Le pa­tron de la po­lice na­tio­nale à Ni­ce­pour cal­mer ses troupes

Monaco-Matin - - Côte D’azur | Carnet - E. G.

Le di­rec­teur gé­né­ral de la po­lice na­tio­nale (DGPN) était à Nice hier. Lors d’un pré­cé­dent dé­pla­ce­ment, dans l’Es­sonne il y a une di­zaine de jours, Jean-Marc Fal­cone avait été ac­cueilli par des huées à sa des­cente de voi­ture. Sa vi­site dans les Bouches- du- Rhône avait éga­le­ment été agi­tée. Ce­la n’a pas été le cas, ce lun­di sur la Côte d’Azur, lorsque le pre­mier « flic » de France a dé­bar­qué au com­mis­sa­riat Saint-Au­gus­tin en mi­lieu d’après-mi­di. Le DGPN avait d’abord ren­dez-vous avec les re­pré­sen­tants azu­réens des syn­di­cats de po­li­ciers. « Il nous a as­su­rés de la gra­ti­tude qu’il avait envers tous les ef­fec­tifs de po­lice, rap­porte Cé­lya Bou­me­dien, se­cré­taire dé­par­te­men­tale d’Uni­té-SGP-Po­lice. Le di­rec­teur était avant tout là pour ex­pli­quer les an­nonces qui ont été faites au ni­veau gou­ver­ne­men­tal. »

« Des paillettes mais rien de concret»

Une en­ve­loppe de 250 mil­lions d’eu­ros a en ef­fet été dé­blo­quée en ur­gence pour ten­ter de cal­mer la co­lère des fonc­tion­naires qui s’est ex­pri­mée dans la rue à la suite de l’agres­sion de quatre de leurs col­lègues, vic­times de jets de cock­tails Mo­lo­tov dans l’Es­sonne. De­puis, en de­hors de tout ap­pel syn­di­cal, plu­sieurs mil­liers de po­li­ciers à tra­vers toute la France se re­trouvent ré­gu­liè­re­ment à la nuit tom­bée pour ma­ni­fes­ter leur exas­pé­ra­tion. Ces ras­sem­ble­ments sur­prise, aux­quels n’échappe pas la cin­quième ville de France, ont pour but de ré­cla­mer plus de­moyens: ma­té­riel adap­té aux nou­velles formes de dé­lin­quance, droit à la lé­gi­time, dé­fense et re­va­lo­ri­sa­tion de leur sa­laire… L’en­ve­loppe sup­plé­men­taire an­non­cée par le mi­nistre de l’In­té­rieur Ber­nard Ca­ze­neuve n’a pas suf­fi à cal­mer ces po­li­ciers en co­lère. Pas plus que la vi­site de leur di­rec­teur gé­né­ral hier à Nice. « Le pro­blème c’est, qu’au-de­là des an­nonces qui ont été faites, nous ne sa­vons pas en­core quelles sont les me­sures concrètes qui vont en dé­cou­ler » , ré­sume Cé­lya Bou­me­dien. Le sen­ti­ment de cette syn­di­ca­liste est ma­ni­fes­te­ment par­ta­gé par « la base » . Après avoir ren­con­tré leurs re­pré­sen­tants, JeanMarc Fal­cone s’est adres­sé di­rec­te­ment aux fonc­tion­naires azu­réens, d’abord au com­mis­sa­riat Saint-Au­gus­tin puis à la ca­serne Au­vare. « Il a mis plein de paillettes, mais la plu­part de nos ques­tions concrètes sont res­tées sans ré­ponse, es­time l’un des par­ti­ci­pants sous cou­vert de l’ano­ny­mat. Tout ce qui est an­non­cé au­jourd’hui fai­sait dé­jà par­ti du plan de l’après Ba­ta­clan. En re­vanche, sur la re­va­lo­ri­sa­tion de nos sa­laires ou la lé­gi­time dé­fense, il n’avait pas de ré­ponse à nous ap­por­ter. »

Les po­li­ciers en co­lère pris en pho­to ?

Pas sûr donc que cette vi­site ait suf­fi à cal­mer les troupes, même si le mou­ve­ment ini­tié ces der­niers jours semble perdre en in­ten­si­té dans les Alpes-Ma­ri­times. Un ras­sem­ble­ment de po­li­ciers en ci­vil avait bien eu lieu la veille au soir sur la place Mas­sé­na. L’évo­ca­tion de cette nou­velle ma­ni­fes­ta­tion sur­prise a d’ailleurs failli com­pro­mettre la dé­marche d’apai­se­ment en­tre­prise hier à Nice par le di­rec­teur gé­né­ral de la po­lice na­tio­nale. Ce­lui-ci s’est en ef­fet vu ques­tion­ner sur la pré­sence d’une com­mis­saire de po­lice au centre de su­per­vi­sion ur­bain de la ville de Nice di­manche soir. Il sem­ble­rait que cette der­nière ait pris des pho­tos des écrans de vi­déo­sur­veillance qui re­trans­met­taient en di­rect le ras­sem­ble­ment des po­li­ciers sur la voie pu­blique. « Le pré­fet s’est alors em­por­té en nous rap­pe­lant que ce type de ma­ni­fes­ta­tion était illé­gal » , rap­porte en­core un fonc­tion­naire azu­réen pré­sent hier à la réunion. « Si ce n’est que la cap­ta­tion d’images de vi­déo­sur­veillance, en de­hors de toute ré­qui­si­tion ju­di­ciaire, l’est tout au­tant ! » , rap­pelle un de ses col­lègues. Entre gestes d’apai­se­ment et ten­ta­tives de rap­pel à l’ordre des po­li­ciers, le gou­ver­ne­ment a ma­ni­fes­te­ment du mal à ar­rê­ter sa stra­té­gie.

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.