« Il existe des bi­lans très per­for­mants »

Monaco-Matin - - Le Dossier Du Dimanche -

Gilles Drey­fus, est le chi­rur­gien qui a pra­ti­qué un quin­tuple pon­tage à Da­vidGi­no­la le  mai der­nier. Il le dit lui-même, il n’est pas ce­lui qui lui a sau­vé la vie. Mais ses gestes pré­cis, son diag­nos­tic sans faille, ont sans doute per­mis à l’an­cienne idole du Parc des Princes, de Saint James ParkàNew­castle ou de Whi­teHart Lane à Londres, de com­men­ter, quelques se­maines plus tard, l’Eu­ro de foot re­trans­mis surM. Alors qu’amis et pa­rents re­dou­taient le pire pour leur «Ma­gni­fi­co», le Pr Drey­fus bou­clait la boucle de cette chaîne qui a per­mis un vé­ri­table mi­racle: sau­ver le coeur de Da­vidGi­no­la.

Dans le cas deDa­vid Ginola, quels ont été les fac­teurs risques qui ont abou­ti à son ac­ci­dent? Sans en­trer dans la sphère pri­vée de­mon pa­tient, j’ai en­vie de dire que l’hé­ré­di­té a joué une part im­por­tante. Le mode de vie aus­si.

L’hé­ré­di­té, com­ment s’en pré­mu­nir? Hé­las, c’est une cas­se­role. Il n’y a rien à faire. On sait trai­ter l’hy­per­ten­sion, mais l’ac­ci­dent vas­cu­laire cé­ré­bral lié à un fac­teur gé­né­tique, c’est dif­fé­rent.

Il est quand­même conseillé de faire des bi­lans ré­gu­liè­re­ment? Oui. Ce bi­lan car­dio­vas­cu­laire est re­com­man­dé à par­tir de / ans. Sur­tout si on a eu de la fa­mille concer­née par ce pro­blème. En­suite, il est bon de le re­pro­duire tous les cinq ans. Après cin­quante ans, je re­com­mande le scan­ner co­ro­naire qui est un très très bon dé­pis­tage. Moi, j’en ai fait deux à  et  ans.

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.