Pa­ris se rap­proche

Le Pa­ris SG n’a pas lais­sé pas­ser l’oc­ca­sion de re­ve­nir à trois points du lea­der ni­çois en écra­sant Rennes (4-0). Mo­na­co reste deuxième à la dif­fé­rence de but

Monaco-Matin - - Sports -

Le re­vers des Ai­glons à Caen (1-0), plus tôt dans l’après-mi­di, était une au­baine pour les Pa­ri­siens et ils n’ont pas ra­té le coche. Les voi­là ain­si à la hau­teur de Mo­na­co (2e) et à une po­si­tion beau­coup plus en rap­port avec leur stan­ding. Le qua­druple cham­pion de France en titre, à la re­cherche de son jeu et de sa maî­trise ha­bi­tuelle de­puis l’ar­ri­vée aux com­mandes d’Unai Eme­ry l’été der­nier, au­rait pu souf­frir face aux Ren­nais, au­teurs d’un dé­but de sai­son en­cou­ra­geant (5e) et ve­nus dans la ca­pi­tale avec l’am­bi­tion de se mê­ler au

groupe de tête.

Ca­va­ni bu­teur... et bles­sé

Mais le PSG a en­fin re­trou­vé ses es­prits, fai­sant par­ler sa puis­sance et sa su­pé­rio­ri­té tech­nique na­tu­relle et pro­fi­tant aus­si bien de l’adresse d’Edin­son Ca­va­ni que des lar­gesses des hommes de Ch­ris­tian Gour­cuff dont le clas­se­ment ac­tuel est sans

doute trop flat­teur. L’ou­ver­tu­re­dus­core, sur un but contre son camp de Gel­son Fer­nandes (31e), doit une­grande part à la­dé­tente lé­gen­daire du Ma­ta­dor, la dé­fense ren­naise étant en­suite in­ca­pable de re­pous­ser la tête de l’an­cien Na­po­li­tain après un cor­ner d’An­gel Di Ma­ria. En em­bus­cade, Ca­va­ni a tué le match en bo­ni­fiant une

énorme er­reur de re­lance de Rennes sur un lob ma­jes­tueux qui a mys­ti­fié le mal­heu­reux Be­noît Cos­til (42e). Ce but au­ra été l’ul­time fait d’armes du N.9 pa­ri­sien, plusque ja­mais meilleur bu­teur de L1 avec 11 réa­li­sa­tions mais sor­ti sur bles­sure juste avant la pause, ap­pa­rem­ment pour une dou­leur àune cuisse (44e). Qu’à ce­la ne tienne: le PSG avait dé­jà fait l’es­sen­tiel pour anéan­tir les rêves ren­naisd’unex­ploit au Parc. Adrien Ra­biot, ap­pe­lé jeu­di en équipe de France à 21 ans, s’est lui aus­si in­vi­té à la fête en alour­dis­sant la marque d’une frappe loin­taine sur la­quelle le por­tier bre­ton n’est pas exempt de tout re­proche (67e) avant que Mar­co Ver­rat­ti n’hu­mi­lie un peu plus les Ren­nais (79e). Preuve de l’im­puis­sance de la bande à Gour­cuff: Ke­vin Trapp, obli­gé de rem­pla­cer dans les buts Al­phonse Areo­la, tou­ché à la che­ville, n’a qua­si­ment rien eu à faire après un ar­rêt à la 3e mi­nute sur un tir sans convic­tion de Paul-George Ntep. Sé­rieux et ap­pli­qué, Pa­ris a mon­tré pour une fois un vi­sage rayon­nant en at­taque, sur­tout en se­conde pé­riode avec les en­trées de Jese et de Ha­tem Ben Ar­fa et avec un Di Ma­ria en très net pro­grès, alors queCa­va­ni avait l’ha­bi­tude jus­qu’ici de ca­cher la fo­rêt grâce à sa re­dou­table ef­fi­ca­ci­té. Fa­ceàdes Ren­nais li­mi­tés et qui au­raient pu être en­core plus lour­de­ment pu­nis sur des ten­ta­tives de Serge Au­rier (66e, 70e) et de Thia­go Mot­ta sur le po­teau (90+1), Pa­ris n’était pas vrai­ment obli­gé de sor­tir le grand jeu pour l’em­por­ter, mais il a te­nu à faire les choses dans les règles de l’art. His­toi­rede soi­gner son re­tour au pre­mier plan en L1.

(Pho­to AFP)

Après avoir ins­crit un but splen­dide, Ca­va­ni est sor­ti sur bles­sure peu avant la mi-temps, rem­pla­cé par Je­sé.

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.