L’of­fre­mo­né­gasque de san­té­sé­duit Ba­kou

Les cli­niques pri­vées de la ca­pi­tale d’Azer­baïd­jan re­cherchent des centres de soins spé­cia­li­sés où adres­ser cer­tains pa­tients. Ce qui in­té­resse Mo­na­co…

Monaco-Matin - - Monaco - A BA­KOU : ARNAULT CO­HEN aco­hen@mo­na­co­ma­tin.mc Pho­tos : A.C.

Heu­reu­se­ment que Guy Ner­vo avait la santé. En ar­ri­vant à Ba­kou dans les va­lises du Mo­na­co Eco­no­mic Board, l’ad­mi­nis­tra­teur-dé­lé­gué du Cen­tre­car­dio-tho­ra­ci­quede Mo­na­co ne pen­sait sans doute pas qu’il se­rait au­tant sol­li­ci­té. Lors des ren­contres pro­fes­sion­nelles or­ga­ni­sées au Ba­ku Bu­si­ness Cen­ter ( notre édi­tion d’hier), plu­sieurs di­ri­geants d’éta­blis­se­ments de soins de la ca­pi­tale azer­baïd­ja­naise sont ve­nus à sa ren­contre. Et l’ont in­vi­té dans leurs lo­caux res­pec­tifs. Et voi­là Guy Ner­vo par­ti en va­drouille dans cette ville très éten­due qui compte quelque 3 mil­lions d’ha­bi­tants. Après la dé­cou­verte d’une­cli­nique gé­né­ra­liste et du chan­tier d’un hô­pi­tal stop­pé faute de bud­get et en re­cher­ched’in­ves­tis­seurs pour faire abou­tir le­pro­jet – « Inen­vi­sa­geable pour nous » , souffle-t-il –, le re­pré­sen­tant du sec­teur de la san­téàMo­na­co a dé­bar­qué, hier, à la Hayat Cli­nic, un centre mé­di­cal flam­bant neuf, spé­cia­li­sé dans les bi­lans de santé

et autres check-up. L’éta­blis­se­ment est im­pres­sion­nant. Im­mense par la taille, il se pré­sente comme un la­by­rinthe de couloirs des­ser­vant des salles d’at­tente et d’in­nom­brables ca­bi­nets de soins do­tés des équi­pe­ments et ma­té­riels les plus mo­dernes. Ici, des mé­de­cins éta­blissent des

diag­nos­tics dans la plu­part des spé­cia­li­tés mé­di­cales: car­dio­lo­gie, ra­dio­lo­gie, gas­tro­lo­gie, gynécologie, oto­rhi­no-la­ryn­go­lo­gie…

« C’est op­por­tun »

Pas peu fier de sa cli­nique, Sha­hin El­da­rov tient à tout mon­trerà­son confrè­re­ve­nu de Mo­na­co. Chaque sal­lede

soins. Cha­cun des ap­pa­reils qu’elle contient. Jus­qu’à la bal­néo­thé­ra­pie et cette grande bai­gnoire fa­bri­quée en Al­le­magne qui sert aus­si aux bé­bés nageurs. C’est à se de­man­der ce que cette cli­nique a à en­vier aux Centre car­dio-tho­ra­cique, IM2S et autre CHPG. « Nous ne réa­li­sons ici que des diag­nos­tics et des check-up, ré­pond-il. Nous avons en­suite be­soin d’éta­blis­se­ments de soins en Al­le­magne, en Tur­quie ou en Fran­ceoù­nous en­voyons nos pa­tients. Et, pour­quoi pas, à Mo­na­co. » Nous y voi­là. « Ici, ils ne sont pas ados­sés à une struc­ture de soins, dé­ve­loppe Guy Ner­vo. Ils re­cherchent donc des centres de ré­fé­rence ca­pables de réa­li­ser un se­cond diag­nos­tic et de prendre en charge les pa­tients. C’est ce que nous pou­vons fai­reàMo­na­co. » Et le pa­tron du Centre car­dio-tho­ra­cique, au nom de tous les éta­blis­se­ments de soins de la Prin­ci­pau­té, d’ajou­ter: « L’ac­ti­vi­té de nos centres de soins est es­sen­tiel­le­ment lo­cale. Mais si nous par­ve­nonsàac­croître la part de pa­tien­tèle étran­gère, c’est tou­jours op­por­tun. » Ef­fec­ti­ve­ment. D’où sa pré­sence dans cette mis­sion éco­no­mique me­née pen­dant deux jours à Ba­kou. Deux jours au pas de course.

Guy Ner­vo (au centre) a vi­si­té le centre mé­di­cal Hayat Cli­nic de Ba­kou.

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.