Des re­grets

L’AS Mo­na­co de Le­mar (ci- des­sus) avait ou­vert le score par Glik, mais n’a pu ra­me­ner mieux qu’un match nul, hier soir, de Saint-Etienne (1-1).

Monaco-Matin - - La Une - MA­THIEU FAURE, À SAINT- ETIENNE

Il fal­lait ai­mer le foot­ball pour se poin­ter à Geof­froy-Gui­chard et sa pe­louse de PHA par ce froid qui vous plante des cou­teaux dans les côtes. Mais voi­là, dans l’antre des Verts, où les Ma­gic Fans ont ani­mé les tri­bunes pen­dant deux heures pour leur 25e an­ni­ver­saire, Mo­na­co ra­mène un pe­tit point (1-1). « Pe­tit » car c’est vrai­ment ra­geant d’ou­vrir le score dès la cin­quième mi­nute de jeu, d’être aus­si su­pé­rieur tech­ni­que­ment et tac­ti­que­ment à son ad­ver­saire du soir et de ne pas l’em­por­ter. De notre perchoir, on a même eu la sen­sa­tion que l’ASMs’est ar­rê­tée de jouer après la pause. « On a eu des oc­ca­sions en se­conde pé­riode » , avance pour­tant Jar­dim dans un contre­pied. La lu­mière s’est éteinte quand Ber­nar­do Sil­va a dis­pa­ru de la cir­cu­la­tion, en fait. Au­tant la pre­mière pé­riode fut em­bal­lante, avec un jeu de po­si­tion simple et ef­fi­cace où s’en­tre­mê­laient tech­nique, com­bi­nai­sons, pres­sing et per­mu­ta­tions, au­tant la suite des dé­bats était net­te­ment moins plai­sante.

« Mo­na­co est un concur­rent au titre »

Il y a bien eu ce fré­mis­se­ment des dix der­nières mi­nutes, quand l’es­couade de

Jar­dim s’est ren­due compte qu’elle pou­vait, fi­na­le­ment, ga­gner ce match mais il était sans doute trop tard. Dans le froid et la brume du Chau­dron, Mo­na­co a donc pris un point. Ce n’est ja­mais ano­din de re­ve­nir avec quelque chose d’un dé­pla­ce­ment chez un club eu­ro­péen. Mais il y avait mieux à faire. Les tronches étaient-elles dé­jà à la ré­cep­tion du CSKA Mos­cou, mer­cre­di, en Ligue des Cham­pions ? Peut-être. En tout cas, la pré­sence de Ra­da­mel Falcao sur le banc n’était pas ano­dine, sa ren­trée, en re­vanche, oui. Mais comme à Tou­louse, Mo­na­co n’a pas em­brayé sur la se­conde après l’ou­ver­ture du score ex­press, alors que l’écart de ni­veau entre les deux équipes était frap­pant. Même Ch­ris­tophe Gal­tier, l’en­traî­neur des Verts, a consta­té l’évi­dence : « Mo­na­co est un concur­rent au titre, c’est sû-

re­ment la meilleure équipe que nous avons ren­con­trée cette sai­son, elle a beau­coup, beau­coup d’atouts of­fen­sifs. Sans un bon Ruf­fier,

on au­rait sans doute per­du. Mo­na­co nous a po­sé beau­coup de pro­blèmes, dans sa ca­pa­ci­té à nous em­pê­cher de jouer et dans les tran­si-

tions ra­pides dès que l’on perd la balle. Il y a un cer­tain écart entre Saint-Etienne et Mo­na­co…» Des com­pli­ments qui ne vont pas per­tur­ber Jar­dim, prag­ma­tique comme il est, puisque le coach por­tu­gais au­ra sans doute consta­té que son équipe vient de bou­cler un qua­trième match de suite avec au moins un but en­cais­sé. C’est ir­ri­tant. Même si l’équipe de la Prin­ci­pau­té n’a ja­mais été bous­cu­lée par les Verts tout en se per­met­tant le luxe de faire trois chan­ge­ments of­fen­sifs (Falcao, Bo­schi­lia et Car­rillo), preuve que la vo­lon­té de l’em­por­ter était bel et bien pré­sente. « On ne peut pas ga­gner tous les matches » , lâ­chait fa­ta­le­ment Falcao après la ren­contre. Pour al­ler ti­tiller le PSG, il fau­dra pour­tant ga­gner ce genre de ren­contre.

(Pho­to PQR/Le Pro­grès)

Loïc Per­rin sur­git de­vant Fa­bin­ho pour trom­per Da­ni­jel Su­ba­sic et éga­li­ser à la  mi­nute. Dom­mage...

(Pho­to AFP)

Duel achar­né entre Ké­vin Mon­net- Pa­quet et Tié­moué Ba­kayo­ko.

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.