La­ra Fa­bian pour­suit sa tour­née àMar­seille et à Nice

Monaco-Matin - - Détente - ALAIN MAESTRACCI

La­ra Fa­bian va don­ner lun­di pro­chain un deuxième concert à Mar­seille car la der­nière fois, en­mars, il a fal­lu re­fu­ser du monde! C’est dire le suc­cès de sa tour­née Ma vie dans la tienne qui porte le même nom que son der­nier al­bum. Ven­dre­di 11 no­vembre, elle se­ra àNice. Avant de la re­trou­ver sur scène, nous avons pu par­ler avec elle de son suc­cès…

Com­ment se passe cette tour­née? Tous les concerts ou presque sont com­plets, vous de­vez être fière? La tour­née se passe plu­tôt bien. Je suis une ar­tiste heu­reuse. Ce n’est pas tellement de la fier­té, plu­tôt de la gra­ti­tude en­vers le pu­blic. S’il y a de la fier­té, c’est d’avoir bien ac­com­pli mon tra­vail.

Vous chantez dans plu­sieurs langues: an­glais, al­le­mand, ita­lien, por­tu­gais, russe, turc… Vous êtes la nou­velle Mi­reille Ma­thieu? (Sur­prise.) Ah oui! Ben écou­tez c’est un beau com­pli­ment car on en­vie toutes et tous sa belle car­rière.

Votre plus gros tube, et qui le se­ra pour long­temps, c’est Je t’aime? Oui, je l’ai chan­té dans le monde en­tier. Par­tout où que j’aille dès que je chante cette chan­son, le pu­blic la chante avec moi.

Et vous, vous ai­mez qui? Le pu­blic évi­dem­ment car après trente ans il est tou­jours là. C’est­ma­gni­fique. La plus belle chose pour un ar­tiste c’est que cette his­toire d’amour avec le pu­blic dure.

En ef­fet, en trente ans de car­rière ce n’est pas fa­cile de te­nir le coup car on doit jus­te­ment en prendre, des coups? Oui. Mais par­tout où je donne des concerts il y a des­mil­liers de per­sonnes : c’est tou­jours le pu­blic qui a le der­nier mot. Ma vie dans la tienne est al­bum de pla­tine, c’est la preuve que le pu­blic aime. Je pense qu’il a été ému par les chan­sons d’amour mais aus­si celle sur ma­ma­man. On s’iden­ti­fie tous à sa­ma­man, c’est une chan­son qui touche tout le monde.

Vous avez tra­vaillé avec beau­coup de monde comme Da­nièle Le­vi, Chi­mène Ba­di, Mau­rane, Gold­man... c’est im­por­tant de ne pas res­ter Le par­tage c’est la chose la plus im­por­tante pour un ar­tiste, tout comme sa­voir que l’on fait par­tie d’une chaîne: avant nous il y a eudes ar­tistes, après nous il y en au­ra d’autres. Vous sa­vez c’est quand je parle de mu­sique avec les en­fants, lors des mas­ter­classes par exemple, que je suis la plus heu­reuse parce qu’en quelque sorte je passe le re­lais. Mi­chael Bu­blé. Je l’aime beau­coup, on s’est croi­sé plu­sieurs fois et on s’est dit qu’il fau­drait qu’on fasse un duo. Mi­chael a une belle voix, chaude. C’est très beau ce qu’il fait.

Avez-vous un autre al­bum en pro­jet? Oui je suis en train de l’écrire. On de­vrait en­tendre quelque chose au­tour de l’été pro­chain.

Tou­jours de l’amour évi­dem­ment? Qui sait...

Bon, il fau­dra qu’on at­tende pour en sa­voir plus… Voi­là. La­mu­sique ça ne se ra­conte pas, ça s’écoute.

seule dans son coin? Avec qui ai­me­riez-vous faire un duo?

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.