Trai­te­ment de fa­veur ?

Monaco-Matin - - Côte D’azur - CH. P.

Les cinq ans d’en­quête n’ont pas été un long fleuve tran­quille, loin s’en faut. Un juge d’ins­truc­tion s’est éton­nédes man­que­ments de son pré­dé­ces­seur en ré­cu­pé­rant le dos­sier qua­tre­mois après le drame. Mo­né­gasque et franc-ma­çon, Marc Man­del a-t-il bé­né­fi­cié d’un trai­te­ment de fa­veur? L’avo­cat gé­né­ral, Fa­brice Kar­cen­ty, ma­gis­trat de l’ac­cu­sa­tion, a re­lan­cé la­po­lé­mique hier. Pour­quoi les po­li­ciers de Men­ton n’ont-ils pas ge­lé la scène du crime? Pour­quoi à l’ar­ri­vée de la Sû­re­té­dé­par­te­men­tale, les pa­rents de Marc Man­del étaient sur place, le sus­pect en train de s’en­tre­te­nir avec unea­vo­cate? Pour­quoi les armes et la vic­time n’ont-elles pas été­prises en pho­to? Pour­quoi les films de vi­déo sur­veillan­cede la­pro­prié­tén’ont-ils pas été sai­si­sa­lors qu’une co­pie sur clef USB acir­cu­lé? Pour­quoi au­cu­ne­cons­ta­ta­tion n’aé­té réa­li­sée sur le por­tail? Pour­quoi la po­li­ce­mo­né­gasque a-t-elle eu en main des PV d’au­di­tion du sus­pect? Pour­quoi le té­lé­phone de Marc Man­del a-t-il été re­mis à l’unde ses amis?

Une en­quête de la po­lice des po­lices

En gar­deà­vue, M. Man­del, très co­opé­ra­tif avec la po­lice, apu­prendre une douche et son épou­seaof­fert une bou­teille de cham­pagne au ser­vice d’en­quête à la fin de la gar­deà­vue. Sur ces­deux bi­zar­re­ries re­le­vées par l’avo­cat gé­né­ral, une en­quê­trice s’ex­plique : « M. Man­del était cou­vert de sang. Il était im­pen­sable de le pré­sen­ter au­pro­cu­reur dans cet état. Quant à la­bou­teille, c’était un re­mer­cie­ment au ser­vice parce tout s’était bien pas­sé, qu’on avait lais­sé Mme Man­del em­bras­ser son ma­ri [...] J’ai failli perdre mon em­ploià­cause de cette femme » , rap­pelle la­po­li­cière. « D’ailleurs vos conclu­sions ne sont pas fa­vo­rables à son ma­ri » , ob­serve le pré­sident des as­sises Pa­trick Vé­ron­qui désa­morce la po­lé­mique. Les­po­li­cier­sont en ef­fet ac­cu­mu­lé suf­fi­sam­ment d’in­dices, se­lon eux, pour que Marc Man­del soit pour­sui­vi pour meur­treet non pour vio­lences avec armes ayant en­traî­né la mort, qua­li­fi­ca­tion choi­sie par le pre­mier ju­ged’ins­truc­tion. Et l’en­quê­tede l’IGPN n’apas re­mis en cause la pro­bi­té des po­li­ciers, qui ont pro­cé­dé aux consta­ta­tions avec peu de moyens et peu d’ef­fec­tifs. En re­vanche, la fa­mille Tor­re­gros­sa a tou­jours du ma­là­com­pren­dre­pour­quoi, après seule­ment qua­tre­mois de dé­ten­tion, l’ac­cu­sé était li­bé­ré­par la jus­tice.

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.