 € d’amende pour avoir émis  € de­chèques sans pro­vi­sion

Monaco-Matin - - Monaco - JEAN-MA­RIE FIORUCCI

Àforce d’ef­feuiller son ché­quier sans se sou­cier de ses avoirs sur son compte en banque, une Fran­çaise a com­pa­ru de­vant le tri­bu­nal cor­rec­tion­nel. La jus­tice lui re­proche d’avoir émis trois paie­ments « en­bois » d’un mon­tant de glo­bal de 18834 eu­ros pour ac­qué­rir un vé­hi­cule. Cette Fran­çaise quin­qua­gé­naire a éco­pé d’une peine d’amende de 5000 eu­ros et de­vra ver­ser 21000 eu­ros à la par­tie ci­vile. Dans un pre­mier temps, comme le ven­deur est un ami de la fa­mille, la pré­ve­nue croit avoir trou­vé la com­bine pour s’of­frir une nou­velle voi­tu­rea­vec une grande fa­ci­li­té de paie­ment. À l’is­sue de belles pro­messes, cette femme va rou­ler pen­dant un an avec sa nou­vel­le­ber­line en fai­sant pa­tien­ter le pro­prié­taire. Fi­na­le­ment, à force d’in­sis­tance, elle consen­ti­ra à lui re­mettre trois chèques d’un mon­tant res­pec­tif de 6268 eu­ros. Or, le 29 sep­tembre der­nier, cet ami n’a tou­jours rien en­cais­sé. Et pour cause: Ma­dame est dans l’im­pos­si­bi­li­té d’ho­no­rer les chèques ti­rés sur sa banque. Alors, elle pro­pose de rendre le vé­hi­cule…

« J’ai­me­rais que vous convo­quiez mon ma­ri »

« Le prix s’est dé­pré­cié, an­nonce lo­gi­que­ment le pré­sident Flo­res­tan Bel­lin­zo­na, après une uti­li­sa­tion per­son­nelle aus­si longue. Et je vous rap­pelle qu’un chèque est un ins­tru­ment de paie­ment. Il doit y avoir l’ar­gent pro­vi­sion­né dès son émis­sion. » Étrange ré­ponse de cette femme à la barre qui s’es­time abu­sée par le ven­deur: « J’ai­me­rais que vous convo­quiez mon ma­ri… » Le ma­gis­trat ri­poste sè­che­ment: « Mon­sieur n’est pas concer­né. C’est vous qui avez fait les chèques… » Comme il n’a pas trop ap­pré­cié de se fai­reex­tor­quer son ar­gent, le plai­gnant évoque « un couple qui n’a pas l’air très clair avec la jus­tice. C’est une femme de mau­vaise foi. Son ma­ri a des pro­blèmes pour es­cro­que­rie, alors c’est elle qui a pro­po­sé de rem­bour­ser. Tout est flou et mis en oeuvre pour ne pas payer J’ai quelque 18000 eu­ros de tré­so­re­rie dans la nature aux­quels j’ajoute 3000 eu­ros de pré­ju­di­ce­mo­ral et 2000 eu­ros de frais de jus­tice… » Le pre­mier sub­sti­tut Oli­vier Zam- phi­roff se­ra bref dans ses ré­qui­si­tions: « C’est une ami­tié qui échoue de­vant votre ju­ri­dic­tion pour une his­toire em­brouillée. Le mon­tant de l’amende de­vrait se si­tuer entre 1000 eu­ros et 1500 eu­ros! » A l’heure du dé­li­bé­ré le tri­bu­nal se­ra bien plus sé­vère avec la fau­tive.

(Pho­to J.-F.O.)

Des chèques en bois pour « une ami­tié qui échoue » .

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.