Une jour­née en cam­pagne

Monaco-Matin - - France -

LE PC COURTISE LES FRON­DEURS

Aus­si in­croyable que ce­la puisse pa­raître, tant ils ne se sont pas fait de cadeaux ces­der­nières an­nées, le PC pour­rait cher­cheràs’al­lier au PS pour la pré­si­den­tielle. Du moins si c’est un can­di­dat com­pa­tible avec ses idées, soit un Mon­te­bourg, une Lie­ne­mann, un Ha­mon ou tout autre fron­deur s’op­po­sant à la­po­li­tique du gou­ver­ne­ment, qui sort vain­queur de la pri­mai­re­so­cia­liste. Pié­gé par le ca­va­lier seul de Mé­len­chon, lePar­ti com­mu­niste co­gite en tout cas une so­lu­tionde re­pli. Ce­mer­cre­di soir, son lea­der Pierre Laurent or­ga­ni­seain­si une réunionà­huis clos avec des can­di­dats à la­pri­maire so­cia­liste. Il es­père réunir Ar­naud Mon­te­bourg, Be­noît Ha­mon, Ma­rie-Noëlle Lie­ne­mann et Gé­rardFi­loche.

L’EN­FANCE D’UN CHEF

De­puis hier, et pour la toute pe­tite his­toire, on com­prend un peu mieux la fa­meuse phrase – « Casse-toi, pauv’ con! » – pro­non­céeen  par Ni­co­las Sar­ko­zy auSa­lon de l’agri­cul­ture. Dans le livre Tu sais, c’est pas fi­ni, dans le­quel elle re­trace la jeu­nesse de l’an­cien Pré­sident, Lau­ra Pou­get ra­conte ses re­la­tions dif­fi­ciles, exé­crables par­fois, avec son grand frère Guillaume. Ce der­nier rem­bar­rait ré­gu­liè­re­ment Ni­co­las, sur­nom­mé « Co­co­la » pour son amour du cho­co­lat, d’un cin­glant « Casse-toi, pe­tit con! ».

CAMBADELIS ÀMAYOTTE

Cam­ba­dé­lis plus po­pu­laire que Hol­lande? Ce n’est pas dif­fi­cile. Le pre­mier se­cré­taire du PSaé­té cha­leu­reu­se­ment ac­cueilli hieràMayotte, où il aen­ta­mé une vi­si­te­de­deux jours. « J’ai été très sur­pris d’avoir cet ac­cueil digne d’une star alors que je ne suis que le pre­mier se­cré­tai­re­duPar­ti so­cia­liste » , a-t-il sa­vou­ré. Cette vi­site, qui s’ins­crit dans le ca­dredes Uni­ver­si­tés de l’en­ga­ge­ment duPS, apour but d’im­plan­ter un peu plus le so­cia­lis­meàMayot­teet d’ymettre en évi­dence les ef­forts du­gou­ver­ne­ment pour l’éga­li­tédes ter­ri­toires.

PECRESSE SE RALLIE

On s’y at­ten­dait un­peu. Va­lé­rie Pé­cresse, jus­qu’ici très pro­chede François Fillon, aof­fi­cia­li­sé hier son sou­tienàA­lain Jup­pé. Un ral­lie­ment qui fait de la pré­si­dente d’Ile-de-France une fa­vo­rite pourMa­ti­gnon, en cas de vic­toi­rede Jup­pé à la­pré­si­den­tielle.

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.