« Ne­pas se re­lâ­cher »

Fa­bin­ho ne veut pas se lais­ser ber­ner par le bon ré­sul­tat contre le CSKA Mos­cou et confir­mer contre Nan­cy, de­main, au Louis-II (17 heures)

Monaco-Matin - - Sports - PRO­POS RE­CUEILLIS PAR MA­THIEU FAURE

C’est le Mo­né­gasque qui a le plus joué de­puis fin juillet : 18 matches, plus de 1600 mi­nutes de jeu (6 buts), Fa­bin­ho ne se re­pose ja­mais. De­puis 2013, le Bré­si­lien a dis­pu­té 149 matches avec l’AS Mo­na­co, ce qui fait de lui le joueur le plus uti­li­sé sur cette pé­riode. De­main, le Bré­si­lien se­ra de nou­veau de la par­tie contreNan­cy, qui dé­barque au Louis-II à 17heures. Moins tran­chant en oc­tobre qu’il ne l’était en no­vembre, le mi­lieude ter­rain com­mence, peut-être, à sen­tir le poids des matches. Mais comme «Fa­bi» ne dit ja­mais rien et qu’il a une men­ta­li­té ir­ré­pro­chable, il se­ra sur le pont face au pro­mu.

Fa­bin­ho, existe-t-il un risque de re­lâ­che­ment avec la ve­nue de Nan­cy, un pro­mu, quand on sort d’une grosse per­for­mance en Ligue des Cham­pions comme ce fut le cas contre le CSKAMos­cou ? On va tout faire pour évi­ter de se re­lâ­cher parce que ce­la nous est dé­jà ar­ri­vé dans le pas­sé. On est à six points de Nice, il faut faire un bon­match car dans le football, on ou­blie sou­vent les bonnes choses. Il faut faire un ré­sul­tat.

Vous sui­vez avec at­ten­tion les pres­ta­tions ni­çoises ? Nice fait un très bon cham­pion­nat, j’ai re­gar­dé son­match contre Nantes. Les Ni­çois étaient très bons et il faut suivre leur rythme. On es­père qu’ils vont perdre des points en rou­te­mais on doit nous aus­si en prendre pour leur mettre la pres­sion.

Contre Mos­cou, vous avez re­trou­vé Fal­cao. C’est un plus, non ? Fal­cao est notre ca­pi­taine mais c’est aus­si notre lea­der en de­hors du ter­rain. Contre le CSKAMos­cou ila­mar­qué un dou­blé­mais avant le match, il a fait un beau dis­cours, il nous a de­man­dé de ne pas jouer uni­que­ment avec nos qua­li­tés tech­ni­ques­mais sur­tout avec notre coeur. Il nous a mo­ti­vés.

Vous pen­sez qu’il peut re­ve­nir à un très bon ni­veau ? Je pense qu’il est res­téàMo­na­co pour­mon­trer qu’il est en­core là, qu’il peut en­core être un at­ta­quant de ni­veau mon­dial.

En tout cas, vous êtes bien pla­cé pour vous qua­li­fier en Ligue des Cham­pions... J’ai été sur­pris de la vic­toire de Le­ver­ku­sen à Tot­ten­ham, ça donne un groupe en­core plus ou­vert. Les An­glais joue­ront leur vie contre nous dans trois se­maines. On est à notre ni­veau en Ligue des Cham­pions. Que ce soit en cham­pion­nat ou sur la scène eu­ro­péenne, on ré­pond pré­sent cette sai­son.

Pour­tant, on parle très peu des per­for­mances deMo­na­co ? En France on parle plus du PSG et de Lyon, on a l’ha­bi­tude, c’est bien, on par­le­moins de nous et on va sur­prendre les gens.

Ça ne vous gêne pas cette dis­cré­tion ? Non, ça neme dé­range pas. On est très bien comme ça, ca­ché.

Fa­bin­ho la­té­ral, ça semble fi­ni ? Oui, je pense (rires). Mais au mi­lieu je suis bien, j’ai des ha­bi­tudes, et je pense que l’équipe a plus be­soin de moi au­mi­lieu que sur un cô­té de la dé­fense. Je fais des ef­forts dif­fé­rents, au­mi­lieu je bouge plus, la­té­ral je fai­sais des courses plus longues.

On vous sent fa­ti­gué ? Oui, j’ai peu dor­mi après le match, et d’un som­meil pas ter­rible.

(Pho­to Jean-Fran­çois Ot­to­nel­lo)

Fa­bin­ho, l’homme qui ne rate ja­mais un match avec l’ASM.

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.