« LaSNCF et la CGT­ne­vont pas conti­nuerà­prendre en otage les usa­gers »

Monaco-Matin - - Face À La Rédaction - Les scènes de vio­lence en­gare de Ran­guin posent à nou­veau le pro­blème de la sé­cu­ri­té dans les trains. Vous en ap­pe­lez à l’Etat pour plus de moyens…

Sont en cause l’Etat et la SNCF. J’ai rompu toute né­go­cia­tion avec la SNCF sur la conven­tion qui de­vait nous lier à par­tir de jan­vier , la SNCF ne res­pec­tant au­cun de ses en­ga­ge­ments. De­puis le  er jan­vier, nous en sommes à  jours de grève ou de trains an­nu­lés. Je tra­vaille sur l’ou­ver­ture à la concur­rence et la mu­tua­li­sa­tion des modes de trans­port. En jan­vier, nous avions contrac­tua­li­sé avec la SNCF le fi­nan­ce­ment de qua­rante agents de sé­cu­ri­té sup­plé­men­taires. Or, ils ne sont tou­jours pas four­nis. ( Ch­ris­tian Es­tro­si se­ra in­for­mé du­rant notre échange par les ser­vices de Guillaume Pe­py que sur les qua­rante agents at­ten­dus, vingt se­ront po­si­tion­nés dès la se­maine

pro­chaine sur la ligne Cannes

Grasse) d J’ai équi­pé les nou­velles rames de vi­déo­sur­veillance et ins­tal­lé des centres de su­per­vi­sion en gares de Nice et Mar­seille. Le por­tique de sé­cu­ri­té de la gare des Arcs a per­mis, en deux­mois, d’in­ter­pel­ler tren­te­huit por­teurs d’armes à feu et d’armes blanches. Je dé­nonce le fait qu’alors que nous­met­tons les moyens pour in­ter­pel­ler, l’Etat conti­nue à se croi­ser les bras et ne mette pas, lui, les moyens né­ces­saires pour pré­ve­nir les pro­blèmes.

Vous aviez pro­mis que dès que vous se­riez pré­sident de la Ré­gion, les trains se­raient aus­si­tôt plus sûrs et à l’heure, ce qui n’est pas le cas au­jourd’hui… Pen­dant dix-huit ans, les so­cia­listes ont fa­vo­ri­sé un sys­tème où on ac­cep­tait tout. Après neuf mois où j’ai mis en garde la SNCF, j’ai rompu les né­go­cia­tions pour ou­vrir des dis­cus­sions sur la mise en concur­rence et ga­ran­tir aux usa­gers, quel que soit le mode de trans­port, qu’ils se­ront ache­mi­nés à l’heure. La SNCF a re­con­nu ses fautes, mais c’est trop tard. Ce ne sont pas la SNCF et la CGT qui vont conti­nuer à prendre en otage les usa­gers.

Les né­go­cia­tions avec le groupe ita­lien Thel­lo sont-elles dé­jà avan­cées? Nous dis­cu­tons, mais pas uni­que­ment avec Thel­lo. Il y a aus­si les che­mins de fer al­le­mands. Des concur­rents qui sont  % moins chers que la SNCF, pour un meilleur ser­vice. Les contri­buables doivent sa­voir que la Ré­gion fi­nance chaque an­née  M€ à la SNCF, pour seu­le­ment   usa­gers par jour. Je veux ga­ran­tir un ser­vice qui per­mette d’ar­ri­ver à l’heure. Pour ce­la, nous n’écar­tons rien. Pour cer­tains tron­çons, on peut en­vi­sa­ger une ges­tion en ré­gie di­recte par la Ré­gion, qui existe dé­jà pour le train de Pignes. Il pour­rait aus­si y avoir des bus à haut ni­veau de ser­vice. L’idée est d’avoir un ti­cket unique qui per­mette à cha­cun d’uti­li­ser le moyen de trans­port qui lui va le mieux. Tout ce­la s’éta­le­ra entre  et .

Après ce­lui de la gare des Arcs, quel est le ca­len­drier de dé­ploie­ment des por­tiques de sé­cu­ri­té? Nous sommes en train de va­li­der le sys­tème le plus opé­ra­tion­nel. En , l’ob­jec­tif est de cou­vrir un tiers des gares.

Concer­nant la Ligne nou­velle Pa­ca, quels équi­pe­ments peu­ton es­pé­rer ra­pi­de­ment ? L’obli­ga­tion de fonc­tion­ner par tron­çons nous per­met de bé­né­fi­cier de cré­dits eu­ro­péens, qui fi­nancent no­tam­ment pour  le pô­le­mul­ti­mo­dal deNice aé­ro­port, où nous met­trons en connexion trains, bus et tram­way. Nous pou­vons aus­si fi­nan­cer la mo­der­ni­sa­tion de la ligne Mar­seile-Aix-Gar­danne et les études pour le pas­sage sou­ter­rain sous la gare SaintC­harles. On est en­fin en train d’ar­rê­ter le chan­tier vers l’Est­va­rois avec une sta­tion dans l’est des Alpes-Ma­ri­times qui se si­tue­ra entre So­phia et Cannes, qui pour­rait être li­vrée en .

Où en êtes-vous de votre plan de  mil­lions en cinq ans en fa­veur de la sé­cu­ri­té? Il s’agit d’abord d’ac­com­pa­gner les maires qui veulent ren­for­cer les équi­pe­ments de leur po­lice mu­ni­ci­pale ou s’équi­per en ca­mé­ras. Il s’agit en­suite de fi­nan­cer des bri­gades de gen­dar­me­rie, l’Etat ne four­nis­sant que les per­son­nels.

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.