Une jour­née en cam­pagne

Monaco-Matin - - France -

LE SOU­TIEN

Bon­ne­prise pour Ma­nuel Valls. Le Pre­mier mi­nistre, qui cache de moins en moins ses am­bi­tions pré­si­den­tielles, a re­çu hier le sou­tien – condi­tion­nel – du mi­nis­trede laDé­fense, JeanYves Le Drian. « Si d’aven­ture le pré­sident de la Ré­pu­blique es­ti­mait ne pas de­voir se pré­sen­ter, alorsà­mon avis Ma­nuel Valls se­rait na­tu­rel­le­ment, [...] évi­dem­ment [...], le­mieux pla­cé pour as­su­rer cette fonc­tion » , adé­cla­ré hier ma­tin, au Grand Ren­dez-vous Eu­rope  / Les Échos / iTélé, ce­lui qui fait par- tie­du cercle res­treint des in­times de Fran­çois Hol­lande.

LA PHRASE

Ila­beauêtre, d’après les son­dages, re­lé­gué sur la troi­sième marche du po­dium, Fran­çois Fillon y croit. « Ma convic­tion de­puis le dé­but, c’est que je se­rai au se­cond tour [de la pri­maire de la droi­teet du centre]. Je le sens par rap­port à des cap­teurs de ter­rain » , a-t-il dé­cla­ré hier dans l’émis­sion « Ques­tions po­li­tiques ». Il a tou­te­fois re­con­nu, dans le­même temps, que tou­te­pré­dic­tion était ha­sar­deuse, car « per­sonne ne sait quel est le corps élec­to­ral de la pri­maire » .

L’IMAGE

Certes, uti­li­ser la mo­der­ni­té (au risque de pra­ti­quer un jeu­nis­meàou­trance) pour rin­gar­di­ser ses ad­ver­saires est plu­tôt, jus­te­ment, une... vieille tac­ti­queen­po­li­tique : de l’ex­ploi­ta­tion, par ses ad­ver­saires, du terme de « mu­lot » par Jacques Chi­rac pour dé­si­gner une sou­ris in­for­ma­tique, jus­qu’à la mé­con­nais­sance, par Ni­co­las Sar­ko­zy, du site Le Bon Coin... Mais dans le genre, la der­niè­reof­fen­sive, si­gnée de l’équipe de « NKM », n’y va­pas par quatre che­mins. On vous laisse juges !

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.