Une jour­née en cam­pagne

Monaco-Matin - - France -

LE SON­DAGE

Alain Jup­pé est-il me­na­cé du syn­dro­meC­lin­ton? Un son­dage Ifop réa­li­sé­du  au  oc­tobre tra­duit en tout cas un re­flux des in­ten­tions­de­vote en sa fa­veur, même si elles res­tent très confor­tables. En quinze jours, le­mai­rede Bor­deauxa­per­du­qua­tre­points à  %, tan­dis que Ni­co­las Sar­ko­zye­na­re­ga­gné deux à  %, l’écart en­treeux se ré­dui­sant ain­si de moi­tié. AlainJup­péa­lâ­ché cin­q­points chez les sym­pa­thi­sants LR, Ni­co­las Sar­ko­zyen­gri­gno­tant deux. Au  tour de la pri­maire, Alain Jup­pé conserve mal­gré tout une avan­ce­con­sé­quente sur l’an­cien Pré­sident avec  % des in­ten­tions de vote contre  % ( % et  % dans la pré­cé­den­teen­quête).

FAUX SUS­PENSE

In­vi­tée­deBFMTV hier, Na­dine Mo­ra­no a in­di­qué qu’elle fe­ra sa­voir qui elle sou­tient après le pre­mier tour de la pri­maire. Le sus­pense est in­sou­te­nable. L’élue lor­raine s’est en ef­fet ap­pli­quéeà­dé­zin­guer mé­tho­di­que­ment Alain Jup­pé, as­su­rant « ne­pas sou­hai­ter qu’il gagne cet­te­pri­maire » . El­leaaus­si es­ti­mé qu’on « ne peut pas avoir un Pré­sident fort avec un pro­gram­me­mou » et que « Jup­pé fait preu­ved’une grande naï­ve­té­vis-à-vis du dé­ve­lop­pe­ment de l’is­lam ra­di­cal » , ju­geant qu’il se si­tue « dans la conti­nui­té de Fran­çois Hol­lande » .

FILOCHE RE­CYCLE

Gé­rardFi­loche, can­di­dat à la pri­mai­rede la­gauche, a com- pa­ré hier les ou­vriers vo­tant pour le Front na­tio­nal à « des dindes qui votent pour Noël, à la fin elles se font griller » . Une for­mule en forme de pla­giat, di­rec­te­ment ins­pi­rée par une au­trede Jean-Luc Ro­me­roen , « un­gay qui vo­teà­droite, c’est comme une dinde qui vote pour Noël » .

RI­VA­SI EN­TERRE LE PS

« Fran­çois Hol­lande n’adon­né au­cune pers­pec­tive. Il ne doit pas se re­pré­sen­ter. Les­gens n’en veulent plus. Il n’est pas à la­hau­teur de sa tâche. » Michèle Ri­va­si, la fi­na­liste de la pri­mai­re­verte face àYan­nick Ja­dot, aen­ter­ré et Fran­çois Hol­lande et le PS, « un­par­ti qui est fi­ni » , au mi­cro­deF­rance In­fo.

LE LAP­SUS

Ni­co­las Sar­ko­zyest tel­le­ment ob­nu­bi­lé par Fran­çois Bay­rou qu’il en vient presque à le confon­drea­vecF­ran­çois Ba­roin, dont il fe­rait son Pre­mier mi­nistres’il re­ve­nait à l’Ely­sée. Sur France In­fo hier, l’an­cien pré­sident de la Ré­pu­blique s’est em­mê­lé les pin­ceaux entre le­mai­re­dePau et ce­lui de Troyes. « Si j’étais choi­si, je confie­rais Ma­ti­gnonàF­ran­çois Bay­roin, Ba­roin » , a-t-il dé­cla­ré. Un pe­tit lap­sus dont s’est amu­sé Jean-Mi­chel Apha­tie, tan­dis que Sar­ko­zy sou­te­nait mor­di­cus avoir dit Ba­roin. « Peut-être­voyez-vous un lap­sus dans vo­tre­dé­sir que vous pro­je­tez sur moi » , s’est-il dé­fen­du.

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.