Mee­ting aé­rien au Fair­mont

Soixante-dix trans­por­teurs aé­riens se re­trouvent à Mo­na­co, de­puis hier et jus­qu’à de­main. Ce n’est pas un ha­sard: pour l’or­ga­ni­sa­teur, la Prin­ci­pau­té per­met de mê­ler neu­tra­li­té et gla­mour

Monaco-Matin - - La Une - NI­CO­LAS HASSON-FAU­RÉ nhas­son@ni­ce­ma­tin.fr THO­MAS MI­CHEL tmi­chel@ni­ce­ma­tin.fr In­ter­na­tio­nal Air Trans­port As­so­cia­tion.

Ils sont ve­nus de Chine, d’Éthio­pie, de Na­mi­bie, de Géor­gie, d’Ara­bie Saou­dite, d’Afrique du Sud ou du Ke­nya… Des pro­fes­sion­nels du trans­port aé­rien d’un peu par­tout dans le monde sont réunis au Fair­mont Monte- Car­lo, de­puis hier et jus­qu’à de­main. Ils par­ti­cipent à la hui­tième APG World Con­nect. APG est un ré­seau mon­dial de four­ni­ture de ser­vices aux com­pa­gnies aé­riennes, dans le do­maine com­mer­cial ou de la dis­tri­bu­tion, qui compte 200 com­pa­gnies aé­riennes comme clients. Sur 900 re­cen­sées dans le monde. Pour la qua­trième fois, APG or­ga­nise son grand ren­dez-vousàMo­na­co. Et ce n’est pas un ha­sard. En 45 ans de mé­tier, Jean-Louis Ba­roux, le fon­da­teur d’APG, a ap­pris que « l’une des clés de réus­site du bu­si­ness, c’était de res­pec­ter la culture des autres » . Et pour lui, Mo­na­co, « c’est très spé­cial » . Il a trou­vé en Prin­ci­pau­té « la neu­tra­li­té » . Choi­sir Mo­na­co, pour lui, a « un sens géo­po­li­tique im­por­tant de neu­tra­li­té » , et « un sens du gla­mour » .

Des ques­tions de po­si­tion­ne­ment

Soixante-dix com­pa­gnies aé­riennes se re­trouvent donc ici, face à la mer, pen­dant trois jours. Prin­ci­pal su­jet abor­dé pen­dant cette ren­contre: le po­si­tion­ne­ment des com­pa­gnies aé­riennes, qui, se­lon lui, de­vront choi­sir « entre mar­chés de masse et de luxe » . Avec, d’un cô­té, les com­pa­gnies low-cost et, de l’autre, un mar­ché très haut de gamme do­pé par les stan­dards éta­blis par les

com­pa­gnies aé­riennes du Golfe. Au pro­gramme: des confé­rences sur l’as­pect géo­po­li­tique du trans­port aé­rien, les at­tentes des clients… mais sur­tout du bu­si­ness. Car réunir au­tant de trans­por­teurs au même en­droit, c’est rare. Très rare. « Vous avez l’as­sem­blée gé­né­rale

de IATA( qui traite à peu près 150 à 180 com­pa­gnies, si­tue JeanLouis Ba­roux. Et puis après, il y a nous. Alors, on n’a pas les mêmes. On a les plus pe­tites. Mais une pe­tite com­pa­gnie aé­rienne et une grande, ça fait exac­te­ment le même mé­tier. » Il faut donc pro­fi­ter de l’oc­ca­sion. « On est là pour faire

des sous » , dit-il sans am­bages. Les com­pa­gnies vont, no­tam­ment, ré­flé­chir à des pro­blèmes d’ordre fi­nan­cier. En ce mo­ment, le cours du brut per­met aux com­pa­gnies aé­riennes de ga­gner « un peu de sous » . Le pro­blème, c’est que si le prix du ba­ril re­monte, « tout le monde va se re­mettre à re- plon­ger » .

Le PDG d’Air France ne vien­dra pas

Plu­sieurs in­ter­ve­nants de haut ni­veau doivent prendre la pa­role, éco­no­mistes ou di­rec­teurs de com­pa­gnies aé­riennes. Fré­dé­ric Ga­gey, le PDG d’Air France, est an­non­cé sur les bro­chures. Sauf qu’il ne vien­dra pas. Et ce­la agace Jean-Louis Ba­roux. « Je dé­jeune avec lui deux fois, lâche-t-il, le verbe haut­mais sans le­ver la voix. J’ai des écrits, des échanges d’emails. Il pré­pare son to­po. Di­manche der­nier, je re­çois un e-mail de sa se­cré­taire qui di­sait: “Il ne vien­dra pas”. Je trouve que c’est in­qua­li­fiable, si vous vou­lez mon avis. Il ne se­ra pas pré­sent, et je trouve que c’est très moyen. Non seule­ment il ne nous res­pecte pas mais il ne res­pecte pas les autres, les soixante-dix com­pa­gnies qui se tapent vingt heures de vol pour ve­nir. » Une ab­sence dont la jus­ti­fi­ca­tion n’est tom­bée qu’hier soir, par le biais d’un com­mu­ni­qué du groupe Air France confir­mant le rem­pla­ce­ment – pres­sen­ti – de Fré­dé­ric Ga­gey au poste de PDG d’Air France. Le PDGd’Air Fran­ceKLM, Jean-Marc Ja­naillac, a ain­si été nom­mé pré­sident de sa fi­liale Air France, as­sis­té de Franck Ter­ner au poste de di­rec­teur gé­né­ral. Fré­dé­ric Ga­gey hé­rite de la fonc­tion de di­rec­teur fi­nan­cier de la com­pa­gnie aé­rienne fran­çaise.

(Pho­to Franz Cha­va­roche)

La com­pa­gnie fin­lan­daise Fin­nair (ici à Nice) fait par­tie des soixante- dix trans­por­teurs aé­riens qui se re­trouvent au hui­tième APGWorld Con­nect, or­ga­ni­sé à Mo­na­co.

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.