Re­laxe pour un oc­to­gé­naire qui a ai­dé sa femme à mou­rir

Monaco-Matin - - France -

Un homme de  ans, Jean Mer­cier, ju­gé en ap­pel à Lyon pour avoir ai­dé sa femme dé­pres­si­veà­mou­rir en , a été re­laxé hier. L’oc­to­gé­naire n’était pas pré­sent au ren­du du dé­li­bé­ré de la cour d’ap­pel Une « peine de prin­cipe » d’un an de pri­son avec sur­sis, comme en pre­mière ins­tance le  oc­tobre  de­vant le tri­bu­nal cor­rec­tion­nel de Saint-Étienne, avait été re­quise à son en­contre, le  sep­tembre. Plus de  mi­li­tants de l’As­so­cia­tion pour le droit de mou­rir dans la di­gni­té (ADMD), dont son pré­sident Jean-Luc Ro­me­ro, étaient ve­nus ap­por­ter leur sou­tien au pré­ve­nu, et ré­cla­mer une «vraie loi pour la fin de vie». Le ma­tin du  novembre , Jo­sanne-Mer­cier, qui souf­frait d’ar­throse lom­baire et ve­nait de se cas­ser le poi­gnet, s’était ré­veillée en se plai­gnant, se­lon les dires de son ma­ri. Elle lui avait alors de­man­dé « d’ap­por­ter des mé­di­ca­ments » et de la mor­phine, et de l’ai­der à les dé­cap­su­ler. Il avait at­ten­du alors son der­nier souffle et ap­pe­lé un mé­de­cin. Evo­quant la re­la­tion « do­mi­nant- do­mi­né » dans ce couple ma­rié de­puis  ans, l’avo­cat de M. Mer­cier, Me Mi­ckaël Bou­lay, avait fait va­loir qu’il avait « te­nu sa pro­messe à son épouse » et plai­dé la re­laxe.

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.