Nice: c’était Pol­na-rock!

Mi­chel Pol­na­reff a don­né hier soir le coup d’en­voi de sa tour­née d’hi­ver à Ni­kaïa de­vant un peu plus de 3000 spec­ta­teurs… Un spec­tacle gran­diose

Monaco-Matin - - Côte D’azur - PHI­LIPPE DU­PUY pdu­puy@ni­ce­ma­tin.fr

Après quelques se­maines de va­cances, Mi­chel Pol­na­reff re­pre­nait hier soir à Nice sa tour­née fran­çaise, qui doit s’ache­ver en dé­cembre après une quin­zaine de dates sup­plé­men­taires. L’Ami­ral a dû sor­tir les rames pour gal­va­ni­ser ses mous­saillons ni­çois, vi­si­ble­ment en­gour­dis par l’ar­ri­vée des pre­miers fri­mas. Mais il est ar­ri­vé à ses fins! Il faut dire que le spec­tacle 2016 est plu­tôt to­nique et eu­pho­ri­sant. Plus, en tout cas, que ce­lui que l’on avait pu voir en 2007 dans la même salle et qui avait lais­sé un sou­ve­nir mi­ti­gé. Sou­te­nu par un groupe de sept mu­si­ciens et quatre cho­ristes bien plus jeunes que lui, Pol­na­reff livre du­rant deux heures des ver­sions sté­roï­dées de ses plus grands suc­cès, dans des ar­ran­ge­ments pop-rock très élec­triques (les deux gui­ta­ristes s’en donnent à coeur joie). Le chan­teur au look Ce­te­lem se pré­sente au­mi­cro sur les pre­mières notes de Je suis un homme, en frac noir et blanc, avec sur l’en­tre­jambe une es­pèce de coque de boxeur frap­pée d’un aigle et d’étoiles do­rées. Al­lu­sion aux élections en cours dans son pays d’ac­cueil (les ÉtatsU­nis)?

L’Ami­ral a la ba­nane!

Pas le temps de s’in­ter­ro­ger: la Pou­pée qui dit non­dé­boule, an­non­cée comme « un titre du pro- chain al­bum » . Quel bla­gueur ce Pol­na! Il vou­lait bien sûr par­ler du Best of at­ten­du dans les bacs pour Noël. Mais alors qu’il se dé­mène sur L’Amour avec toi, l’Ami­ral trouve que ses mous­saillons rou­pillent : « Ils m’avaient pré­ve­nu à Lille… », grom­melle-t-il dans le mi­cro. « Ophé­lie 2.0 » et « Tam Tam », as­sé­nés à fond la caisse et ache­vés par un « Mer­ci Lille! » pro­vo­ca­teur, fi­nissent, heu­reu­se­ment, par ré­veiller la salle. Sa­tis­fait de son ef­fet, l’Ami­ral a fi­ni le concert avec la ba­nane, of­frant même au pu­blic ni­çois une poi­gnée de chan­sons en­core non jouées sur cette tour­née, comme I Love you be­cau­seet Viens te faire cha­hu­te­rou en­core Je rêve d’un monde, spé­cia­le­ment dé­diée aux anges de la Prom. Le show est splen­dide avec de su­perbes pro­jec­tions 3D. Pol­na­reff chante mieux que ja­mais et ré­gale l’au­di­toire de par­ties de pia­no vir­tuoses, comme sur Love Me Please Love Me, qu’il ter­mine en boo­gie woo­gie en­dia­blé. Même L’Homme en rouge, dé­criée à sa sor­tie prend en live une tout autre di­men­sion. Bref, c’était Pol­na- rock et on s’est ré­ga­lé. On y re­tour­ne­ra… S’il re­vient.

(Pho­tos Frantz Bou­ton)

Mi­chel Pol­na­reff a ra­vi le pu­blic ni­çois avec un sa­vant do­sage de ses grands clas­siques et d’en­vo­lées pia­nis­tiques.

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.