L’heu­rede la­pre­mière ré­colte

Les graines ont été se­mées, res­teà­mois­son­ner : le XV de France en­tame face aux Sa­moa sa pre­mière sai­son in­ter­na­tio­nale com­plète de l’ère Guy No­vès après avoir bé­né­fi­cié d’un confort de tra­vail in­édit

Monaco-Matin - - Sports -

Que de che­min par­cou­ru de­puis qua­si­ment un an jour pour jour et cette pre­mière confé­rence de presse du nou­veau sé­lec­tion­neur, un­cer­tain 13 no­vembre 2015, près d’un mois après la dé­route en quarts de fi­nale de la Coupe du­monde face aux All Blacks (13-62). Cette dé­bâcle a en ef­fet pous­sé l’en­semble du rugby fran­çais à s’as­seoir au­tour d’une table pour ten­ter d’amé­lio­rer la com­pé­ti­ti­vi­té du XV de France, de­puis plu­sieurs an­nées dé­gra­dées. Avec pour ré­sul­tat sept­mois plus tard, au mo­ment où les Bleus fer­raillaient en Argentine en juin sans plu­sieurs joueurs ma­jeurs, mo­bi­li­sés par les phases fi­na­les­duTop 14 et coin­cés par un ca­len­drier ab­surde, l’an­nonce de la si­gna­ture d’une nou­velle con­ven­tion (2016-2020) entre la Fé­dé­ra­tion et la Ligue. Huit se­maines sans­match à l’in­ter­sai­son pour trente joueurs d’une « Liste Elite », uns­ta­gede trois jours en sep­tembre puis deux se­maines com­plètes de pré­pa­ra­tion avant d’af­fron­ter les Sa­moa, sans­ris­quer entre les deux la bles­sure enTop 14. Ce « luxe », ré­cla­mé en vain par les pré­dé­ces­seurs de Guy No­vès, re­met un peu le XV de France sur un pied d’éga­li­té par rap­port à ses concur­rents.

No­vès, ex­pé­ri­men­té et prudent

Mais aug­mente aus­si le de­gré d’exi­gence, en ter­mede conte­nu et de ré­sul­tats, après un Tour­noi des six na­tions plu­tôt dé­ce­vant (2 vic­toires pour 3 re­vers) sui­vi d’un voyage chez les Pu­mas en­cou­ra­geant (une dé­faite ho­no­rable puis un suc­cès san­sap­pel). D’au­tant que se pro­file en mai pro­chain le ti­rage au sort de la Coupe du monde 2019 au Ja­pon, où la France, ac­tuel­le­ment 8e au clas- se­ment mon­dial, pour­rait hé­ri­ter d’un « groupe de la mort » si ja­mais elle glis­sait d’un rang. Ex­pé­ri­men­té, le sé­lec­tion­neur a d’em­blée­dé­mi­né le­ter­rain, es­ti­mant « idiots » ceux af­fir­mant que les Bleus n’avaient dé­sor­mais « plus d’ex­cuses » . « Si (le confort de tra­vail) por­tait ses fruits im­mé­dia­te­ment, on se­rait des pres­ti­di­gi­ta­teurs » , a-t-il aus­si es­ti­mé. L’an­cien en­traî­neur em­blé­ma­tique du Stade Tou­lou­sain, qui re­trou­ve­ra au­jourd’hui les ter­rains de la Ville rose, es­père néan­moins « évi­dem­ment une meilleure co­hé­sion » de son équipe. « Des choses germent bien. On va voir si la ré­colte se­ra bonne » , a-t-il pour­sui­vi.

Hors d’oeuvre d’un co­pieux me­nu

El­le­com­mence donc cet après-mi­di face aux Sa­moa, hors d’oeu­vred’un co­pieux me­nu au­tom­nal, avec en sui­vant les ré­cep­tions au Stade de France de l’Australie(19no­vembre), fi­na­liste de la der­nière Coupe du monde, puis une se­maine plus tard de son bour­reau et de ce­lui des Bleus, les All Blacks. Faux pas in­ter­dit au Sta­dium, avec cette fois une équipe au com­plet, bâ­tie en par­tie pour ri­va­li­ser dans le dé­fi phy­sique avec les ru­gueux Sa­moans (ti­tu­la­ri­sa­tion de Ui­ni Ato­nio au poste de pi­lier droit et de Loann Gou­jon sur un cô­té de la 3e ligne). Et où Yoann Hu­get, à do­mi­cile comme No­vès, fe­ra son grand re­tour avec le maillot frap­pé du Coq, qua­torze mois après sa grave bles­sure à un ge­nou en ou­ver­ture de la Coupe du monde. Amé­lio­ra­tion at­ten­due éga­le­ment au plan du jeu, dans la li­gnée du deuxième test en Argentine (vic­toire27-0), où les Bleus avaient su concré­ti­ser leurs temps forts et fai­re­preuve de clair­voyance, leurs deux prin­ci­paux dé­fauts pen­dant le Tour­noi.

(Photo AFP)

Yoann Hu­get de re­tour dans le XV de France après  mois d’ab­sence.

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.