Ban­dol : à  ans, il rou­le­sur  km d’au­to­rou­teà­con­tre­sens

Monaco-Matin - - Grand Sud | Carnet - SO­NIA BONNIN sbon­nin@var­ma­tin.com

Pre­mier ré­flexe: pen­ser qu’ona­vrai­ment eu de la chance. Hier ma­tin, un con­duc­teur a par­cou­ru une belle por­tion de l’A50 à contre­sens, avant d’être ar­rê­té et de lâ­cher le vo­lant. Vers7 hdu ma­tin, l’alerte a été don­née par des au­to­mo­bi­listes af­fo­lés: une Re­nault Clio rou­lait dans le sens in­verse de la cir­cu­la­tion entre Ban­dol et Saint-Cyr. Ef­frayant. À 7h15, une an­nonce est faite sur la ra­dio France Bleu Pro­vence, in­vi­tant à la pru­dence les au­to­mo­bi­listes qui rou­laient­dans cette zone, en di­rec­tion de Tou­lon. Se­lon les cal­culs des po­li­ciers, le con­duc­teur a ain­si rou­lé 21 km à contre­sens, entre le péage de Ban­dol et ce­lui de La Cio­tat. Et fort heu­reu­se­ment, « il n’y a eu au­cun­bles­sé, ni ac­ci­dent ma­té­riel, ni dé­gâts au do­maine pu­blic. » Au ni­veau du péage des Plaines Ba­ronnes, la CRS au­to­rou­tiè­reP­ro­vence et un pa­trouilleur Vin­ci sont in­ter­ve­nus. Les forces de l’ordre constatent que l’homme au vo­lant « ne semble pas avoir toutes ses fa­cul­tés men­tales » . Le choixaé­té de le fai­re­hos­pi­ta­li­ser (à La Cio­tat), afin de dé­ter­mi­ner et de vé­ri­fier le de­gré de res­pon­sa­bi­li­té de cet homme âgé de 78 ans et do­mi­ci­liéàLaDes­trousse (13). Les mé­de­cins vont réa­li­ser « un bi­lan­mné­sique » (à la re­cherche de pos­sibles troubles liés à la­mé­moire). Dans le même temps, une pro­cé­dure ad­mi­nis­tra­tive a été ou­verte, qui pour­rait conduire, se­lon la dé­ci­sion du pré­fet de­po­li­cedes Bouches-du-Rhône, à un re­trait ad­mi­nis­tra­tif de son per­mis de conduire.

Par­ti…aux cham­pi­gnons

Que sait-on sur les cir­cons­tances de ce contre­sens? Pour une rai­son en­core in­con­nue, l’au­to­mo­bi­liste a fait de­mi-tour, avant le péage de Ban­dol. Alors qu’il avait quit­té son do­mi­cile de La Des­trousse un peu plus tôt le ma­ti­net avait rou­lé pen­dant une qua­ran­taine de ki­lo­mè­tre­sa prio­ri sans en­combre. Il était seul, « par­ti faire les cham­pi­gnons » , se­lon le té­moi­gna­ge­de­son épouse qui a été in­ter­ro­gée hier après­mi­di. Mais avant de pas­ser le péage de Ban­dol, le sep­tua­gé­nai­rea­su­bi­te­ment dé­ci­dé de fai­re­de­mi-tour. Il est res­té sur les mêmes voies de cir­cu­la­tion que celles qu’il ve­nait d’em­prun­ter. Il est donc re­tour­né sur ses pas, en di­rec­tion de Mar­seille, en se te­nant sur ce qui était pour lui la voie de droite. Pour les vé­hi­cules qui rou­laient nor­ma­le­ment sur l’A50, il y avait bien une voi­tu­reà­con­tre­sens sur la voie de gauche, la plus ra­pide, celle qui est ré­ser­vée aux dé­pas­se­ments. « On peut qua­li­fier ce contre­sens de mise en­dan­ger de la vied’au­trui, même s’il n’y a pas eu d’ac­ci­dent, » dé­crit un po­li­cier. Le sep­tua­gé­nai­rea­rou­lé un bon quart d’heure en dé­pit du bon sens. Avant d’être stop­pé.

(Pho­to d’illus­tra­tion Ro­land Gal)

Le con­duc­teur a été hos­pi­ta­li­sé car « il ne sem­blait pas avoir toutes ses fa­cul­tés men­tales » .

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.