Mort de l’apnéis­teMaior­ca hé­ros du « Grand Bleu »

Monaco-Matin - - Monde -

Sa­ri­va­li­téa­vec Jacques Mayol l’avait ren­du cé­lèbre dans le monde en­tier eta­vait ins­pi­ré­le­film «Le Grand Bleu» de Luc Bes­son: le lé­gen­dai­re­plon­geur ita­lien En­zoMaior­ca est­mort, hier, à 85 ans dans sa ville na­tale de Sy­ra­cuse, enSi­cile. « Ce n’est pas du cou­rage qu’il faut pour al­ler dans les pro­fon­deurs, c’est la vo­lon­té d’un homme nor­mal qui, lors­qu’il est confron­té à la­dif­fi­cul­té, puise au plus pro­fond de lui-même pour en ex­traire le meilleur », di­sait En­zo Maior­ca. « Apar­tir de 30 mètres, il y a comme une main­gi­gan­tesque qui t’en­traîne à t’en­fon­cer plu­tôt qu’àé­mer­ger et si tu ne mets­pas toute la force de tes jambes, tu es en­traî­né sans au­cun es­poir », ajou­tait-il.

« La­mer à la ver­ti­cale »

Pen­dant­prèsde30 ans, cet « hom­me­nor­mal » a pour­tant réa­li­sé des ex­ploits hors du com­mun, col­lec­tion­nant les re­cords de plon­gée en apnée, sport dont il fut l’undes pré­cur­seurs. Néen juin 1931, gran­da­mou­reux de son île et de sa ville qu’il n’a ja­mais quit­tées, En­zo Maior­ca ra­con­tait avoir éprou­vé dès son plus jeune âge le be­soin de se confron­te­rau­prin­ci­ped’Ar­chi­mè­deetde voir « la mer à la ver­ti­cale ». Il a dé­cou­vert l’ivresse des pro­fon­deurs en 1943 grâ­ceàun­mas­queà­gaz trou­vé dans la cam­pagne et bri­co­lé « avec au­tant de bonne vo­lon­té que de fan­tai­sie, avec au­tant de mas­tic que de fil de fer ». Apar­tir

de 1960, « l’hom­me­pois­son » com­mence à ali­gner les re­cords, at­tei­gnant cette an­née-là la pro­fon­deur de 47 mètres et bat­tant­du­mê­me­coup­son­grand ri­valde l’époque, leB­ré­si­lienA­me­ri­go San­ta­rel­li. Un ans plus tard, il est le pre­mierà­des­cendre sous les 50 mètres (51 mètres), bar­rière jus­qu’alors ju­gée in­fran­chis­sable par les scien­ti­fiques qui pen­saient qu’au­cun hom­mene pou­vait sur­vivre à la pres­sion. Dé­jouant mètre après mètre les lois de la phy­sique, En­zo Maior­caa­bat­tu 17 re­cords jus­qu’à at­tein­dreen1988 la pro­fon­deurde101 mètres. Il avait alors 57ans et avait dé­ci­dé de se je­ter à nou­veau à l’eau pour ses deux filles Pa­tri­zia et Ro­san­na, elles aus­si­cham­pion­nesd’apnée.

Sé­na­teur de l’Al­liance na­tio­nale

Son re­cord a ce­pen­dant été lar­ge­ment dé­pas­sé de­puis : Pe­liz­za­ro l’a pous­sé jus­qu’à— 150men 1999 et il est main­te­nant dé­te­nu par l’Au­tri­chien Her­bert Nitsch aprè­sune des­cente de 253,2 mètres. Une fois sa car­rière de plon­geur ter­mi­née, En­zo Maior­ca s’était consa­cré à la dé­fense de l’en­vi­ron­ne­ment ma­rin. Il s’était aus­si en­ga­gé briè­ve­ment en po­li­tique de­ve­nant sé­na­teur, entre 1994et1996, dans les rangs de l’Al­liance na­tio­nale (post-fas­ciste). Long­temps li­mi­tée au pe­tit monde de la plon­gée sous-ma­rine, la no­to­rié­té d’En­zo Maior­ca a connu un for­mi­dable coup d’ac­cé­lé­ra­teur avec la sor­tie en 1988 du Grand Bleu de Luc Bes­son. Ba­sé sur la ri­va­li­té lé­gen­daire du Si­ci­lien avec le plon­geur fran­çais Jacques Mayol, qui s’est don­né la mort en2001, le film­dé­crit l’obs­ti­na­tion des­deux­hom­mesà­pous­ser­tou­jours plus loin les li­mites de leur sport. In­car­né à l’écran par l’ac­teur­fran­çaisJeanRe­no, En­zoMaior­ca avait tou­te­fois­de­man­dée­tob­te­nul’in­ter­dic­tion­du film dans son pays, es­ti­mant qu’il don­nait une image de lui ca­ri­ca­tu­rale. Un­nou­veau mon­tage, épu­ré de cer­taines scènes, avait ce­pen­dant ob­te­nu so­na­val et pu sor­tir en 2002.

(DR)

Le lé­gen­daire plon­geur si­ci­lien En­zo Maior­ca, dont la ri­va­li­té avec le Fran­çais Jac­quesMayol avait ins­pi­ré le film de Luc Bes­son, est mort à  ans.

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.