Ques­tions d’ac­tua­li­té

Monaco-Matin - - Face À La Rédaction -

L’an­nonce de la baisse du chô­mage est-elle suf­fi­sante pour per­mettre à Fran­çois Hol­lande, qui a tout mi­sé là-des­sus, de se re­pré­sen­ter ? Que Fran­çois Hol­lande cherche des rai­sons pour se re­pré­sen­ter, on l’a bien com­pris! D’abord, jeme ré­jouis tou­jours quand les chiffres sont bons. Après, quand vous ad­di­tion­nez les ca­té­go­ries, vous vous ren­dez compte qu’ilya­mal­gré tout une hausse du chô­mage. En­fin, il y a le pro­blème des for­ma­tions pro­po­sées aux chô­meurs, qui per­mettent de les chan­ger de ca­té­go­rie sta­tis­tique: sont- elles vrai­ment qua­li­fiantes et per­mettent- elles de trou­ver des em­plois? Le su­jet de la for­ma­tion doit être ré­in­ves­ti par l’État, c’est un en­jeu ma­jeur compte te­nu de la trans­for­ma­tion du monde du tra­vail.

La Bel­gique a te­nu tête au Ca­na­da pour ob­te­nir des ga­ran­ties sup­plé­men­taires avant de si­gner le Ceta. Avait-elle rai­son de le faire? Je pense que la si­gna­ture du Ceta a été conta­mi­née par la né­go­cia­tion du Taf­ta avec les USA. Ce­la a failli condam­ner un bon ac­cord. Car sur le Ceta, le Ca­na­da a fait de vraies conces­sions. Pre­nons un exemple: les in­di­ca­tions d’ori­gine pro­té­gées. Sur le Ceta, près de  sont ins­crites, dont  qui concernent la France (foie gras, jam­bon de Bayonne, Ca­mem­bert…) Ce­la per­met de lut­ter contre les contre­fa­çons, alors que ce n’est pas du tout le cas dans le Taf­ta. L’ac­cord in fine conclu entre les par­ties belges per­met­tra une si­gna­ture le  oc­tobre [il a ef­fec­ti­ve­ment été si­gné hier, Ndlr]: jem’en ré­jouis. Le Ceta per­met à l’Eu­rope de dire quels trai­tés elle veut et quels trai­tés elle ne veut pas – et je pense au Taf­ta!

Nous sommes dans une école de jour­na­lisme. Que pen­sez-vous du conflit qui op­pose la ré­dac­tion d’iTélé à sa di­rec­tion? Je suis frap­pée de voir le nombre de vos col­lègues qui m’en parlent et qui s’in­quiètent de l’évo­lu­tion du mé­tier et du risque de ré­gres­sion de l’in­dé­pen­dance des ré­dac­tions. C’est évi­dem­ment un pro­blème quand les bu­reaux des jour­na­listes sont vi­dés de leurs af­faires per­son­nelles le week- end, on est dans une pres­sion in­ad­mis­sible de la di­rec­tion sur la ré­dac­tion. C’est un su­jet dont le po­li­tique de­vrait se mê­ler da­van­tage, parce qu’il pose la ques­tion de l’équi­libre des pou­voirs.

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.