Des in­jures po­li­tiques par­mi tant d’autres...

Monaco-Matin - - France -

L’in­jure po­li­tique est un art àpart en­tière. En ces temps du tweet-roi, elle ne re­lève plus du pam­phlet. Elle est ci­se­lée, bru­tale, fait mouche à mots comp­tés. L’in­ju­re­mo­derne est la­pi­daire, d’au­tant plus cin­glante et sa­vou­reuse. Sous la di­rec­tion de Bru­no Fu­li­gni, les édi­tions L’Édi­teur pu­blient une ver­sion ac­tua­li­séede leur Pe­tit dic­tion­naire des in­jures po­li­tiques. Plus de cinq cents pages d’at­taques en règle, clas­sées par ordre al­pha­bé­tique des vic­times, dont nous avons ex­trait ici quelques mis­siles, par­mi quan­ti­té d’autres.

« Quand je parle avec Bal­la­dur, j’ai l’im­pres­sion de par­ler avec le fan­tôme de Pom­pi­dou : la même onc­tion, la même culture va­gue­ment mo­der­niste pour­mas­quer un conser­va­tisme im­pi­toyable. »

« Il m’a fait l’im­pres­sion de l’amant qui craint la panne. » pour Noël. »

« Pas­ser de rien à chef de l’État, Hol­lande va souf­frir. »

« Au bout de dix mi­nutes, ses dis­cours durent des heures. Il ne convainc pas, il use. » « Si l’éclipse du 11 août 1999 avait été de gauche, ce­la se sau­rait : Jack Lang au­rait dé­jà clai­ron­né qu’il était à l’ori­gine de ce spec­tacle po­pu­laire et gra­tuit. »

« Il est bron­zé. » « Je ne me suis pas en­ga­gé en po­li­tique de­puis plus de 25 ans pour m’ex­ta­sier de­vant un rond-de-cuir de­ve­nu Bru­tus. »

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.