Le mu­sée du fon­da­teur de Ma­ri­ne­land­mis en vente

Ins­tal­lée au coeur du parc aqua­tique d’An­tibes qu’il avait créé en 1970, la col­lec­tion pri­vée du comte Ro­land de La Poype se­ra dis­per­sée sur trois jours, à Cannes, entre dé­cembre et jan­vier

Monaco-Matin - - Art Et Enchères - THOMASMICHEL tmi­chel@ni­ce­ma­tin.fr

C’es­tun­pan de l’his­toire de Ma­ri­ne­land d’An­tibes qui s’ap­prête à tom­ber. L’ADN du par­ca­qua­tique, conden­sé de la pas­sion de son fon­da­teur, le comte Ro­land de La Poype. Les3et4 dé­cembre, puis en jan­vier, la­col­lec­tion du « plus grand mu­sée pri­vé de la Ma­rine » se­ra ain­si dis­per­sée à l’étude Azur En­chères Cannes. « C’est une for­mi­dable aven­ture et une ga­geure car c’est une vente ha­bi­tuel­le­ment mon­tée en six mois, qu’on réa­lise en trois mois » , étaye Me Thier­ry Nou­del-De­niau, as­so­cié de Me Ju­lien Pi­chon et pas peu fier d’avoi­rob­te­nu la confiance de la fa­mil­le­pour ad­ju­ger 2000 lots réunis en 800. Im­pac­tée par les ter­ribles inon­da­tions d’oc­tobre 2015, cet­te­col­lec­tio­na­mal­heu­reu­se­ment émer­gé des eaux dé­les­tée de quelques pièces mais le ca­ta­lo­ga­gen’en reste pas moins un ou­vrage ti­ta­nesque tant par la quan­ti­té que par la va­rié­té des ob­jets ex­po­sés. « Je viens de pas­ser 11 jours en im­mer­sion com­plète sur place, de8 heures à 20 heures » , confie ain­si Me Nou­del-De­niau à l’évo­ca­tion de ce tra­vail de four­mi. Au­bout du tun­nel, une vente en trois vo­lets où se suc­cé­de­ront « des sou­ve­nirs de voyage – qui fai­saient par­tiede la­pré­sen­ta­tion di­dac­tique et qui n’avaient pas lieu d’être pré­sen­tés en même temps que des ob­jets d’art et de col­lec­tion –, des oeuvres d’ar­ti­sa­nat po­pu­laire et – en jan­vier – des es­pèces pro­té­gées » . Ces der­nières né­ces­si­tant des mois de for­ma­li­tés ad­mi­nis­tra­tives pour l’ob­ten­tion des fa­meux cer­ti­fi­cats CITES( 1).

 ma­quettes et dio­ra­mas uniques

Au­tant de lots pré­sen­tés dans le res­pect des thé­ma­tiques et du dé­co­rum du mu­sée. Dans leur jus: de « L’his­toi­rede la­ma­rine » (de guerre ou mar­chande) à « la vie du ma­rin », en­pas­sant­par « la­pêche ». «La vie du ma­rin » étant agré­men­tée de ses tra­vaux et de pro­duits dé­ri­vés tels des ob­jets conçus en écailles ou co­quillages. Au-de­là de ces thé­ma­tiques na­tu­relles, nom­bre­de­grands ta­bleaux, des élé­ments de plon­gée sous-ma­rine ou en­co­redes ob­jets scien­ti­fiques à même – peut-être– de sé­duire des mu­sées pu­blics d’en­ver­gure. Ceux de la Ma­rine de Pa­ris ou Tou­lon, com­me­leMu­sée océa­no­gra­phique de Mo­na­co. Par­mi les lots que s’ar­rache- ront cer­tai­ne­ment les­col­lec­tion­neurs, ci­tons ce ta­bleau « kitsch » re­pré­sen­tant la flot­tille russe quit­tant le port de Tou­lon sous une nuée de coups de ca­non fes­tifs. Une très grande ma­quette du Loyau­té, « type d’ar­se­nal qui était des­ti­né à l’ins­truc­tiondes ma­rins » . Une très grande ta­pis­se­rie­deB­ruxelles es­ti­mée 30000 à 40000 eu­ros. Une col­lec­tion uni­quede160ma­quettes et dio­ra­mas. Ou en- co­reun­ta­bleau re­pré­sen­tant le yacht du tsar Ni­co­las II. Clin d’oeil vers l’Est non sans rap­pe­ler que le comte de La Poype avait été ré­com­pen­sé du ti­trede « Hé­rosde l’Union so­vié­tique » en tant que pi­lote de chasse du­rant la Se­conde guerre mon­diale. « La gé­né­ro­si­té est vrai­ment quelque chose qui le ca­rac­té­ri­sait », rap­pe­lait d’ailleurs sa veuve Ma­rie-Noëlle, le week-end der­nier lors du dé­voi­le­ment d’une plaque do­rée à son ef­fi­gie au sein du parc aqua­tique. « Il était très in­tel­li­gent. Mais sur­tout ins­tinc­tif. Parce qu’il était libre. Il s’af­fran­chis­sait de cer­taines choses, il ne te­nait pas en place, vou­lait faire autre chose toutes les dix mi­nutes ! », ajou­tait-elle au su­jet d’un ma­ri dont les mul­tiples fa­cettes brillent dans les vi­trines de son mu­sée. Im­pos­sible mal­heu­reu­se­ment de mon­ter une vente in si­tu, es­sen­tiel­le­ment pour des ques­tions de ma­nu­ten­tion, mais l’ex­po­si­tion préa­lable of­fri­ra aux cu­rieux une der­nière chance de son­der l’âme de La Poype. 1. Conven­tion sur le­com­merce in­ter­na­tio­nal des es­pèces de faune et de flore sau­vages me­na­cées d’ex­tinc­tion.

(©AzurEn­chè­resCannes)

Ma­quette du Nor­man­die (L:  cm), têtes de sca­phan­driers, ob­jets scien­ti­fiques de la ma­rine ou en­core ta­bleau de L’es­cadre Fran­çaise à Ste-Hé­lène (École du XIXe s. –  x  cm) se­ront à sai­sir.

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.