UnOMen chan­tier

Ef­fec­tif et temps li­mi­tés : Ru­di Gar­cia, oeuvre sans grande marge de ma­noeuvre pour di­ri­ger Mar­seille, de nou­veau sur le pont ce soir à Mont­pel­lier

Monaco-Matin - - Sports -

Verre à moi­tié plein? L’OM de Ru­di Gar­cia est in­vain­cu, certes, mais n’a pas en­core ga­gné ni mar­qué un but contre un club de Ligue 1. Il l’a fait contre Clermont (2-1), mais c’était un ad­ver­saire de L2, en Coupe de la Ligue. L’ef­fet le plus spec­ta­cu­laire des douze pre­miers jours de Gar­cia aux com­mandes reste l’en­goue­ment po­pu­laire. Les 57.091 spec­ta­teurs ve­nus voir Bor­deaux (0-0) re­pré­sentent « une énorme sur­prise » pour le tech­ni­cien, qui y voit un « si­gnal qu’ont vou­lu nous en­voyer les groupes de sup­por­ters : ils croient au pro­jet ». Cet es­poir est une bonne ba­sede tra­vail, dans un club qui vient de pas­ser une sai­son sous an­ti-dé­pres­seurs. Mais le pro­jet est im­mense. Dé­jà, Gar­cia ne pour­ra pas faire de mi­racle avec un ef­fec­tif bâ­ti avec peu de moyens par Franck Pas­si et les re­cru­teurs, cet été.

Go­mis ab­sent

Les trois chan­ge­ments les plus nets de sa ges­tion sont la ti­tu­la­ri­sa­tion de Maxime Lo­pez, 18 ans, la relance de Ro­lan­do en dé­fense cen­trale et le pas­sage à trois ré­cu­pé­ra­teurs, que les cadres du groupe ap­pe­laient de leurs voeux, plu­tôt que le duo­de­mi­lieux­pri­vi­lé­gié­par Pas­si. A l’en­traî­ne­ment, les joueurs comme Lo­pez ou Thau­vin ont aus­si no­té qu’il y a avait plus de ri­gueur tac­tique, école ita­lienne oblige pour l’ex-en­traî­neur de l’AS Rome. Pour cor­ser la mis­sion du bâ­tis­seur, Go­mis, quia­mar­qué plus de la moi­tié des buts de son équipe (7 sur 13 toutes com­pé­ti­tions confon­dues), est for­fait (comme Ise­ka et Vain­queur) pour le mat­ch­du jourà LaMos­son. « On ne va pas se pré­pa­rer en mon­trant com­bien ‘‘Ba­fé’’ est un joueur im­por­tant, ri­poste Gar­cia. Je ne suis pas de ceux qui mettent en avant ceux qui sont à l’in­fir­me­rie. Si on doit faire sans lui on se­ra quand­même onze sur le ter­rain. » L’autre gros mor­ceau du chan­tier, le re­cru­te­ment, pour­rait ai­der le tech­ni­cien, mais ce ne se­ra pas avant le mer­ca­to d’hi­ver. « On re­gar­de­ra avec An­do­ni (Zu­bi­zar­re­ta, le di­rec­teur spor­tif), je dis­cute avec mes ad­joints », pré­vient Gar­cia, en em­ployant le fu­tur.

Tra­vaux à La Commanderie

Sur le plan du vaste chan­tier qu’il a en­tre­pris, il y a aus­si des tra­vaux à La Commanderie, le centre d’en­traî­ne­ment de l’OM. « On s’y sent chez soi, c’est un co­con, mais tout ne me plaît pas, il y a des choses à chan­ger » , avait-il ex­pli­qué. « Le bâ­ti­ment des pros chan­ge­ra, ce n’est pas pra­tique, il est sur plu­sieurs étages, mais on n’a pas beau­coup de sur­face au sol, c’est comme au Ja­pon, on doit tra­vailler sur la ver­ti­cale » , avait-il ex­pli­qué. A laRo­ma dé­jà, il avait ef­fec­tué des mo­di­fi­ca­tions au centre de Tri­go­ria, dont il n’ap­pré­ciait guère la vé­tus­té. Le jeu, les joueurs, le lieu de tra­vail... Tous ces chan­ge­ments se dé­roulent en même temps que les bou­le­ver­se­ments struc­tu­rels au­des­sus de la tête de Gar­cia. Zu­bi­zar­re­ta doit prendre ses marques, le­mar­ke­ting et le fi­nan­cier vont chan­ger de têtes et tout l’état-ma­jor du centre de formation s’est réuni mer­cre­di pour lan­cer les grands tra­vaux d’un des pi­liers du pro­jet amé­ri­cain.

Mont­pel­lier : Pionnier - De­plagne, Hil­ton (cap), Saint-Ruf (ou Mar­veaux), Rous­sillon - Skhi­ri, San­son - Ca­ma­ra, Bou­de­bouz, Ses­se­gnon - Mou­nié

Mar­seille : Pe­lé- Fan­ni(ouSa­kai), Ro­lan­do, Do­ria, Be­di­mo - Ma­chach, L. Diar­ra, An­guis­sa - Thau­vin, Njié, Ca­bel­la

(Pho­to AFP)

Pour l’ins­tant, Ru­di Gar­cia fait avec les moyens du bord.

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.