Pri­maire: Jup­pé veut mettre la pres­sion avant le  edé­bat

Monaco-Matin - - France -

Àmoins de trois se­maines du pre­mier tour et à la veille du deuxième dé­bat té­lé­vi­sé entre les can­di­dats (ce soir à 20h30 sur iTé­lé, BFMTVetRMC), la cam­pagne pour la pri­mai­rede la­droite et du centre– une pre­miè­reenF­rance – s’est en­co­reac­cé­lé­rée hier. Avant le pre­mier dé­bat té­lé­vi­sé, le 13 oc­tobre, Alain Jup­péa­vait en­re­gis­tré le ral­lie­ment mas­sif de nom­breux élus cen­tristes. Re­be­lote cette fois-ci: le maire Les Ré­pu­bli­cains (LR) de Bor­deauxa­dé­cro­ché mar­di le sou­tien de Va­lé­rie Pé­cresse, qui di­rige en Ile-de-France le plus gros ef­fec­tif ré­gio­nal. Par­mi les poids lourd­sdes Ré­pu­bli­cain­sen­core « non-ali­gnés », ne reste plus que le pa­tron des Hauts-de-France, Xa­vier Ber­trand. Fort de cette prise de guerre, et alors que les der­niers son­dages le donnent en lé­gère baisse au pro­fit de son prin­ci­pal ri­val (lire ci-des­sous), l’ex-Pre­mier mi­nistre a ten­té d’ac­cen­tuer la pres­sion hier, avec une vi­si­te­hau­te­ment sym­bo­li­queà Ar­gen­teuil, sur la cé­lè­bre­dalle où Ni­co­las Sar­ko­zy, en 2005, avait pro­mis à une ha­bi­tante qui l’in­ter­pel­lait de la « dé­bar­ras­ser » d’une « bande de ra­cailles » .

« Mots qui font mal »

« On compte al­ler cher­cher les voix une à une, y com­pris ici » , a ex­pli­qué sur place l’en­tou­rage du maire de Bor­deaux, sur­tout sou­cieux de bien mon­trer qu’Alain Jup­pé peut se pro­me­ner par­tout sans polémique et sans ani­croche. Seule al­lu­sion à la vi­site de Ni­co­las Sar­ko­zy en 2005: Ka­melHam­za, élu (LR) de La Cour­neuve et sou­tien d’Alain Jup­pé, qui a par­léde « mots qui ont fait mal, qui ont cho­qué et qui conti­nuent de faire du mal » . Le maire de Bor­deauxa­donc pas­sé deux heures, en­tou­réd’une nuéede jour­na­lis- tes, àdéam­bu­ler sur la dalle, ve­nu « pour écou­ter » et « ré­pondre aux ques­tions » . Deux heures de vi­site, un ra­pide ex­po­sé et puis s’en va. Et de lan­cer aux quelques ba­dauds, avant de mon­ter dans sa voi­ture: « N’ou­bliez pas, le 20 no­vembre! » Pen­dant ce temps-là, Ni­co­las Sar­ko­zy a pour­sui­vi son of­fen­sive tou­sa­zi­muts­contre Fran­çois Bay­rou, qui sou­tient Alain Jup­pé mais a pro­mis de se pré­sen­ter en 2017 pour faire bar­rage à Sar­ko­zy si ce der­nier gagne la pri­maire. « En 2012, il a vo­té avec en­thou­siasme pour Fran­çoisHol­lande. Son pro­jet est aux an­ti­podes des idées que je porte. Il veut une nou­velle tranche de l’im­pôt sur le re­ve­nu, il veut l’aug­men­ter. Il est contre l’in­ter­dic­tion du voile. Il veut le droit de vote pour les étran­gers. Il ne veut pas la sup­pres­sion du re­grou­pe­ment fa­mi­lial » , a ac­cu­sé l’an­cien chef de l’État.

« Centre gi­rouette »

Un axe de cam­pagne re­layé à la­mi-jour­née par les sar­ko­zystes, au­pre­mier rang des­quels Fran­çois Ba­roin. « La pri­maire [est] l’ex­pres­sion d’un vrai choix » , a in- sis­té ce­lui-ci. « Nous re­fu­sons le centre gi­rouette qui est avec nous le lun­di pour ga­gner la ville de Pau et le mar­di avec Fran­çois Hol­lande pour concou­rir au re­tour du so­cia­lisme à la tête du pays. » Une confir­ma­tion, si be­soin était, que le camp Sar­ko­zy n’en­tend pas chan­ger de stra­té­gie dans l’im­mé­diat, et conti­nue à fo­ca­li­ser ses at­taques sur le pré­sident du Mo­Dem. Àtel pointque ce­lui-ci a re­çu hie­run­sou­tien in­at­ten­du en la per­sonne de… Ma­nuel Valls: lors des ques­tion­sau gou­ver­ne­ment, ce­der­nie­raes­ti­mé, en ré­pon­dan­tàune ques­tion du pa­tron des­dé­pu­tés Les Ré­pu­bli­cains, Ch­ris­tian Ja­cob, que « les at­taques contre Fran­çois Bay­rou ne re­haussent pas le dé­bat » . Les autres can­di­dats en­tendent, eux, met­treà­pro­fit ce deuxième dé­bat pour faire en­tendre leur voix – à com­men­cer par Fran­çois Fillon, dont la pre­mière pres­ta­tio­na­vait été ju­gée convain­cante. Le troi­sième dé­bat se­ra or­ga­ni­sé le 17 no­vembre (France 2 as­so­ciée à Eu­rope 1 et à la presse quo­ti­dienne ré­gio­nale), à trois jours du pre­mier tour. 1. Le scru­tin se dé­rou­le­ra les 20 et 27 no­vembre.

A dé­faut de ta­per di­rec­te­ment sur Alain Jup­pé, le camp Sar­ko­zy conti­nue à concen­trer ses at­taques sur Fran­çois Bay­rou, son sou­tien.

(Pho­tos IP et AFP)

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.