Un an de pri­son fer­me­pour l’ap­pren­ti ser­veur vé­né­zué­lien violent

Monaco-Matin - - Monaco - JEAN- MA­RIE FIORUCCI

Vi­si­ble­ment, l’ivresse semble res­pon­sable des mou­ve­ments dé­ré­glés et de l’agi­ta­tion ef­fré­née d’un ap­pren­ti ser­veur vé­né­zué­lien de vingt ans. Le 30 avril der­nier, à l’is­sue de la « Nuit blanche », le jeune homme a som­bré dans ce chaos de sen­sa­tions confuses. Vers4 heures, au bas de l’hô­tel Fair­mont Monte-Car­lo, sur une zone de char­ge­ment, in­cons­cient mais violent, il a frap­pé sau­va­ge­ment une per­sonne ve­nue l’ai­der… Au fi­nal, huit jours d’ITT pour une main ten­due… Et un an d’em­pri­son­ne­ment ferme! La suite a été évo­quée à l’au­dience du tri­bu­nal cor­rec­tion­nel où le pré­ve­nu était absent. La scène se passe à l’is­sue d’une beu­ve­rie monstre d’une bande de co­pains. On n’est pas loin du co­ma éthy­lique. Alors, une amie vient cher­cher le groupe en voi- ture afin de ra­me­ner tout ce pe­tit monde com­plè­te­ment bour­ré à la mai­son. La vic­time s’ap­proche pour as­sis­ter la jeune femme à l’em­bar­que­ment de ces jeunes gens à l’état de loques !

« Le fouillis dans les dé­cla­ra­tions »

« Dans ses dé­cla­ra­tions à la Sû­re­té pu­blique, note le pré­sident Flo­res­tan Bel­lin­zo­na, le pré­ve­nu frappe cette per­sonne car elle au­rait tou­ché sa com­pagne… » Le plai­gnant n’a au­cun sou­ve­nir de ce proche con­tact. Mais il se sou­vient bien, en re­vanche, de l’agres­sion où sont diag­nos­ti­quées plu­sieurs dé­chi­rures li­ga­men­taires. « Dans son té­moi­gnage aux po­li­ciers, la pe­tite amie in­dique qu’il a l’al­cool très mau­vais. Quand il a bu, il de­vient agres­sif » . Le ma­gis­trat s’en tien- dra là « car c’est le fouillis dans les dé­cla­ra­tions des uns et des autres… » L’ab­sence de l’au­teur des faits à la barre est re­gret­table pour le pro­cu­reur Cy­rielle Colle. Sans consen­tir à la moindre once de clé­mence, elle pour­suit : « Avec une al­coo­lé­mie de 1,22 mg par litre d’air ex­pi­ré, dans un se­mi­co­ma et pris de vo­mis­se­ments, il cause en­core des troubles dans cette zone du Fair­mont. Les trau­ma­tismes de la vic­time sont concor­dants avec sa ver­sion. Cette at­ti­tude est in­ac­cep­table et ne doit pas se re­nou­ve­ler. Pour l’in­ci­ter à ne plus s’en prendre à au­trui, vous pro­non­ce­rez une peine d’un an de pri­son ferme. » Le tri­bu­nal sui­vra les ré­qui­si­tions du mi­nis­tère pu­blic et ajou­te­ra le ver­se­ment de 1000 eu­ros à titre de pro­vi­sion.

(Pho­to ar­chives M.A)

Le pro­cu­reur Cy­rielle Colle a re­gret­té l’ab­sence de l’au­teur des faits à la barre.

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.