Jé­rôme Char­tier : « Fran­çois Fillon peut créer la­sur­prise »

Porte-pa­role de Fran­çois Fillon, le dé­pu­té du Val-d’Oise Jé­rôme Char­tier es­time que le temps du duel Jup­pé-Sar­ko­zy est ter­mi­né. Il est convain­cu que l’ex-Pre­mier mi­nistre peut se qua­li­fier di­manche

Monaco-Matin - - France - PRO­POS RE­CUEILLIS PAR DE­NIS CARREAUX dcar­reaux@ni­ce­ma­tin.fr

Fran­çois Fillon pro­gresse dans les son­dages. Peut- il créer la sur­prise ? Les ten­dances sont in­con­tes­tables : de­puis plu­sieurs se­maines, il est le seul can­di­dat qui pro­gresse et se trouve en po­si­tion de créer la sur­prise. Les Fran­çais res­sentent que Fran­çois Fillon est le can­di­dat qui al­lie la plus grande dé­ter­mi­na­tion et le pro­jet vé­ri­ta­ble­ment en­me­sure de re­dres­ser le pays, et c’est ce qui le porte au­jourd’hui.

De­puis quand consta­tez-vous une dy­na­mique ? De­puis le pre­mier dé­bat du  oc­tobre, les Fran­çais ont re­dé­cou­vert Fran­çois Fillon et l’ont vu ca­li­bré pour la res­pon­sa­bi­li­té à la­quelle il pré­tend. Cette dy­na­mique prend de l’am­pleur à cha­cune de ses prises de pa­role pu­bliques et a d’ailleurs un ef­fet di­rect sur le nombre de per­sonnes qui viennent le voir en mee­ting. La réu­nion du Pa­lais des con­grès de Pa­ris ven­dre­di soir af­fiche dé­jà com­plet en ré­ser­va­tions ! Mais on trouve tou­jours de la place ou des so­lu­tions pour que tout le monde puisse le voir et l’écou­ter ! Un signe aus­si, nous re­ce­vons énor­mé­ment de sou­tiens fi­nan­ciers, certes de faible mon­tant mais qui tra­duisent un vé­ri­table at­ta­che­ment pour sa can­di­da­ture. Pour­quoi Fran­çois Fillon marque-t-il des points ? J’ai la convic­tion que jus­qu’à sep­tembre, les Fran­çais se po­si­tion­naient pour ou contre le re­tour de Ni­co­las Sar­ko­zy. Or ils se po­si­tionnent, au­jourd’hui, sur l’en­jeu cen­tral qui est l’ave­nir de la France, sa place dans le monde, la dé­gra­da­tion constante de sa si­tua­tion éco­no­mique, les re­mèdes pour re­dres­ser la si­tua­tion et qui pour les por­ter. Bref, ce qui de­vait faire le coeur de la pri­maire de­puis tou­jours mais que le dé­bat « pour ou contre Sar­ko » a éclip­sé. De­puis le pre­mier dé­bat, les Fran­çais ne se posent plus uni­que­ment la ques­tion du re­tour de l’an­cien Pré­sident. Ils se de­mandent quel pro­jet il faut pour une France grande.

Fran­çois Fillon a-t-il bé­né­fi­cié de sa par­ti­ci­pa­tion à l’émis­sion de Ka­rine Le Mar­chand, Une am­bi­tion in­time surM ? Fran­çois Fillon est de par sa na­ture très dis­cret sur sa vie per­son­nelle. Dès lors qu’il lève un très lé­ger voile, les Fran­çais s’y in­té­ressent et semblent ap­pré­cier le fait qu’il le fasse avec pu­deur et sans ex­cès, une at­ti­tude qui est très an­crée dans la cul­ture fran­çaise. Je crois que les Fran­çais ont fi­na­le­ment ai­mé cette dé­marche et ce ton de la part de quel­qu’un qu’on ne re­trouve ja­mais à la

Comment Fran­çois Fillon abor­det-il cette der­nière se­maine ? Mal­gré cette dy­na­mique in­con­tes­table, il y a en­core cer­tains puis­sants qui cherchent ma­ni­fes­te­ment à écar­ter Fran­çois Fillon de la pos­si­bi­li­té de fi­gu­rer au se­cond tour dans l’es­prit des fran­çais. Nous al­lons lut­ter contre ce sys­tème qui ferme la porte à Fran­çois Fillon au nomd’une his­toire qui a été écrite d’avance par quelques-uns voi­ci plu­sieurs mois. Dé­fi­ni­ti­ve­ment, la pri­maire n’est au­jourd’hui plus un duel mais un trio !

Fran­çois Bay­rou est très pré­sent dans les dis­cus­sions. Si Fran­çois Fillon l’em­porte que fe­ra-t-il avec lui ? Fran­çois Fillon cher­che­raà ras­sem­bler tous ceux qui se re­con­naî­tront dans les va­leursde la droi­teet­du­cen­treet­dans son pro­jet de re­dres­se­ment na­tio­nal. Par­ce­qu’il s’agit bien de son pro­jet, et non d’un pro­gram­me­qui au­ra été­né­go­ciéa­vec tel ou tel. Le pro­jet de Fran­çois Fillon pos­sède, en ef­fet, une co­hé­ren­cee­tune ar­ti­cu­la­tion propres qui font qu’il ne peut être dé­man­te­léau­ris­que­de­ne­pas pro­duire les­mêmes ef­fets at­ten­dus en l’oc­cur­rence fai­rede laF­rance la pre­miè­re­na­tion éco­no­mique eu­ro­péenne en dix ans. Si Fran­çois Bay­rou sou­hai­te­sou­te­nir Fran­çois Fillon, c’est parce qu’il au­ra­dé­ci­dé de se ral­lier à son pro­jet età­sa mé­thode pour le met­tree­noeuvre. Ma­nuelValls en­vi­sa­gede prolonger l’étatd’ur­gence jus­qu’à la pré­si­den­tielle. Est-ceune bonne chose ? Je­me­de­mande fran­che­ment quel est l’ap­port d’une telle dé­cla­ra­tion. L’étatd’ur­gen­ce­de­vra­ces­ser le jour où la na­tu­reet le­ni­veau­du­risque au­ront changé. Tel n’est pas le cas au­jourd’hui et qui peut dire jus­qu’à quand il fau­dra le­main­te­nir ? La der­nière fois que l’exé­cu­tif a an­non­cé la­pro­bable fin de l’état d’ur­gen­ceé­tait la veille de l’at­ten­tat ter­ro­ris­te­meur­trier de Nice. A croi­reque ce drame n’apas suf­fi à convaincre le­gou­ver­ne­ment de fai­re­preu­ve­de­da­van­tage de pru­den­ceetde re­te­nue dans ses prises de pa­role.

une des ma­ga­zines people.

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.