Un couple de com­mer­çants re­trou­vés morts

Dé­cou­verte ma­cabre, hier ma­tin, dans la ré­si­dence Le Bel­vé­dère à Grasse. Une en­quête est en cours afin de dé­ter­mi­ner les cir­cons­tances de la­mort d’un couple de com­mer­çants de la vieille ville

Monaco-Matin - - La Une - CLAIRE CAMARASA cca­ma­ra­sa@ni­ce­ma­tin.fr

C’est un ré­veil quelque peu mou­ve­men­té qu’ont eu, hier ma­tin, les ha­bi­tants de la ré­si­dence Le Bel­vé­dère à Grasse. De nom­breuses voi­tures de po­lice étaient ras­sem­blées dans la tra­verse du Pra­do au pe­tit ma­tin. « Au dé­part, je pen­sais à un cam­brio­lage, ra­conte un des ré­si­dents­qui vit au pre­mier étage. Mais quand j’ai vu le nombre de po­li­ciers, je me suis dou­té que c’était beau­coup plus grave. » En ef­fet, trois étages au des­sus, Béa­trice Rous­seau et Thier­ry Ba­taille ont trou­vé la mort dans des cir­cons­tances que la po­lice ten­ted’élu­ci­der de­puis hier. « Ce sont des per­sonnes que je connais, ils vivent là de­puis un an et sont com­mer­çants à Grasse, ils tiennent un gla­cier vers la place aux Aires, pour­suit le voi­sin. Je les sa­luais tous les jours. » La femme de 55 ans est dé­cé­dée, dans son lit, à la suite de coups de cou­teau tan­dis que l’homme de 56 ans a re­çu une bles­sure par arme à feu. C’est d’ailleurs lui qui, avant de suc­com­ber à ses bles­sures, est al­lé son­ner chez les voi­sins. Ces der­niers ont alors don­né l’alerte aux pom­piers, un peua­vant 4 heures, et à la po­lice. « La scène adé­bu­té dans l’ap­par­te­ment du cou­ple­puis elle s’est pour­sui­vie dans les par­ties com­munes, pré­cise une source po­li­cière. Les pre­miers élé­ments laissent à pen­ser qu’il s’agit d’un ho­mi­cide sui­vi d’un sui­cide. Il n’y a pas de trace d’in­tru­sion ex­té­rieure au couple dans l’ap­par­te­ment. » On peut alors ima­gi­ner que l’homme a pu tuer son épouse – avec son ac­cord ou dans un mo­ment de fo­lie? – avant de se don­ner la mort.

Des ru­meurs de faillite

Les au­top­sies qui vont être pra­ti­quées de­vraient per­mettre d’en sa­voir plus sur les causes de ces morts. De nom­breuses ru­meurs lais­saient en­tendre, hier, que le couple avait des sou­cis fi­nan­ciers et que leur com­merce, Rêve de glaces, si­tué rueDo­mi­nique-Conte, se­rait en faillite. Une hy­po­thèse qui ne convainc pas JeanPierre Rou­quier, pré­sident de la Fé­dé­ra­tion éco­no­mique de Grasse. « Je pense que les gens font l’amal­game avec le bou­lan­ger des Quatre Coins qui est en li­qui­da­tion ju­di­ciaire, in­dique-t-il. S’il y avait eu quoi que ce soit, je se­rais au cou­rant. De plus, le couple n’a ja­mais évo­qué le moindre sou­ci fi­nan­cier. Leur bou­tique tour­nait bien et le monde cir­cu­lait. C’était des per­sonnes tou­jours très sou­riantes. C’est vrai­ment in­com­pré­hen­sible. » On peine en ef­fet à ima­gi­ner quel drame a pu abou­tir à des actes aus­si ex­trêmes?

(Pho­tos Pa­trice La­poi­rie)

La ré­si­dence de stan­ding Le Bel­vé­dère a été le théâtre d’un triste événement, hier, au pe­tit ma­tin.

(Pho­to archives X.D.)

Le couple, ori­gi­naire de Gi­ronde, s’était ins­tal­lé à Grasse l’an der­nier, en at­ten­dant la re­traite.

(Pho­to Cl. C.)

Le ri­deau de Rêve de glaces est res­té fer­mé hier, à la sur­prise des com­mer­çants voi­sins.

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.