Roum­pa pi­gna­ta: des bon­bons pour avoir cas­sé  cas­se­roles

Monaco-Matin - - Autour De Monaco - M.- E. C.

En sep­tembre, lors des fêtes de la Saint-Mi­chel, le mau­vais temps avait in­ci­té l’as­so­cia­tion Irah­ta à re­por­ter sa roum­pa pi­gna­ta et la pro­gram­mer en ou­ver­ture d’une autre tra­di­tion: Hal­lo­ween. C’est ain­si que lun­di après­mi­di, dès 17h, les vil­la­geois ont vu d’étranges pe­tits per­son­nages s’ag­glu­ti­ner sur la place Neuve. Irah­ta y avait ten­du un fil entre deux ré­ver­bères et pro­po­sait aux en­fants de ve­nir cas­ser des cas­se­roles en terre. Contrai­re­ment à la tra­di­tion, il ne s’agis­sait pas de vieux us­ten­siles, mais de belles pi­gnates toutes neuves, réa­li­sées spé­cia­le­ment par Pa­tri­cia, membre d’Irah­ta. Et puis, elles n’étaient pas rem­plies de fa­çon aléa­toire de bon­bons, de fa­rine ou d’eau. « Il fait trop froid pour ver­ser

de l’eau sur la tête des en

fants » , s’amuse Ch­ris­tian Avon, pré­sident. Et comme c’était Hal­lo­ween, il n’y eut que des pi­gnates rem­plies de bon­bons. Qua­rante, au to­tal, et toutes furent cas­sées dans l’al­lé­gresse, par des sor­cières, pi­rates et autres ma­gi­ciens, les yeux ban­dés, bâ­ton en mains, et dont le geste était gui­dé par les cris de leurs congé­nères. Une bien ré­jouis­sante tra­di­tion, pour le plai­sir et la joie des pe­tits et des grands !

(Pho­to M.-E.C.)

Une qua­ran­taine de « pe­tits monstres » ont per­pé­tué la tra­di­tion, gui­dés par les cris de leurs congé­nères.

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.