Mo­na­co-Nice : le match du di­gi­tal

L’OGC Nice et l’AS Mo­na­co se dé­marquent par leur forte pré­sence sur les ré­seaux so­ciaux et sur le web. Des exemples à suivre en ma­tière de vi­si­bi­li­té

Monaco-Matin - - La Une - FA­BIEN PI­GALLE

Jouer sur tous les ta­bleaux » , spor­ti­ve­ment, la for­mule est connue et re­con­nue. Mais de­puis quatre-cinq ans, une nou­velle ai­rede jeu est ap­pa­rue dans le pay­sage de la L1 : le Di­gi­tal. « Ce­la va bien plus loin que la dé­no­mi­na­tion “ré­seaux so­ciaux”. Le Di­gi­tal ras­semble tous les nou­veaux moyens de com­mu­ni­ca­tion. Des nou­velles tech­no­lo­gies qui nous per­mettent de tou­cher un plus grand nombre de per­sonnes à l’in­ter­na­tio­nal, et de dé­ve­lop­per des rap­ports pri­vi­lé­giés sur le plan lo­cal » , dé­fi­nit Bru­no Skro­pe­ta, di­rec­teur Mar­ke­ting et Com­mu­ni­ca­tion de l’AS Mo­na­co. Le Di­gi­tal, c’est en quelque sorte le porte- voix d’un club. Reste à adap­ter le mes­sage au pu­blic ci­blé. Si tout ça peut vous pa­raître abs­trait, der­rière, se cachent des en­jeux éco­no­miques bien concrets. Grâce au site In­ter­net, aux comptes Fa­ce­book, Twit­ter, Ins­ta­gram ou autre, le club touche un maxi­mum de fans, qui peuvent suivre en re­tour l’ac­tua­li­té de leur équipe pré­fé­rée au quo­ti­dien. En re­tour, le club dé­ve­loppe sa “marque”. Une iden­ti­té re­pré­sen­ta­tive d’un ter­ri­toire : AS Mo­na­co et OGC Nice. Des bla­sons qui gagnent en vi­si­bi­li­té. Et qui dit vi­si­bi­li­té, dit... “mo­né­ti­sa­tion”. Pour faire simple, plus le club est sui­vi, plus les spon­sors du club le sont par ef­fet ri­co­chet et ac­tions mises en place. Plus le mon­tant de ces par­te­na­riats est éle­vé, et peut ve­nir gros­sir les caisses du club.

Des fans à l’étran­ger

« Nous avons créé des comptes en an­glais, es­pa­gnol, russe et por­tu­gais sur les prin­ci­pales pla­te­formes pour être au plus près de nos com­mu­nau­tés, confie Skro­pe­ta. Chaque compte est ali­men­té en fonc­tion de la cible géo­gra­phique, c’est- à- dire en fonc­tion des centres d’in­té­rêts po­ten­tiels, mais aus­si des fu­seaux ho­raires.» Un en­jeu très im­por­tant pour l’ASM qui ne peut uni­que­ment comp­ter sur son faible bas­sin de po­pu­la­tion. Des fans, Mo­na­co en a énor­mé­ment à l’étran­ger. Sur Fa­ce­book par exemple, on en re­cense plus de 424 000 en Al­gé­rie, pa­reil en Egypte (395 000), voire auPa­kis­tan (100 000) et au Ban­gla­desh ( 150 000). Si bien que la France ne re­pré­sente que 15% de ses fans sur Fa­ce­book et Twit­ter. Du cô­té du Gym, l’en­crage lo­cal est plus im­por­tant. Le Di­gi­tal est au ser­vice d’une fi­na­li­té bien réelle : « Celle de don­ner en­vie aux gens de ve­nir au stade » , ex­plique Laurent Oreg­gia, di­rec­teur des Mé­dias. Pour lui, les ou­tils du Di­gi­tal offrent éga­le­ment un avan­tage non né­gli­geable : ce­lui de pou­voir « chif­frer l’im­pact et la vi­si­bi­li­té d’une ac­tion ».

« Iden­ti­té et au­then­ti­ci­té »

Il pour­suit : « Quand on pu­blie une vi­déo sur notre site ou sur Fa­ce­book, on peut sa­voir com­bien de per­sonnes l’ont vue, par qui etc. Et créer un vé­ri­table dia­logue. On ne fait plus seule­ment pas­ser des mes­sages, on en re­çoit, on échange » . D’au­tant que les sup­ports ac­tuels sont très fa­ciles d’ac­cès. « C’est bien plus com­pli­qué de créer un ma­ga­zine pa­pier, que d’ou­vrir un compte Twit­ter au­jourd’hui » , confirme Oreg­gia. Reste un dan­ger : ce­lui de s’épar­piller. A Mo­na­co, le nou­veau si­teMyMo­na­co per­met d’en­ri­chir l’ex­pé­rience web. Il n’est plus ques­tion uni­que­ment de foot­ball. Les atouts de la Prin­ci­pau­té et son his­toire y sont dé­voi­lés avec gla­mour. Et plu­sieurs évo­lu­tions du site sont pro­gram­mées. L’OGC Nice mise sur deux va­leurs fortes et im­muables : « Iden­ti­té et au­then­ti­ci­té ». Sur­tout, les Ni­çois mettent une cer­taine fraî­cheur et ori­gi­na­li­té dans leurs conte­nus qui sé­duisent le pu­blic (Zap gy­metc.) . A des échelles dif­fé­rentes, Nice et Mo­na­co se fixent un même ob­jec­tif : rayon­ner.

Le té­lé­phone por­table a sup­plan­té l’or­di­na­teur comme prin­ci­pal moyen d’ac­cès aux dif­fé­rents sites.

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.