter ou non à sa suc­ces­sion, se­ront « dé­ci­sives pour la gauche de gou­ver­ne­ment » ,a ajou­té Ma­nuel Valls. Et de glis­ser: « J’ai le sen­ti­ment d’avoir une vé­ri­table res­pon­sa­bi­li­té afin qu’on sorte le mieux pos­sible de cette pé­riode très pé­rilleuse. » Dans la soi­rée, en réunion pu­blique, il a été jus­qu’à ap­pe­ler les mi­li­tants à « comp­ter sur [lui] pour la fier­té et l’es­poir » . « Moi, j’en ai à re­vendre, et j’ai en­vie de vous en­traî­ner, avec d’autres bien sûr, car je veux que nous ga­gnions demain et c’est pos­sible. » « Je n’ignore rien de votre ma­laise. Qui se­ra can­di­dat? Le Pré­sident peut-il se re­pré­sen­ter? Ces ques­tions existent [...]. Il faut les ré­soudre et moi, comme Pre­mier mi­nistre, j’y prends ma part. »

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.